Les avocats américains sont ouvertement pro-drones (spoiler : on est mal)

Avocat véreux

C'est une histoire simple. Bientôt, des drones commerciaux voleront à travers les cieux, ils finiront fatalement par casser et vous tomber sur le coin du nez. Vous voudrez poursuivre une société en justice, mais, il sera trop tard.

Trop tard ? Parce que les lois sont rédigées en ce moment afin de réglementer l’utilisation des drones commerciaux, et les cabinets d’avocats se préparent à aider les entreprises qui souhaitent utiliser ces machines, et non les consommateurs (comprenez : nous sommes nettement moins rentables).

Deux grands cabinets d’avocats américains ont annoncé la semaine dernière leur volonté de créer des groupes de discussions pour aider les entreprises à élaborer un règlement. Le Washington Post explique que les cabinets sont clairement sur le qui-vive, c’est effectivement un joli segment qui va s’ouvrir, une manne financière, le bon filon qu’il ne faudrait pas louper.

Selon les estimations, ce sont pas moins de 7500 drones qui envahiront le ciel de 2018, la FAA est donc en train d’écrire des propositions de loi et, gageons qu’ils seront savamment harcelés par les juristes, le marché est bien trop juteux pour passer à côté.

Qui veut parier ?

Les règles de la FAA seront-elles plus favorables aux entreprises utilisant des drones, ou aux personnes qui seront blessées par ceux-ci (fatalement, cela arrivera) ? La création de ces règles est capitale, sans quoi, les gens vont se réveiller un jour avec un drone dans leur salon et constateront que Amazon n’est légalement pas responsable de la vitre cassée.

La FAA est face à une lourde tâche et certainement beaucoup de pression, heureusement, les membres du Congrès veillent au grain. Les avocats peuvent bien oeuvrer pour les entreprises, les membres du Congrès – techniquement – travaillent pour les citoyens.

Tags :Sources :washingtonpost
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est du pain béni pour les terroristes.
    Quand le ciel sera envahi de drones, rien ne ressemble plus à un drone qu’un autre drone… et au lieu de transporter un colis amazon, il transportera un colis d’explosifs.
    ça va sérieusement relancer la construction immobilière avec toutes les tours qui vont être détruites :)

  2. Si amazon pète ma vitre avec un drone transportant un colis et qu’ils se déresponsabilisent je garde le colis. Et fait changer ma fenêtre par un pote..

  3. Les drones se baladeront donc partout avec des caméras pointées dans toutes les directions ? C’est la NSA qui doit se frotter les mains…

  4. Le survol des zones habitées est déjà soumis à une réglementation stricte en France … il va être difficile de la changer. Sachant qu’en plus on peut considérer l’espace au-dessus d’un pavillon comme « privé » jusqu’à une certaine altitude, je sens que le dégommage en règle des drones Amazon va devenir un sport national.

      1. si j’etais un Hacker je m’embeterais pas avec un drone pour attraper l’autre mais je chercherait à détourner celui existant par ses propres moyens, c’est vachement plus enrichissant a rechercher.

  5. La DGAC a les mêmes problématiques à régler. La règlementation actuelle a le mérite d’exister mais est loin de faire l’unanimité dans les professionnels et surtout les amateurs qui ne peuvent s’y conformer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité