Les trolls, ces influenceurs…

Troll

Dans une étude réalisée il y a peu, les trolls étaient décrits comme "les sadiques prototypiques de tous les jours". Une seconde étude, dont les résultats ont été publiés par The New York Times, vient de paraître. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’analyse qui est livrée ne fait pas la part belle au libre arbitre des internautes.

L’étude à l’origine de cette constatation a porté sur l’analyse du comportement de 1 183 participants face à un article posté sur un blog fictif. Ces derniers, ont été divisés en deux groupes, l’un ayant accès à l’article associé à des commentaires raisonnés et constructifs, l’autre groupe devant se confronter à des commentaires beaucoup plus acerbes voir injurieux.

Petite précision, les commentaires les plus critiques sur le sujet mettaient en doute l’intelligence des lecteurs pouvant justement trouver ledit sujet intéressant.

Résultats : les commentaires les plus durs marquaient davantage l’attention des lecteurs et surtout, les influençaient dans une démarche dévalorisante de l’innovation présentée.

Les trolls, souvent médisants et toujours portés sur la polémique, font indubitablement partie du Web. Ils sévissent particulièrement sur les blogs et autres forums, accrocs à l’expression de leur pensées et surtout, à la critique. Produits, marques, rédacteurs, idées, etc. Tout le monde en prend pour son grade, sans que le niveau de la critique ne soit toujours très élevé.

Les espaces de commentaires, ouverts à tous dans le respect de la liberté d’expression, doivent rester en état et intégrer les dérives parfois haineuses de certains. Sauf que les conséquences du « trolling » semblent être plus graves que prévues.

Le problème pourrait être résumé en une expression : perte du libre arbitre. Il semblerait que les internautes soient réellement influencés par les trolls. Et dans le sens très négatif du terme…

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. c’est vraiment une étude de merde, qui cherche à influencer les cons.
    En effet il n’y a qu’un stupide imbécile pour croire du premier coup le contenu de l’article sans prendre le temps de lire lers commentaires des internautes.

  2. Quoique certains sites spécialisés sur l’actualité d’une société et qui passent plus de temps à rapporter les problèmes, soucis et tracas sont des générateurs de « trolls ».
    Mais dans quel but ?
    Après les investigations sur les faux avis de consommateurs rémunérés peut être le prochain dossier des autorités de la concurrence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité