Le Project Tango, le smartphone prometteur de Google que vous ne pourrez pas acheter !

Project Tango

Google surprend ce matin, en présentant un énigmatique "Project Tango", soit un smartphone test qui va tenter d'insuffler aux terminaux mobiles la compréhension des espaces et des mouvements à l'échelle humaine. Rien que ça.

Développé par le groupe « Advanced Technology and Projects » (ATAP) de Google, soit le groupe déjà à l’origine du « Project Ara » (ce smartphone qu’on aurait pu construire de A à Z, un peu comme un ordinateur), le « Project Tango » est un smartphone doté d’une part d’un écran de 5″, et d’autre part de nombreux capteurs que l’on retrouve déjà dans nos smartphones actuels (caméras, gyroscope, etc.). Mais ce n’est évidemment pas tout : à la différence des mobiles que l’on utilise de nos jours, il embarque un capteur de 4 mégapixels, une caméra à détection de mouvements ainsi qu’un capteur de profondeur.

Chaperonné par Johnny Lee, l’un des hommes clés du projet Kinect de Microsoft (ça fait sens), ce projet va également s’appuyer sur un « vision processor », fourni par Movidus, servant à analyser les données récoltées par les capteurs suscités. En pratique, le « Project Tango » pourrait servir à la navigation en intérieur, aux jeux vidéo du genre de ceux que l’on voit tourner sur l’Oculus Rift, dans une moindre mesure, tout comme il pourra aider les malvoyants à se déplacer. En fait, les possibilités semblent infinies, du moins, sur le papier.

Aujourd’hui, Google annonce pouvoir fournir des kits de développement aux intéressés. 200 développeurs seront triés sur le volet pour la première vague de livraison de ces kits. La Google I/O 2014, qui prendra place en juin, risque d’être intéressante !

 

Via :phandroid
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Non seulement on peut pas l’acheter, mais cet outil bien qu’intéressant est néanmoins controversé. C’est big brother carrément et comme pour les lunettes connectées, cela soulève certaines questions éthiques par rapport à la vie privée.

    1. Oui, et la vidéo, c’est le mal absolu.
      Sérieusement, c’est quoi le problème de tous les débiles dans ton genre qui voient le truc le plus cool de la décennie pour raconter ce genre de connerie ? Qu’est-ce qui va pas dans ta tête ?
      Qu’est-ce qui te dérange plus dans une modélisation 3D que dans une vidéo ? Ou une photo ?
      T’as pas vu qu’il fallait sortir le téléphone et faire une sorte de film pendant un certain temps pour avoir ensuite le modèle ?
      Il y a trois façons de produire un modèle 3D, soit on sait exactement comment se déplace le modèle, et ou se trouve la caméra, et on peut donc utiliser cette info pour repérer en 3D les pixels qui sait repérer d’une image à l’autre.
      Soit on ne sait rien et on se tape un sacré bordel de géométrie épipolaire (après le matching), avec des tas de problèmes de repérage absolu.
      Soit on dispose d’un capteur de profondeur, et là, on a des repères plus faciles à suivre.
      Je sais pas en quoi consiste exactement ce capteur de profondeur, mais il change tout concernant la techno.
      Mais reconstituer la 3D à partir d’une simple vidéo en mouvement, c’est possible aussi.
      Alors, si t’as compris un peu ce que je viens d’acrire, explique moi en quoi cette modélisation te fait plus peur qu’une caméra vidéo qu’on peut post-traiter ?
      T’as peur que quelqu’un ait un modèle 3D du bordel qu’il y a chez toi « à l’insu de ton plein gré » ?
      Si quelqu’un vient chez toi, qu’il ait un enregistreur, une caméra bouton, des lunettes caméra ou quoi que ce soit d’autre, le résultat est exactement le même qu’avec cette techno.
      Ferme là à tout jamais et essaye de piger ce qu’est l’innovation et en quoi un monde composé d’ânes dans ton genre serait toujours en train de vivre dans des grottes.

      1. Pour ne pas influencer ce que je commente, j’ai même pas voté.
        Ici, on vous présenterait la lévitation ou le voyage plus vite que la lumière, y aurait toujours un con pour évoquer le truc qu’il a entendu le mois d’avant (ouhh, la NSA … google, le mal !).
        Allez tous vous faire foutre bandes de décérébrés incapables du moindre raisonnement.

    2. C’est quoi pour toi l’innovation ? Intégrer le scanner d’empreintes d’un sous-traitant dans son téléphone ?
      Ça c’est pas de la connerie ça ? L’iris je veux bien, mais les empreintes dans la nature … c’est monsieur Jo qui explique au tribunal que ses empreintes sont dans la nature et qu’il n’a pas fait le coup.

    3. Confondre éthique et vie privée …
      Evoquer big brother pour un appareil photo … t’as qu’à pas tagger tes modèles en coordonnées GPS si t’as peur qu’on découvre la planque de la tour eiffel ou de ton petit chat, ou de l’intermarché de Trifouilli les oies. Sérieux, arrêtez de vous prendre pour le centre du monde ou de croire qu’on vous espionne dès qu’un touriste vous filme parce que vous passez dans la rue devant un monument : le trou du cul du monde, c’est pas le centre, c’est seulement l’entrée.
      Si tu te sens espionné, tu peux aussi mettre une burka.
      T’es nudiste ? tu te balades à poil ? t’as peur qu’on te modélise ? Cours Forest cours !
      Fais ta manif contre les caméras espion planquées dans des boutons de parka … pas contre les téléphones appareils photo.

    4. Y aurait pas une contradiction entre le fait de sembler regretter qu’on ne puisse pas acheter la techno et le fait qu’on la trouve trop intrusive ?
      Les 200 kits protos vont être distribués aux plus motivés pour le développement d’applis (c’est ce qu’on appelle « ne pas lâcher une techno dans la nature sans regarder d’abord ce que ça risque de donner »)
      Ils ont fait pareil avec les glasses.
      J’ai pas vu les autres faire pareil. Jamais.
      Bref, j’ai jamais vu un post concentrant autant de connerie. Je vais d’ailleurs arrêter de le commenter … je me fais du mal.

  2. Après avoir commenté celui des autres, je vais quand même donner mon avis sur la news.
    C’est surement la techno la plus remarquable depuis le web et les ordinateurs mobiles : celle qui va vraiment changer les choses en terme d’interface utilisateur et de fonctionnalités de l’informatique.
    Une prévision liée à cette techno ? On portera bientôt sur soi une sorte de phablette légèrement souple en collier (avec un support attaché en tour de cou, peu épais mais large, genre simili cuir) : une tablette/téléphone haute résolution d’environ 7 ou 8″, toujours disponible, personnelle, connectée et dotée de capteurs sur ses deux faces.
    On trouvera des supports spécifiques à chaque morphologie.
    Elle pourra être ouverte vers l’avant, un peu comme on ouvre la tablette d’un siège d’avion (si on considère que le siège, c’est nous). Utilisable n’importe où. En position ouverte on pourra tapotera la surface tactile ou on bougera les mains en dessous (c’est bête de gesticuler devant l’écran quand on peut le faire derrière). Le micro, intégré dans le support, tombera pas loin des cordes vocales du porteur.
    Elle sera le centre du réseau personnel, autour duquel graviteront les lunettes (option), un PC portable, une montre … n’importe quoi. Le son sera produit par soit des écouteurs filaires (2 écouteurs à fil guidé, avec micro dérouleur à ressort de très faible raideur) … soit de petits hauts parleurs cardioïdes intégrés aux montants du support-collier (sur le dessus des épaules et orientés vers les oreilles).
    On la mettra le matin, comme on met son pantalon ou sa chemise (au dessus quand même !) et on l’enlèvera quand on n’en aura plus besoin. Légère et d’une relative souplesse (batteries dans le support), elle se fera oublier.
    Peut-être même qu’on pourra faire des sports avec un support spécifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité