La Gonorrhée va devenir impossible à traiter !

Bactéries

Il est midi, profitons en pour nous octroyer un petit moment glamour et délicat. Parlons Gonorrhée

Pour ceux qui ne connaissent pas la Gonorrhée, c’est une bonne nouvelle (Nous déconseillons vivement la recherche d’images sur le sujet). En résumé,

« La blennorragie ou gonorrhée (aussi appelée familièrement chaude-pisse ou chtouille) est une infection sexuellement transmissible. C’est une infection des organes génito-urinaires, due au gonocoque (Neisseria gonorrhoeae) découvert par Albert Neisser en 1879 dans un pus d’urétrite aiguë et isolé en 1885 par Bumm. Elle fait partie des gonococcies. » –Wikipedia.

La gonorrhée a pris de nombreuses formes au cours des dernières années. La souche qui contamine aujourd’hui n’est pas la même que celle qui contaminait il y a des années. Le hic, c’est que cette MST est devenue résistante à la plupart des antibiotiques que nous avons utilisés pour la combattre lors des trois dernières décennies.

Entendons-nous bien, avec des symptômes tels que des brûlures, une enflure des testicules, des pertes vaginales et des démangeaisons anales, ce n’est pas une chose que vous souhaiteriez laisser en l’état… (Ou alors, vous êtes très bizarre. No offense.).

Malheureusement, le US Center for Disease Control (CDC), en analysant les données à long terme de 17 villes américaines entre 1991 et 2006, a pu constater que la gonorrhée est devenue résistante aux médicaments (céphalosporines).

« Cercle vicieux oblige, les chercheurs ont découvert que la résistance accrue mène à une augmentation des cas de gonorrhée. Globalement, l’étude suggère que si 10% des échantillons sont résistants au traitement recommandé, alors il y aura une augmentation subséquente de 7% des cas. »

7% ? Broutille ? Étant donné que 820 000 cas sont diagnostiqués aux États-Unis chaque année, un taux de résistance de 10% représenterait… 57 400 cas supplémentaires ! Ajoutons qu’ils seraient extrêmement difficiles à traiter et que ce nombre pourrait être encore plus élevé au fil du temps en raison de l’effet cumulatif de la résistance. Joie.

Pour l’instant, le dernier traitement recommandé de la CDC se maintient aux États-Unis. Alors de deux choses l’une, notre génération devrait être tranquille, MAIS, ce n’est pas une raison pour ne pas se protéger. On ne vous rappelle pas les symptômes…

Tags :Sources :CDCVia :theverge
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Article digne d’u forum doctissimo..

    Madame nous balance le nom d’une classe d’antibio, sans savoir de quoi il s’agit de toute évidence, car aucun détails…
    (Pour infos les céphalosporines sont de première intention, et la streptomycine est de seconde intention et plus spécifique)

    Et faut-il rappeler que cela ne concerne que les états-unis (donc pas le monde entier), et que l’usage d’antibiotiques dans ces contrées et très élevées tant pour les humains que pour le bétail et la volaille….

    1. Perso je m’en balance pas mal du noms des antibiotiques… Après je vois que les gens aime bien exposer leur savoir si gizmodo…

      1. Dans la mesure où l’on écrit un article sur le sujet il est de bon aloi de creuser un peu plus tous les éléments qui le méritent.

        Quant à la résistance des antibiotiques qui n’a pas de frontière, je dirais que effectivement non, mais la biomasse n’est pas la même a tous les coins du globe… L’unique et révélateur exemple est bien sûre ; la tourista.

  2. Quitte à parler d’un sujet médical vous pourriez au moins mettre une photo en rapport.. Genre une image ou un dessin de la bacterie concernée plutot qu’une image prise au hasard ! Perso quand je vois un sujet sur Neisseria gonorrhoeae, je m’attends pas à voir une image d’un bacille mais booooon ce n’est qu’un détail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité