Et voici les vagins élevés en laboratoire !

Et voici les vagins élevés en laboratoire !

Les progrès en médecine sont aujourd'hui tels que l'on entrevoit des possibilités jusqu'alors insoupçonnées. Implants, régénération, organes clonés, impression 3D. Des chercheurs ont par exemple réussi à implanter des vagins "artificiels" chez des patientes souffrant d'une maladie très rare.

Le syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser (MRKH) est une maladie génétique dont l’une des conséquences est une atrophie – ou une absence totale – du vagin et de l’utérus. Des scientifiques du “Wake Forest Baptist Medical Center” en Caroline du Nord, Etats-Unis, sont parvenus à implanter des vagins développés en laboratoire sur des patientes âgées de 13 à 18 ans souffrant du syndrome de MRKH.

Anthony Atala, directeur de l’équipe de chercheurs, déclare à ce sujet : “Cette étude pilote est la première à prouver que le vagin peut être construit en laboratoire et utilisé avec succès sur les humains […] Cela pourrait représenter une nouvelle option pour les patients qui ont besoin d’opérations de reconstruction vaginale.”

La structure de ces vagins a pu être reconstruite grâce à des cellules prélevées par biopsie sur chaque patiente. Une fois développées, elles ont été assemblées manuellement dans une forme qui correspondait à chacune. Six semaines plus tard, les organes furent implantés, le corps s’est ensuite chargé de remplacer cette “structure artificielle” par un nouvel organe.

Aujourd’hui, ces patientes profitent d’une vie (notamment sexuelle) tout à fait normal. Au-delà de la “simple” médecine régénérative, cette procédure pourrait aussi, à terme, servir à traiter le cancer du vagin et d’autres maladies.

 

Tags :Sources :Engadget
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Franchement cet article est doublement mauvais: l’orthographe pique les yeux, même si cela part à vau l’eau de nos jours; mais surtout, l’explication donnée est incompréhensible et déformé de l’explication claire que j’avais eu la chance de lire en amont de cet article : ils ont construit/modélisé une structure d’accueil du futur vagin adapté à la morphologie de la patiente, biodégradable, dans lequel ils ont fait grandir le vagin à partir de cellules souches prélevées par biopsie. Après quoi ils ont réimplanté le tout et la structure a disparu, permettant au vagin d’être reconnecté au niveau nerveux et sanguin correctement avec le reste du corps. C’est tout de même plus simple à comprendre et agréable à lire… Et ça ne prend pas plus de 5 minutes à écrire sur un smartphone alors prenez ce temps pour publier propre et bien du premier coup bon sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité