Vous n’allez pas lire ceci, juste le tweeter

Nouveau logo Twitter

Les réseaux sociaux ont bouleversé notre façon d'accéder à l'information. Effectivement, nous ne lisons plus les articles, mais partageons simplement des titres.

Lorsque vous partagez un article sur Facebook ou Twitter, l’avez-vous réellement lu, ou un titre à sensation a suffit à vous convaincre d’en faire profiter vos amis/abonnés ? Si l’on en croit la dernière analyse de Chartbeat, les internautes ne lisent pas le contenu des papiers. D’ailleurs, certes, l’étude se base sur le réseau social Twitter, mais les experts affirment que la donne est la même pour Facebook…

 « Il n’y a effectivement pas de corrélation entre les actions sociales et les personnes qui ont lu l’article »

L’industrie des médias a totalement digéré l’idée que les likes et les retweets sont des marques de mérite. Elles supputent donc que l’effet viral des réseaux sociaux est une affirmation ultime de pertinence. C’est une hérésie, un article peut avoir été lu un million de fois sans avoir été tweeté une seule petite fois. Josh Schwartz explique,

« Il y a de toute évidence une corrélation entre le nombre de tweets et le volume total du trafic d’un article, mais pas de relation entre les nouvelles qui sont les plus consommées et les histoires qui sont les plus fortement tweetées. »

Concernant les raisons, on ne peut guère que spéculer… Les experts supposent que les clics sont issus d’appareils mobiles, où les lecteurs passent moins de temps sur une page…

Tags :Sources :TwitterVia :theverge
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Eh justement non ! Lorsque « L’industrie des médias a totalement digéré l’idée que les likes et les retweets sont des marques de mérite » elle commet une erreur fondamentale. En ajoutant des boutons like et retweet sur toutes ses pages, l’industrie des médias se tire une balle dans le pied comme le démontre cet article et comme le prouve la situation financière de Libération par exemple. Ces boutons n’attirent pas ou peu de lecteurs sur leurs sites. Du coup le volume de pub s’en ressent et l’équilibre financier est compromis. Si les médias cessaient de faire de la pub pour Tweeter, Facebook et Youtube, ça irait moins mal pour eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité