Sauvé par la greffe de son mollet… sur son bras

opération

Les avancées médicales et chirurgicales font chaque jour de nouveaux miracles. Mais certains protocoles ont tout de même de quoi rester gravé dans les mémoires tant ils semblent étonnants. Ainsi, après la greffe d’un nez sur le front d’un patient et celle d’une main sur la cheville d’un autre, voici qu’un mollet a pris place sur le bras d’un troisième homme pendant quelques heures.

L’homme dont nous parlons est Ian McGregor, un fan de Star Trek (il aurait comparé son opération avec l’un des épisodes de la série), souffrant d’un cancer. Pour le sauver, une solution s’est imposée : le débarrasser d’une tumeur installée au creux de son bassin.

Sauf que cette ablation nécessitait aussi une amputation de la jambe depuis la région touchée, et donc, de trouver une solution pour combler cette partie de son anatomie. Cette solution fut trouver par le chirurgien de MacGregor, le docteur Mani Ragbir, et son équipe.

Ces derniers ont pensé à une greffe des tissus du mollet de leur patient visant à refermer son bassin. Sauf que, pendant les 18 heures qu’ont duré l’opération, il a fallu assurer la survie du patient, mais aussi celle des tissus dédiés à la greffe.

Et la nouvelle idée trouvée pour cela fût aussi d’avoir recours à une greffe, cette fois du mollet du patient, sur son bras. L’objectif étant de maintenir les tissus irrigués en permanence. Le docteur Ragbir a précisé :

« Nous ne sommes pas au courant du fait que d’autres personnes aient jamais suivi une telle procédure auparavant. »

Suite à la réussite de ce protocole, le chirurgien et son équipe ont d’ores et déjà prévu de publier leurs travaux afin d’aider d’autres médecins à répondre à de telles problématiques à l’avenir.

Tags :Via :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Les greffes de ce type datent de mémoire du 18eme siècle.
    Les chirurgiens de l’époque permettaient a de la peau de l’avant bras de ‘migrer’ jusqu’au visage pour faire de la reconstruction faciale, en particulier en vue d’obtenir un nez en peau véritable.
    Pour cette operation, l’avant bras etait maintenu replié sur le visage pendant plusieurs semaines le temps que les tissus du bras soient irrigués par le visage avec cicatrisation complète, pour qu’enfin on puisse liberer le bras en coupant la partie excédentaire de la peau et rafistoler du mieux possible ce qui etait destiné à devenir un nez.
    Autant dire que cette méthode etait révolutionnaire pour cette époque reculée.
    Bref, autant tout cela reste fascinant, autant il n’y a pas grand chose de nouveau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité