La NSA l’affirme : les sociétés sont au courant de la collecte de leurs données

NSA

Lassée de laisser filer les critiques à son encontre, la NSA contre-attaque, affirmant ce jour que les sociétés dont elle a collecté les données étaient bel et bien au courant du petit manège, qu'importe ce qu'elles aient pu affirmer.

A nouveau, la NSA met de l’huile sur le feu. Rajesh De, le directeur juridique de l’agence gouvernementale, ayant confirmé que les sociétés dont les données ont été collectées dans le cadre du programme PRISM étaient, quoiqu’elles aient pu en dire, bien au courant de ce qui se tramait.

Ces sociétés ont en effet du se soumettre à toute une série de procédures légales obligatoires, ce qui prouve qu’elles n’avaient pas d’autre choix que d’être au fait des collectes de données.

Si les choses tendent à se vérifier, alors les choses pourraient devenir problématiques pour les entités (Google, Facebook, Yahoo!, etc.) ayant juré ne pas avoir joué le jeu de la NSA. D’ailleurs, en août dernier, le doute était déjà semé : la mise en exergue de documents déclassés nous apprenaient en effet que la NSA avait versé des millions de dollars à des sociétés qui avaient pourtant tenté de jouer les oies blanches auparavant, parmi lesquelles Facebook, Yahoo! ou encore Google, qui n’auraient pas rechigné à recevoir de telles sommes afin de couvrir leur “engagement” au sein du programme PRISM.

Tags :Via :engadget
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Oui enfin quand je me fais piquer mon téléphone je suis au courant qu’un mec me l’a piqué … est-ce que ça me rend pour autant coupable d’avoir laissé l’accès aux infos personnelles de mes contacts à une tierce personne sans leur accord préalable ?

    1. Merci pour le “larve”, ça met tout de suite une ambiance saine et chaleureuse dans le dialogue. Et après les mecs s’étonnent de se faire pourrir sur la toile.
      Et il faudrait arrêter aussi de sauter aux conclusions avec des raisonnement du genre “si t’es pas contre alors t’es pour”. Cela laisse à croire qu’on a un américain pour interlocuteur et coupe toute possibilité de dialogue intelligent.

      La seule chose que le fait que ces boîtes étaient au courant du siphonnage des données personnelles des utilisateurs par la NSA change, c’est qu’en plus de la NSA, on a beaucoup d’autres coupables … ça ne diminue en rien l’importance du “crime”.

  2. Qu’ils aient pris nos données directement ou qu’ils les aient empruntées à quelqu’un d’autre n’est peut être pas fondamental à notre niveau. Ce n’est embêtant que pour l’image de Facebook, Google et consort qui ne s’offusquent que dans la mesure ou celle de la NSA étant catastrophique, ils aimeraient éviter d’être salis par elle. On est assez loin des questions d’éthique.

  3. On joue à la patate chaude? Allez, je commence: “C’est même pas moi, c’est la faute des autres!”
    Je vois d’ici les sociétés concernées prévenir leurs clients que toutes leurs données vont être épluchées par la NSA…

  4. Par ce que certains ont cru les dires de ses sociétés, quand elles ont essayées de se dédouaner, suite à l’annonce de l’existence de PRISM?
    Avec les lois US actuelles contre le terrorisme et la sécurité d’état, elles n’avait n’avais pas d’autre choix. Vous croyez qu’un des patrons de ces firmes irait en prison pour nos données?
    Le plus marrant, c’est quand certain de ses patrons en ont rajouté une couche dans un communiqué en jurant que leur société était plus blanche que les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité