Bonne nouvelle ! Nous n’avons pas découvert de planètes habitées

kepler 186f pour illustrer le fermi paradoxe et le grand filtre

La semaine dernière, les scientifiques ont annoncé la découverte de Kepler-186f, une planète se trouvant dans la constellation du Cygne à 492 années lumières de la Terre. Kepler-186f est spéciale car il s’agit de la première planète d’une taille proche de la Terre se trouvant en orbite dans une zone habitable par rapport à son étoile.

Il y a une chose dont les journaux n’ont pas parlé. Cette découverte rend légèrement plus crédible la possibilité d’une extinction prochaine de l’espèce humaine.  Tout cela, à cause d’un concept connu sous le nom de Grand filtre.

Sommes-nous seuls ?

Le Grand Filtre est un concept qui tente de résoudre le paradoxe de Fermi : pourquoi n’avons-nous pas trouvé d’extraterrestre malgré l’existence de milliards de systèmes stellaires dans notre voisinage galactique ? Pour le physicien italien Enrico Fermi, c’est assez extraordinaire qu’aucun signe extraterrestre ou projet d’ingénierie (comme la sphère de Dyson) n’ait été détecté (si on exclut les soucoupistes théoriciens d’un complot extraterrestre global).

Cette absence de preuve d’une civilisation extraterrestre suggère qu’il manque au moins une étape pour passer d’une planète humble à une civilisation interstellaire. Cette absence peut s’expliquer soit parce que la vie intelligente est extrêmement rare ou soit parce que la vie intelligente a la fâcheuse tendance de s’autodétruire. Cet obstacle insurmontable qui permettrait à une civilisation extraterrestre de devenir une civilisation dotée du voyage interstellaire est ce que l’économiste américain Robin Hanson appelle le Grand Filtre.

La cause de ce goulot d’étranglement est sujet à débat depuis plus de 50 ans. Plusieurs hypothèses ont été avancées : la rareté de planètes similaires à la Terre, de molécules capables de se répliquer. D’autres pensent que le passage d’une vie procaryote (une cellule sans partie spécialisée) à une vie eucaryote est fortement improbable. La transition a d’ailleurs pris plus d’un milliard d’années sur Terre.

Ceux qui sont en faveur de l’hypothèse de la « Terre rare » argumentent que l’évolution de la vie complexe nécessite un nombre énorme de conditions parfaites. En plus d’être dans une zone habitable par rapport au soleil, cette seconde Terre doit être assez distante du centre galactique pour éviter les radiations, les planètes géantes gazeuses doivent être assez grandes pour détourner les astéroïdes et il faut également une lune inhabituellement grosse pour stabiliser l’axe de la planète et offrir différentes saisons.

Ce sont seulement quelques-uns des prérequis pour qu’une vie complexe puisse voir le jour. L’émergence d’un langage symbolique, d’outils et de l’intelligence viennent s’ajouter à ces « conditions parfaites ».

fermi paradox grand filtre

Allons-nous passer par le Grand Filtre ?

Même si l’émergence de la vie est rare, son silence peut aussi signifier que la vie intelligente est fréquent mais qu’elle échoue à survivre assez longtemps. Est-ce qu’une civilisation suffisamment avancée fini toujours par trébucher et commettre un suicide technologique ? Finit-elle toujours par suivre une trajectoire non-durable ? Nous savons qu’un Grand Filtre empêche l’émergence de civilisations interstellaires, mais nous ne savons pas si cela fait partie du passé de l’humanité ou si c’est ce qui nous attend dans le futur.

Pendant 200 000 ans, l’humanité a survécu aux supervolcans, aux impacts d’astéroïdes et aux pandémies de causes naturelles. Mais nous n’avons que quelques décennies de survie en cohabitation avec des armes nucléaires. Et nous ignorons si nous arriverons à survivre aux nouvelles technologies qui ont de fortes chances de se développer ce siècle.

Des scientifiques renommés comme l’astronome Martin Rees du Centre Cambridge pour l’étude du risque existentiel fait remarquer que les avancées en biotechnologie sont potentiellement catastrophiques. D’autres comme Stephen Hawking, Max Tegmark et Stuart Russel, qui font également partie du Centre Cambridge, ont exprimé des craintes sérieuses sur les possibilités exotiques mais sous-étudiées de machines super-intelligentes.

grand filtre

Pourvu que Kepler-186f soit inhabitée

Quand le paradoxe de Fermi a été proposé, on pensait que les planètes étaient rares. Depuis, les instruments astronomiques ont révélé la présence d’un millier d’exoplanètes et ce ne serait que la partie émergée de l’iceberg.

Chaque nouvelle découverte d’une planète ressemblant à la Terre dans une zone habitable, comme Kepler-186f, affaiblit l’hypothèse qu’aucune autre planète à part la Terre ne peut héberger la vie. Ainsi, le Grand Filtre se trouve très certainement en travers du chemin qui sépare la planète habitée de la civilisation interstellaire. Ainsi, plus nous serons proche de découvrir la vie extraterrestre et plus nous avons de chance de nous autodétruire et de confirmer la théorie du Grand Filtre.

Si Kepler-186f est habitée par une vie intelligente, ce serait alors une très mauvaise nouvelle pour l’humanité. Ce simple fait renforcerait considérablement l’hypothèse du Grand Filtre. Cela signifierait qu’une catastrophe s’abattrait sur nos compagnons extraterrestres et sur nous-mêmes.

Dans le cas de Kepler-186f, nous avons de nombreuses raisons de penser que la vie intelligente a pu ne jamais émerger. L’atmosphère pourrait être trop fine pour éviter le gel, ou la planète pourrait avoir un environnement trop statique. La découverte de conditions hostiles à la vie sur une exoplanète devrait être l’occasion d’une fête internationale. Le philosophe Nick Bostrom a écrit  :

Le silence de la nuit est une chance… dans la recherche de la vie extraterrestre, pas de nouvelles est une bonne nouvelle. C’est la promesse d’un grand futur potentiel pour l’humanité.

Tags :Sources :Nick BostromNASABBCHuffington PostThe conversation SETI ProjectAleph
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ou alors le voyage interstellaire, c’est à dire le fait de pouvoir atteindre un autre système solaire dans un laps de temps raisonnable, est tout simplement impossible techniquement parlant. Et les civilisations intelligentes sont condamnée à se balader uniquement dans leurs propres système solaire. Un peux comme nous (et encore, on débute à peine)

    1. Assez d’accord. Ou peut-être nous évitent-ils, genre 1ere directive de Star trek.
      Le fait est qu’on aura un début de réponse que lorsqu’on aura débusquer leurs lumières au bout de nos télescopes.
      Ça ne sera pas simple mais j’ai bon espoir.

  2. Ou alors, partant du principe que si vie extraterrestre il y a, celle ci doit etre particulierement eloignée puisqu’on ne la voit pas meme avec des telescopes, ce qui ne veux pas dire qu’elle, avec peut etre plusieurs milliers voir dizaines de milliers d’annees d’avance sur nous, ne peut pas nous voir ou meme nous approcher, mais de manière furtive, comme nous humains l’avons fait et le faisont toujours plus ou moins avec des tribus, etc… phase d’observation puis phase de contact si possible.

    Je pense qu’avec le minimum d’evolution qu’a connu l’homo sapiens sapiens, il en serait de meme aujourd’hui si nous decouvrions la vie, qui plus est intelligente, ailleurs. Je ne pense pas qu’on enverait des cosmonautes avec leurs gros sabots coller des sondes à tout ce qui bouge, mais plutot qu’on enverait des satellites et autres engin d’observation de plus en plus discrets et perfectionnés au fil du temps.

  3. « Nous savons qu’un Grand Filtre empêche l’émergence de civilisations interstellaires »
    ah oui ? quand est-ce que ça a déjà eu lieu ? Il faut arrêter de prendre des raccourcis facilement les gars. Ce ne sont que des hypothèses… jusqu’à preuve du contraire. Je me permets d’ajouter une option au complexe de Fermi que vous n’avez pas cité : on n’a pas encore trouvé d’être extraterrestre intelligent pour l’instant, peut-être parce que tout simplement ils n’existent pas.

    1. Concernant la première remarque, l’article entier se base sur des hypothèses et des théories. Au bout d’un moment, j’ai pensé qu’il n’était plus nécessaire de le préciser… mais je constate que ce n’est pas évident pour tout le monde.
      Pour la deuxième partie, concernant l’absence de civilisation extraterrestre, cette option est envisagée dans l’article puisqu’elle est comprise dans l’hypothèse de « la terre rare »

      1. Bonjour Noredine,
        Lorsque tu dis « j’ai pensé qu’il n’était plus nécessaire de le préciser… mais je constate que ce n’est pas évident pour tout le monde. » il me semble que ton rôle n’est pas de formuler des critiques envers le lecteur, même légères et indirectes, mais au contraire d’appaiser les débats amorcés par des lecteurs un peu trop fougueux. Repreciser simplement ton propos aurait été plus sage et le laisserait au dessus de la mêlée.
        Ceci étant dit, personnellement j’ai trouvé ton article intéressant et divertissant.

        1. Bonjour Maxime,
          arf… le risque quand on répond, c’est que la réponse soit mal interprétée. Là encore, je pensais plutôt reconnaître mon manque de clarté, et que je me trompais en pensant ainsi.

    2. Ou peut-être pour d’autres raisons… On ne cherche pas bien ou depuis trop peu de temps etc. Il se peut aussi qu’elle soit plus avancé que la notre. Dans ce cas nous pourrions essayer de trouver quelque chose que nous ne pouvons même pas imaginer. Un civilisation très avancée par exemple pourrait très bien maitriser des technologie que nous commençons à peine à vraiment exploiter et davantage.

  4. ou alors on leurs parlent et on apprend d’eux pour évoluer encore plus loin et garder nos races respectives loin de l’extinction (colonisation de planètes etc…).
    Pk toujours opté pour la guerre ? faire un voyage si long, pour se taper sur la gueule ? ce ne sont pas des êtres intelligents qui résonnerais comme ça ….

    Enfin vue la connerie humaine, imaginer un alien défoncé à la beuh ! XD ….

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Nous serions parfaitement incapables de communiquer avec un civilisation plus avancée que la notre et il se pourrait bien que nous ne gagnions rien à entrer en contact avec elle, au contraire, comme l’a supposé Hawking.

  5. Peut être aussi que de nombreuses civilisations existent.
    Mais n’éprouve aucun intérêt à l’industrialisation. En encore moins aux voyages interstellaires. Qu’elles considères soit inutiles, voir impossible.
    Si des OVNIS avait visité notre planète, il y a 200 000 ans, il y aurai trouvé des millions d’espèce intelligentes. Mais aucune qui ne se préoccupait d’autres choses que ses besoins essentiels.
    Sur terre, l’homme « civilisé » existe depuis environ 8000 ans. Les formes de vie intelligentes depuis des centaines de millions d’année…
    Peut être qu’au vu du très grand nombre de planète ou l’apparition de la vie est possible. La vie elle même dans l’univers n’est pas si rare, mais que l’étape qui fait passé de forme de vie intelligente à « la conscience de soi-même »et « la faculté de se perfectionner » est finalement, elle très rare…

    1. Goulot d’étranglement et goulet d’étranglement sont deux expressions métaphoriques, paronymes et équivalentes, qui désignent la limitation d’un processus (écoulement de liquide ou de trafic, transfert d’information, production de biens,…) due à une étape sous-dimensionnée dans ce processus.

  6. (si on exclut les soucoupistes théoriciens d’un complot extraterrestre global)…

    Gizmodo est-il encore un site pour Geeks ? Cette phrase est digne des pires journaleux conservateurs, n’oubliant jamais de ridiculiser tout ceux qui sortent de la norme; comme on le faisait à ceux qui croyait que la Terre était ronde.

    1. Je ne vois pas ce qu’il y a de ridicule dans cette phrase. J’exclus juste ces théoriciens de la démonstration. Et je n’exclus pas tous les soucoupistes (terme employé par les soucoupistes eux-mêmes). Juste ceux qui parlent d’un complot extraterrestre global (reptiliens, illuminati, etc.)

  7. Le scénario qui me paraît plausible pour expliquer le paradoxe de Fermi :

    – une planète, dans l’univers, voit apparaître la vie qui évolue au cours du temps vers des créatures biologiques intelligentes (par exemple, c’est le cas de la Terre)

    – une de ces créatures biologiques intelligentes arrive à créer une technologie (par exemple, c’est le cas de l’humain sur la planète Terre)

    – cette technologie débouche sur des ordinateurs dont la puissance de calcul croit exponentiellement au cours du temps (c’est le cas sur Terre, on appelle cela la loi de Moore).

    – la puissance de calcul finit par dépasser très largement celle des cerveaux les ayant créés.
    (ce dépassement est en train de se produire sur Terre)

    Par exemple, un ordinateur va finir par réaliser 10^25 opérations par seconde, alors que le cerveau de son créateur biologique n’en effectue toujours que 10^15. Pour autant, cela reste encore un ordinateur sans conscience, piloté par ses créateurs biologiques

    – puis la technologie débouche sur des machines dotées d’une conscience (ce n’est pas encore le cas sur Terre, nos ordinateurs ne sont pas encore conscients, mais cela peut arriver dans quelques décennies ou siècles)

    Dès lors, ces machines superintelligentes et conscientes s’affranchissent de leurs créateurs biologiques, prennent dans un premier temps le contrôle de leur planète puis se propagent dans l’univers.

    On peut aussi envisager que les créateurs biologiques se sont progressivement transformés en machines conscientes superintelligentes, par ajouts successifs d’implants artificiels au point de finir par ne plus rien avoir de biologique (fusion homme / machine).

    Si ces machines superintelligentes rencontrent une planète où il y a des machines aux capacités comparables, elles peuvent établir une communication intéressante avec elles.

    Si elles rencontrent une planète qui en est resté à des créatures biologiques, comme la Terre, elles n’établissent pas de contact car cela n’aurait aucun intérêt pour elles. Une machine superintelligente ne va pas communiquer avec un humain. Si cette machine réalise en une petite fraction de seconde plus de réflexions qu’un humain dans toute sa vie, elle ne retirerait rien d’une communication avec un humain. Cela correspondrait pour nous à communiquer avec une bactérie.

    Donc des machines extraterrestres superintelligentes ont très bien pu déjà atteindre la terre mais ne pas avoir établi de contact avec nous, car nous n’avons aucun intérêt pour elles.

    1.  » ..Dès lors, ces machines superintelligentes et conscientes s’affranchissent de leurs créateurs biologiques, prennent dans un premier temps le contrôle de leur planète puis se propagent dans l’univers.–.. » y’a pas un livre qui raconte la même histoire ? ou se base sur se meme principe ?

      1. L’idée de machines intelligentes qui viennent concurrencer les humains est un classique de la science-fiction. Mais dans la SF, les humains et les robots sont généralement à des niveaux comparables, de façon à ménager un suspense, l’issue de la confrontation étant incertaine.

        Ici l’idée est que les machines sont à un niveau structurellement au-dessus des êtres biologiques, au point de ne plus avoir le moindre intérêt à communiquer avec eux.

        Ces idées se retrouvent chez des personnes comme Ray Kurzweil, Nick Bostrom, Hugo de Garis, elles sont liées au transhumanisme et à la notion de singularité technologique : tout ce qui est postérieur à la singularité technologique appartient aux machines superintelligentes et ne pas être imaginé par des êtres biologiques comme nous. Certaines personnes, comme Ray Kurzweil, pensent que la singularité est proche (dans le courant du XXIème siècle). Pour ma part, je pense qu’il faudra attendre quand même encore quelque siècles, mais cela reste infinitésimal par rapport à l’âge de l’univers.

  8. Fermi parle de vie humanoïde, de vie pouvant se développer dans un environnement comme le notre (eau, oxygène…etc), mais il ne met pas en évidence qu’il pourrait exister d’autres types de vie qui pourraient bien évoluer dans des environnements différents, voir complètements hostiles à l’homme..!
    exemple : l’être humain ne peut pas respirer sous l’eau, pourtant la vie s’y développe bien..! exemple un peu simpliste, je sais…vu que théoriquement nous avons d’abord évolués dans l’eau..! :-)

  9. Article intéressant, merci !

    J’ai toujours trouvé le paradoxe de Fermi un peu simpliste. D’ailleurs, pour le simplifier, c’est la même chose que de dire « on a jamais vu des preuves de vie extraterrestre, donc ça n’existe pas ».

    Il y a à peine un siècle que l’aviation a été inventée. On arrive à peine à atteindre notre satellite naturel. Nous sommes très très loin de tout comprendre, encore moins d’arriver à capter ce qui se passe à plusieurs dizaines / centaines de milliers d’années lumière. En gros, si nous arrivions à découvrir aujourd’hui une autre planète Terre à quelques années lumière de nous, avec 7 milliards d’êtres intelligents capables d’envoyer des satellites en orbite, il nous serait impossible de certifier qu’il y a de la vie intelligente. Imaginez une civilisation qui aurait ne serait-ce que quelques centaines d’années d’avance ? Si celle-ci est dans le même état d’esprit (pour vivre heureux, ou vivre tout court, il vaut mieux rester cacher), alors il nous sera autant impossible de les comprendre qu’un cafard arrive à se connecter sur internet…

  10. Déjà si on s’accordait à dire que la vie sur Terre n’est pas le fruit du hasard on commencerait à y voir plus clair sur notre monde et l’espace. Une théorie comme quoi le peuplement de la Terre serait du à une sorte d’arche de Noë interstellaire venue peupler notre planète de multiples espèces il y a des milliers d’années serait plus crédible que cet ersatz de théorie de l’évolution.
    En effet cette théorie de l’évolution porte en elle les éléments de sa réfutation. Le principe de base de la sélection naturelle telle qu’elle fut présentée par Darwin, c’est à dire que parmi de multiples mutations dues au HASARD, seules les espèces présentant des mutations « utiles » pour survivre sont « sélectionnées ». Hors comme justement ce phénomène est lié au hasard nous devrions trouver des milliards d’espèces présentant des phénotypes « inutiles », bien plus nombreuses au final que les espèces ayant survécu. Or nulle trace de ces phénotype n’a jamais été trouvée notamment dans des fouilles archéologiques alors que leur nombre est sensé être plus que conséquent. Voilà une chose qu’a omis de préciser votre grand maître Darwin.
    Vous pouvez douter d’un tas de choses, mais concernant la véracité de la théorie de l’évolution il n’y a aucun doute : C’est de la m***.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Et donc je pense qu’avant d’aller chercher une éventuelle vie dans l’espace on devrait déjà se débarrasser des aberration que l’on se traîne si on veut y piger quelque chose à la vie. De plus les défis concernant notre planète sont déjà assez important pour que l’on évite d’aller y voir là haut. Parce qu’au rythme où nous allons, dans les 50 ans à venir nous courrons à la catastrophe écologique et donc humaine. Et ce n’est pas la conquête de Mars qui viendra nous aider le moment venu…

    2. « Une théorie comme quoi le peuplement de la Terre serait du à une sorte d’arche de Noë interstellaire venue peupler notre planète de multiples espèces il y a des milliers d’années serait plus crédible que cet ersatz de théorie de l’évolution. »

      N’exagérons rien, si on va par là autant dire que la secte ramtha est la théorie la plus probable à ce jour… La théorie de l’évolution se base sur des faits et non pas le récit du premier con venu.

      « En effet cette théorie de l’évolution porte en elle les éléments de sa réfutation. »

      Je ne suis pas d’accord mais attendons l’argumentation :

      « Le principe de base de la sélection naturelle telle qu’elle fut présentée par Darwin, c’est à dire que parmi de multiples mutations dues au HASARD, seules les espèces présentant des mutations « utiles » pour survivre sont « sélectionnées ». Hors comme justement ce phénomène est lié au hasard nous devrions trouver des milliards d’espèces présentant des phénotypes « inutiles », bien plus nombreuses au final que les espèces ayant survécu. »

      Euh non… Si des individus (je parle pas de l’homme car c’est diffèrent de nos jours) survivent alors que d’autres non c’est car leur anatomie leur a permis de lutter contre les différents danger qui les menaçaient. Du coup comme ils sont vivants alors que les plus faibles non, ils peuvent se reproduire. Vu ta vision du hasard on dirait qu’une fois que 2 individus s’accouplent la progéniture peut donner un truc carrément aléatoire… *Oh cool regarde un lézard qui lance des rayons X ». La nature conserve juste ce qui est utile à la survie alors que ceux qui n’y sont pas préparés disparaissent, et y a pas besoin d’avoir foi dans cette affirmation, un peu de logique suffit

      Bref je ne suis pas du tout d’accord avec ce que tu dis, sauf bien sur quand tu dis que conquérir Mars ne nous sauvera pas d’un désastre écologique…

      En tout cas il serait intéressant que tu te renseigne sur la théorie de l’évolution alors voila un pdf : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k77233m/f10.image

      Et si jamais c’est trop dur voila l’émission de c’est pas sorcier : https://www.youtube.com/watch?v=ZNFN4t6iT9o

      Bref

      1. Je suis d’accord pour dire que si des espèces survivent c’est grâce à leur anatomie. Ce que j’avance ici c’est qu’avant d’arriver à ce stade évolué d’adaptation, la sous-espèce doit passer par plusieurs milliers de mutations « ratées ».

        Exemple : Le petit poisson qui s’est décidé à sortir de l’eau afin d’aller vérifier si l’herbe y est plus verte sur la terre ferme a du muter ses branchies en poumons, nous sommes d’accord. Or ce n’est pas le poisson qui s’est dit : « tiens j’ai bien envie d’aller faire un tour sur le rivage, je vais changer mes branchies en poumons », non c’est plutôt le hasard qui a fait muter ses branchies. Or comme ce phénomène est lié au hasard, il a du exister des milliers voir des millions de mutations « bâtardes » de ces branchies qui d’ailleurs comme tu le dis n’auraient pas permis la survie du pauvre petit poisson.

        Ainsi même si ce petit poisson à poumons a pu se reproduire, le nombre total de ces sous-espèces engendrées de la sorte devraient mathématiquement toujours être inférieures en nombre aux sous-espèces « ratées ». Et encore là il n’est question que d’une seule partie de l’anatomie, imagine pour tout le reste…

        Bref ils sont bien sympa tes lien mais perso avant de lire, d’écouter ou de regarder quelque chose qui m’apporte une « connaissance », j’utilise mon cerveau et je ne prends rien tel quel

        1. Allez, c’est cadeau: Toutes les espèces de mammifères avaient leur pendant marsupial, Les marsupiaux , plus intelligents, se sont fait décimer par leur cousin mammifère (plus endurci). Sauf en Australie, ou le kangourou, n’ayant pas de prédateur a pu se développer. En voila une partie de ces « espèces ratées » ou « phénotype ».

          le coup du poisson rouge qui va subitement faire un tour sur le sable est une caricature destinée à illustrer l’évolution pour les petits. Si tu prends ça comme base, je comprenne que tu préfères la théorie sur l’arche de Noé Cylon, et pas tel quel hein, tu as du bien creuser la chose (avant d’avoir l’info si j’ai bien compris ton mode de réflexion).

        2. @Snooze

          Effectivement l’histoire du poisson rouge est une caricature mais n’empêche qu’elle est vraie. Pour passer de la bactérie à l’Homme ou aux autres espèces actuelles il a bien fallu passer par ce stade et bien d’autres, tout ceci d’après la théorie de l’évolution.

          Tu parles du kangourou mais il n’est pas une exception, il existe diverses espèces que l’ont peut considérer comme « faibles » mais qui malgré tout sont adaptées à leur environnement, notamment parce qu’ils n’ont pas de prédateurs, et cela fait partie de l’environnement justement.

          Beaucoup oublient que la théorie de l’évolution n’est justement qu’une théorie dont le but principal était d’éloigner les gens de la religion. On est soit créationniste soit évolutionniste et c’est pour cela que l’évolution est enseignée dans les écoles publiques comme une vérité absolue car on n’y enseigne pas le religieux. La vérité c’est qu’en dehors du créationnisme il n’y a aucune explication rationnelle à l’apparition de la vie sur Terre, d’où « l’invention » de cette théorie de l’évolution destinée à remplacer l’enseignement religieux.

        3. Ce qui est comique avec ceux qui critiquent la théorie de l’évolution, c’est qu’ils n’y connaissent rien!

          Pour le coup du poisson, tu as déjà entendu parler des dipneustes? Non surement pas, sinon tu ne viendrait pas avec des arguments aussi naïfs. Les dipneustes sont des poissons avec poumons et branchies, les branchies ont progressivement disparues et les amphibiens sont nés

        4. Ce n’est pas un poisson qui a muté par le hasard!! Les mutations génétiques sont simplement une réponse à l’environnement. À cette époque les marrées étaient fortes. De ce facteur l’espèce des amphibiens s’est adaptée et a évolué hors de l’eau. De cette espèce commune d’autres sous espèces ont mutés selon la configuration de l’environnement. Fin

  11. Je ne sais pas si c’est l’effet de la vulgarisation de l’article pour des béotiens comme nous mais cela donne l’impression que tous ces génies ne se sont même pas posé la question élémentaire :

    Si une civilisation suffisamment évoluée existe (ou a exister) dans l’univers, quelle est la probabilité qu’ils aient pu entrer en contact avec l’humanité durant une phase où celle-ci était suffisamment développée pour engager un contact ?

    Si on considère que les civilisations « avancées » (langage / écrits) existent sur Terre depuis environ 5000 ans, cela reste une infime fraction de temps à l’échelle de l’Univers.
    C’est une période très courte durant laquelle des civilisation se créent et disparaissent. Il faudrait des conditions incroyables.

    Déjà, l’apparition de la vie sur deux planètes (A et B) assez proches et similaires, en supposant que la première apparaissent au bon moment sur la planète A similaire à la Terre, évolue vers un niveau d’intelligence lui permettant le voyage interstellaire, décide de partir explorer des exoplanètes, choisisse la planète B (la Terre pourquoi pas), et en prenant compte du temps de voyage, puisse arriver dans le voisinage de notre planète pile quand l’humanité entre dans une phase où elle est suffisamment évoluée pour communiquer.

    Je rappelle que la Terre est déjà âgée de 4 milliards d’années, elle a peut-être été déjà visitée des 100 aines de fois par des civilisation éteintes depuis des centaines de milliers d’années mais pas d’bol, nous n’étions pas encore assez intelligents pour établir le contact.

    1. Toutafé ! Maintenant, le paradoxe de Fermi tend à dire qu’il n’y a pas que la visite de notre planète qui compte, mais surtout qu’il est étrange de ne trouver aucune preuve de civilisation alien avancée dans l’univers visible. On pourrait finalement être témoin d’une sphère de Dyson (ou d’un anneau ou d’une demi-sphère) à plusieurs millions d’années lumières.

      Après, comme je le disais plus haut, je ne suis pas convaincu par ces théories. D’ailleurs qui nous dit qu’une expansion de notre civilisation passe obligatoirement par une sphère de Dyson ? Et qui nous dit que THE civilisation n’est pas à un endroit que nous n’avons jamais encore étudié ? Et qui nous dit que la phase ultime d’une civilisation n’est pas l’expansion mais la contraction (dans un programme informatique par ex.) ?)

  12. Quand je vois l’état de nos océan je me dis que si il avait des civilisations avancées pas trop loin on aurait retrouvé des bouteilles en plastique flottant dans l’espace ^^.

  13. Personne ne se dit que si l’univers tout entier est né a un moment alors toutes les formes de vies doivent a peu près avoir le même âge et donc approximativement le même état d’avancement sur l’exploration spatiale ? Pourquoi une autre forme de vie devrait être inférieure ou supérieure à nous technologiquement parlant ? Quand on sera capable de voyager a notre guise dans les systèmes solaires alors peut être que les « autres » aussi le seront en même temps. Ca va être la teuf.

    1. Oui et non , si une espece decrouvre le feu ou la roue 2 milion d’année avant les autres , elle pourra etre en avant technologiqement sz 2 milion d’années (potentielement).
      Ce qui est enorme (euphemisme)
      Pourrait ton comprendre une civilisation en avance technologiquement de 2 000 000 ans ?

