Test : Dragon Ball Z Battle of Z, l’épisode de trop ?

Dragon Ball Z Battle of Z

On ne compte plus le nombre de jeux vidéo tirés de la licence Dragon Ball/Dragon Ball Z publiés ces 2 dernières décennies. Parmi ceux là, d'excellentes surprises, mais malheureusement beaucoup trop de déceptions. Devinez dans quelle frange va se nicher Battle of Z ?

C’est quoi ?

Dragon Ball Z Battle of Z

Laissée de nombreuses années durant à l’état végétatif, la licence Dragon Ball Z est finalement repartie de plus belle en 2013, suite à la sortie d’un nouveau film dédié, Dragon Ball Z : Battle of Gods, à la qualité plus que discutable. De là à dire si la sortie du jeu vidéo Dragon Ball Z Battle of Z fut conditionnée par la distribution de Dragon Ball Z : Battle of Gods dans les salles de cinéma japonaise, il n’y a qu’un pas. Il n’empêche : on retrouve dans Battle of Z des éléments empruntés à Battle of Gods, dont Goku dans sa transformation Super Saiyan God et le personnage de Bills.

Semblant vouloir balayer d’un revers de main l’héritage de Dragon Ball Z : Ultimate Tenkaichi, dernier jeu vidéo DBZ en date dit « traditionnel », Battle of Z s’est volontairement orienté vers un système de combat proche de celui développé par Dragon Ball Z : La Légende, dans les années 90. En fait, il est question ici de combats à plusieurs, à 4 généralement, se déroulant dans une arène de combat confinée.

On a aimé

Dragon Ball Z Battle of Z

Retrouver Goku et sa bande est toujours un moment attendu pour les fans de la licence dont nous faisons partie. Néanmoins, son exploitation généralement décevante ces dernières années, et encore plus dans le secteur du jeu vidéo, nous invite à la méfiance. Méfiance malheureusement nécessaire avec ce Battle of Z, ne déployant que peu de qualités. Sans forcément bouder notre plaisir, nous avons très peu pris notre pied en jouant, et exception faite du casting sympathique nous étant offert (75 personnages au total, ça peut sembler exhaustif, mais souvenez-vous des jeux DBZ où le casting dépassait les 150 personnages !), on a vraiment eu du mal à trouver notre bonheur.

Le jeu s’articule autour d’un mode de jeu principal vous permettant de revivre les combats marquants de la série (et d’autres un peu moins marquants également), des prémices à la saga de Freezer à la saga de Buu, tout en offrant quelques dérivés sympathiques. Les combats sont menés par votre équipe de 4, composée selon vos envies, dans la limite de ce qui est autorisé, et vous donnent l’opportunité d’aligner deux Vegeta, 2 Krilin, les 4 transformations de Goku, les 4 évolutions de Cell, etc. L’idée étant de tirer partie des caractéristiques de votre équipe pour obtenir un résultat équilibré, mêlant personnages de soutien, d’attaque, etc.

La possibilité de customiser ces mêmes personnages, en leur affublant des « cartes » récupérées à l’issue des combats ou dans une boutique dédiée (rassurez-vous, le jeu ne propose pas d’achats intégrés !) améliorant leurs caractéristiques techniques, pouvoirs, etc. est bonne sur le papier. Dans les faits, elle est finalement assez limitée, et un peu brouillonne à appliquer.

Enfin, ajoutons à la partie bons points (relatifs) la présence de modes multjoueur, bien qu’uniquement en ligne (pas de local au programme !), permettant de se tirer la bourre à plusieurs face à l’IA, mais également d’entrer en compétition avec ses amis lors d’une quête aux boules de cristal, par exemple.

On n’a pas aimé

Dragon Ball Z Battle of Z

Comme on le disait un peu plus haut, Dragon Ball Z Battle of Z est en proie à de nombreux problèmes. A commencer par cette caméra balante, qui peine à suivre vos déplacements. On doit bien trop souvent « locker » son ennemi pour se repérer. Et justement, il est très compliqué de toucher un ennemi sans l’avoir au préalable verrouillé. La méthode idéale étant semble t-il de rusher jusqu’à sa cible avant de lui asséner des combos sans qu’il n’ait le temps de répondre.

Pour ne rien arranger, le gameplay est bien trop simplifié : il se limite à l’utilisation de quelques touches et combinaisons, basiques au possible, qu’on est vite amené à répéter encore et encore. L’IA ne fait pas non plus honneur au jeu, et n’est pas des plus inventives. Le clou qui va sceller le cercueil est représenté par l’impossibilité de se transformer durant un combat. Oui, vous avez bien lu.

Lancé sur PlayStation 3 et Xbox 360, le jeu a également hérité d’une mouture PS Vita. Mouture au sein de laquelle on ne retrouve pas les doublages japonais. Devoir se coltiner des doublages anglais est particulièrement cruel lorsqu’il s’agit de Dragon Ball Z. Entre nous, on aurait encore préféré… des doublages français, ceux de l’époque, tant qu’à faire. Tant qu’à dévaler la pente du second degré, autant y aller franchement.

Et alors, j’achète ?

Dragon Ball Z Battle of Z

A moins de faire partie de ces collectionneurs qui vont « looter » tout ce qui a rapport avec la licence Dragon Ball Z, vous pouvez sciemment laisser traîner Dragon Ball Z Battle of Z dans les rayons sans culpabiliser. Cet épisode est loupé sur tous les plans, ou presque, et nous amènerait presque à regretter Dragon Ball Z : Ultimate Tenkaichi, qui était pourtant loin de tutoyer la perfection. C’est dire !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Fan de dbz,je ne l’achèterai pas.j’ai jouer a la demo,je me suis ennuies a mourir et surtout je ne comprenez rien un vrais bordel.il et temps qu’un développeur prenne les chose a main,et qu’il nous face un dbz digne de se nom.ont n’as juste a regarder les naruto il sont tout simplement excellent,gameplay,scène cinématique,graphiste…ex!!!

  2. Completement d’accord avec médoc.
    Il y a un fossé entre les naruto et les dbz, sur ce jeu les attaques se comptent sur le bout des doigts et restent très répétitif.
    Personnellement je suis plus budokai mais un end à la sauce naruto ne me generai pas du tout (même si je ne peux m’empêcher de rêver à un dbz budokai avec la richesse des combo de Yémen par exemple et des personnages en pagaille).

  3. De toute façon depuis Budokai 3 il n’y a plus eu un seul DBZ valable, les Tenkaichi étaient tellement mauvais en terme de gameplay.

  4. Je suis super FAN de la série en Dessins animés, mais les jeux a chaque fois c’est nul…
    A ne pas acheter pour qu’ENFIN ils se décident a pondre un bon jeu.. Tant que ce sera NAMCO bandaii c’est hélas pas gagné…

  5. Il faut le dire, c’est une grosse chiasse bien molle sur console de salon, dépassé sur tout, que ce soit ses graphismes, la mollesse des déplacement, le peu de combot et d’esquive ( valable pr la vita ce pts la ), les touches calamiteuse pour allé en haut, en bas, son systéme de  » look  » …

    En ayant essayé la démo, je ne m’attendait pas a autant d’éffet égatif escompté …

    Le jeu étant prévu pour console portable, nous avons en effet de meilleurs graphismes légèrement mais quand même plus propres, plus nettes, moins dégeux – fort impressiont pour une console portable – . De plus, le jeu est vraiment plus dynamique que sur console de salon, sa prise en main n’est pas a chié ( a contrario d’un pad ps3 ), bémol, il n’ya pas de voix JAP.

  6. e dbz est trés bien mais n’est pas a la hauteur des tenkaichi ou raging blast, qui par ailleur,sont les meilleur jeux dbz.ce qu’il faudrer c’est de retrouver ces ancien jeux dbz ou on a le choix de plus de 100 personnages, contrairement a ce que ce »connaisseur »a pu écrire,(on s’y retrouve largement avec tous ces perso car c’est sa dragon ball), comme style dbz budokai tenkaichi 3, ou on pouver se transformé en gorille géant, ou il y avait aussi le lieu de la maison de Sangoku qui été pas mal du tout…espérons le qu’ont l’aura un jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité