Snowden : « nous avons plus à craindre des gouvernements que de Google »

Edward Snowden

Edward Snowden, l’homme par qui le scandale NSA/PRISM est arrivé, a donné une interview à l’occasion du SXSW. Et en a profité pour dédiaboliser Google et pour en remettre une couche sur les penchants curieux des gouvernements.

Snowden n’y est évidemment pas allé avec le dos de la cuillère en répondant aux questions qui lui furent posées par l’ACLU, lors de l’énorme conférence SXSW (qui prend place tous les ans à Austin, dans le Texas). Selon lui, « le gouvernement a la possibilité de vous priver de vos droits ». Et d’appuyer encore un peu plus son propos :

« Les sociétés peuvent vous surveiller pour vous vendre des produits, revendre vos informations à d’autres sociétés, et bien que ça puisse être dérangeant, vous disposez de recours légaux. [les gouvernements] ont des pouvoirs policiers, militaires, d’intelligence. Ils peuvent littéralement vous tuer. »

Le propos est extrême, pourrait donner de l’écho aux 1984, V For Vendetta, etc. Faut-il vraiment avoir peur des méthodes d’espionnage des gouvernements, des collectes de données qu’ils opèrent en secret ? Si la question mériterait certainement un grand débat, de l’avis de Snowden, « les données ne devraient jamais être collectées sans l’aval et le consentement des gens ».

Ca pourrait sembler couler de source, et pourtant, on a pu avoir pléthore d’exemples récemment prouvant que ce n’était pratiquement jamais le cas. Et qu’il fallait débourser de grosses sommes pour espérer surfer sur la toile en toute sécurité, ou presque.

Tags :Via :techcrunch
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. ça parait évident !!! quand on voit que tous les moyens de l’état (police et justice) sont mobilisés depuis septembre 2013 pour traquer 24h/24 l’ennemi publique n°1 et tête d’affiche du mur des cons de notre magistrature indépendante de gauche… on peut se dire que les gouvernements ont quand même les mains sacrément libres en France et ça ne choque pas beaucoup le fameux contre pouvoir que devrait être la presse.

  2. Pourtant Google collabore avec des états en leur livrant nos données. Le 1er de la liste : la Chine et la France n’est pas loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité