Test : DJI Phantom 2 Vision+ : la vidéo intégrée sur un drone

DJI Phantom 2 Vision+

DJI est un spécialiste des drones quadricoptères radiocommandés. A l’origine, pour vivre des expériences de vidéos uniques, il fallait installer une GoPro sur ces drones, mais l'année dernière DJI a finalement présenté la Phantom 2 Vision, embarquant son propre système de caméra intégrée. Il était assez fluide, mais chaque mouvement du drone provoquait encore des secousses rendant la vidéo assez difficile à apprécier.

Aujourd’hui, DJI a dévoilé la Phantom 2 Vision+, qui embarque un appareil photo reposant sur 3 axes de stabilisation électronique. Et la différence se fait largement sentir.

Qu’est-ce que c’est?

Il s’agit d’un petit hélicoptère de contrôle à distance bourré de technologie : GPS , WiFi , et un appareil photo de 14MP totalement stabilisé avec un objectif F/2.8 capable de réaliser une vidéo à 1080p/30.

Pourquoi est-ce important ?

En plus de l’aspect ludique afférent au pilotage d’un drone de ce type (qui peut voler à environ 57 km/h et atteindre des hauteurs supérieures à 270 mètres), le drone est équipé d’une petite caméra très solide. Ceci permet aux photographes et vidéastes amateurs et professionnels d’obtenir des clichés inédits.

DJI Phantom 2 Vision+

Design

À première vue, on pourrait penser qu’il s’agit d’un jouet pour enfant, étant donné son aspect extérieur tout en plastique blanc. Vu de dessus, ce drone est un grand X blanc équipé d’hélices bipales en plastique disposées à chaque extrémité. Ce « X » repose sur deux appuis carrés, qui servent également à protéger l’appareil dans son châssis.

DJI Phantom 2 Vision+

Toute la complexité technique de cet appareil concerne davantage la caméra dont il est équipé. Cette dernière est rattachée à une plate-forme située sur la partie centrale du drone, reliée par quatre points de caoutchouc devant amortir les vibrations des moteurs. Contrairement au Phantom Vision 2, la caméra a été divisée en plusieurs parties. La plate-forme de suspension accueille la carte micro SD et un micro connecteur USB mais l’objectif et le capteur de l’appareil photo sont, pour leur part, reliés par un système filaire.

DJI a travaillé à la stabilisation de l’objectif et du capteur et présente ainsi une sorte GoPro de taille réduite accrochée à un bras mécanique lui-même relié au drone. Ce bras mobile permet de cadrer les prises de vue rapidement.

L’hélicoptère est alimenté par une batterie 5200mAh Li -Po. La télécommande dispose pour sa part de deux joysticks, deux commutateurs à 3 positions et un interrupteur d’alimentation.

DJI Phantom 2 Vision+

La télécommande est capable de rester connectée avec le drone, même à 2 200 mètres de distance. Il est aussi possible de connecter la télécommande à un smartphone Android ou iOS grâce à un réseau WiFi. L’application DJI permet de visualiser les images captées en direct par la caméra fixée sur le drone, depuis l’écran de son smartphone. Il devient aussi possible de démarrer ou arrêter la vidéo, de prendre des photos, d’incliner la caméra (jusqu’à 90 degrés), de régler les paramètres de l’appareil photo et de consulter les données de vol (tels que la distance, l’altitude, la vitesse et le niveau de la batterie) du drone.

DJI Phantom 2 Vision+

Le système dans son intégralité (drone et caméra) reste très solide et capable de résister à des chutes importantes.

DJI Phantom 2 Vision+

Utilisation

Le Phantom 2 Vision+ ressemble peut être à un jouet, il n’en est pas moins un drone dont l’utilisation nécessite de respecter certaines règles.

Il ne s’agit pas simplement d’appuyer sur un bouton pour commencer à voler. Le système reste compliqué et les instructions laissent à désirer. Avant de commencer à voler, il faut d’abord mettre en route le drone et sa commande, puis les coupler à un smartphone (cette opération prend plusieurs minutes) et démarrer l’application. Ensuite, il faut actionner à plusieurs reprises un bouton sur la télécommande, jusqu’à ce que les repères lumineux présents sur le drone passent au jaune. Il s’agit ensuite de régler l’installation de la caméra en la pointant vers le bas et d’étalonner les boussoles. L’installation réussie permet de faire passer les repères lumineux du drone au vert, signifiant que le drone est prêt à voler.

Pour démarrer les rotors, il suffit de pousser les deux manettes dans les coins inférieurs intérieurs. Le joystick gauche contrôle ensuite l’altitude et la rotation de l’appareil : le joystick droit commande la direction. Après une petite prise en main, le système reste relativement facile à contrôler.

DJI Phantom 2 Vision+

Mais il faut beaucoup de pratique pour devenir un bon pilote, il faut donc éviter de pousser le drone à sa vitesse maximum au début car cela pourrait provoquer de gros dégâts (il est aisé de perdre le contrôle d’un appareil).

Cependant, perdre le contrôle n’est pas toujours aussi effrayant que cela puisse paraître. Le Phantom Vision 2+ (comme la Phantom 2 avant lui) dispose d’un GPS. S’il perd le contact avec la télécommande, il se redirige automatiquement sur le lieu de la déconnexion. Une manipulation rapide permet alors de reprendre le contrôle depuis la télécommande. Une fonctionnalité permet aussi de ramener le drone à son point de départ automatiquement (utile en cas de problème de batterie par exemple).

L’utilisation de l’application de contrôle de l’appareil est agréable et intuitive. Il suffit de frapper les flèches vers le haut ou vers le bas pour ajuster l’inclinaison de la caméra, appuyer sur un bouton pour enregistrer une vidéo ou capturer une photo. En revanche, la vidéo en direct peine et manque cruellement de fluidité. L’appareil peut capturer des images fixes au format JPG ou Adobe DNG fichiers bruts. Tout est enregistré sur une carte micro SD.

DJI Phantom 2 Vision+

La pratique reste la clé d’une expérience réussie. La batterie tient environ 25 minutes de temps de vol. Phantom Vision 2+ permet de prendre d’incroyables photos panoramiques. Ce n’est pas le genre de service qui était accessible aux amateurs il y a seulement quelques années.

DJI Phantom 2 Vision+

Comparaison

La vidéo présentée ci-dessus illustre bien l’écart qualitatif de la vidéo prise depuis un Phantom Vision 2 et le nouveau modèle. Ce dernier peut opérer des changements brusques de direction sans provoquer de saccades ou de tremblements.

Annexes

La comparaison de la qualité vidéo avec celle de la GoPro démontre pourtant les limites du système. La caméra du drone propose une image moins détaillée, parasitée. Cela ne veut pas dire que l’appareil photo est de mauvaise qualité. Mais il n’est tout simplement pas aussi bon que le meilleur appareil photo « d’action » actuellement sur le marché.

DJI Phantom 2 Vision+

On a aimé

Une fois que tout est mis en place, il est vraiment très facile et agréable de voler. Les fonctions GPS sont fantastiques et le fait de pouvoir contrôler la caméra à distance est un bonheur. Les fichiers JPG sont de qualité satisfaisante.

Les performances du drone en matière d’altitude et de rapidité sont étonnantes et offrent la possibilité de réaliser des vidéos impressionnantes. L’autonomie de la batterie est très satisfaisante.

DJI Phantom 2 Vision+

On n’a pas aimé

Le paramétrage n’est pas intuitif. Il y a, de plus, beaucoup trop de retard dans la vidéo directe rendant impossible le pilotage à trop longue distance.

Un autre problème majeur concerne la batterie. A  % de charge, le drone se désactive automatiquement pour s’écraser au sol. Mieux vaut donc poser le Phantom Vision 2+ quand il atteint les 15 % de charge. Il reste capable de survivre à d’importantes chutes (d’environ 2 mètres), mais cela peut surtout dépendre d’un coup de chance.

La mise hors tension des rotors se fait de la même manière que pour les activer : il faut appuyer sur les deux manettes vers le bas et vers l’intérieur. Le problème réside dans le fait que cette manipulation peut facilement être faite par accident, en plein vol.

Il faut insister sur le fait que les instructions font vraiment défaut. Une grande partie des manuels n’est pas traduite correctement du chinois, et même en essayant de trouver les tutoriels vidéo en ligne, l’apprentissage et la mise en place restent difficiles.

DJI Phantom 2 Vision+

Et alors, j’achète ?

Ce drone reste très amusant à utiliser et représente une bonne solution de vidéo aérienne. Cela dit, il coûte 1 300 dollars (1 370$ pour le kit avec une batterie supplémentaire, vraiment pratique voire indispensable). D’autres propositions (peut-être pas tout-en-un) peuvent proposer un service équivalent avec, surtout, une qualité de vidéo supérieure.

Tags :Via :gizmodo