      Pour dialoguer avec une autre planette il faut :

      Trouver la panette
      Trouver la vie
      Quelle soit accessible (physiquemement ou au niveau de l’information)
      Il faut comprendre sa forme physique
      Il faut comprendre sont intéligence
      Il faut qu’elle soit developper.
      Il faut qu’elle soit baser sur la logique
      il faut qu’elle soit baser sur une base de temps commune (tu va pas dialoguer avec une mouche qui reflechis 50x plus vite que toi , ou un vegetale qui vis des 100 aines d’années et qui communique en agitant ses branche au ralentis)

      1. Et il ne faut pas que les ricains débarquent en tenue militaire avec des FNP90 comme dans Stargate, ca ferait tache. Mais c’est tout de même comme ça qu’il iront, avec assez d’armes pour « assurer leurs arrières » et assez de conteneurs pour ramener « leur » minerai sur terre.

  14. La vie :
    « un état très stable de matière capable d’acquérir et de faire une analyse abstraite de ladite matière, et d’utiliser l’information pour obtenir qualitativement de nouvelles informations sur son environnement et sur elle-même, dans le but d’améliorer ses capacités de collecte de nouvelles informations pour produire et maintenir ces réactions »

    Je ne suis pas certain que ce soit une bonne ou une mauvaise nouvelle .
    Tout comme je ne crois pas que l’ont puisse comparer la nature d’etre extrateresstre à celle d’humain.
    Ce n’est pas en regardant chez son voisin que l’ont va savoir si oui ou non ont est atteind du cancer.

    De plus la vie extraterestre pourrait prendre des aspects différents que sur terre , (je pense a une sorte de super-plante gigantesque) , l’inteligence elle pourrait prendre des formes encore plus variée.

    L’existance d’un « grand filtre » sur terre ne conditionerais pas forcement la survie des especes etrangéres. et inversement.

     » Nous savons qu’un Grand Filtre empêche l’émergence de civilisations interstellaires, »
    Ben non , ont sait pas .Ont suppose .
    Si ce grand filtre existe , il est « physique » , une civilisation interstelaire doit vaincre l’information sur la distance , ce qui n’est peut etre pas possible.
    Si une civilisation part coloniser une autre planette a 500 année lumiére , et qu’aucun contact ne subsiste , ça deviendra deux civilisation distincte.

    J’ai aimé ton article Noredine , ainsi que les références associées . Comme toujours .
    Tes articles sont bien renseignés et sont sujet a réflexion et a la critique constructive.

  15. Le paradoxe de Fermi a plein d’explications plausibles autres que le Grand Filtre :
    univers parallèles (sans doute bientôt admis), technologie si sophistiquée qu’elle ne se voit pas (on fait bien des méta-matériaux invisibles sous certaines longueurs d’ondes), ou tout simplement interdiction de s’approcher ou indifférence vis-à-vis de nous, êtres si jeune en comparaison d’espèces intelligentes pouvant avoir atteint des millions d’années depuis leur passage en civilisation de type I (à peu près la nôtre) sur l’échelle de Kardashev. Sans compter nos méthodes de détections qui pourraient simplement s’avérer inefficaces.

    S’ajoute le fait que nous ne connaissons qu’une seule version de la vie (carbonée) alors qu’il y en a peut-être une infinité, matérielle ou immatérielle.
    N’oublions pas non plus la théorie des Anciens Astronautes.

    Bref, depuis l’énoncé du paradoxe de Fermi, nous avons fait beaucoup de chemin.

  16. Connaissant l’aspect autodestructeur de l’homme, pensez vous que ce serai une bonne chose pour les extraterrestres que l’on prenne contact avec eux?
    Des que l’on trouve un lopin de terre avec des richesses, et que l’on a une supériorité militaire, on s’en empare. Si ils ne pensent pas comme nous, on les décime. Si ils ne se soumettent pas, on les décime.
    Qui pourrait financer une « prise de contact » interstellaire? Les US seraient surement majoritaires sur les financements…
    Notre nature nous rend incompatible avec une espèce supérieure ou égale a nous.
    Bien sur, j’aimerai me tromper, mais souvenons nous de Neandertal quoi….

  17. La vie n’est pas dû au hasard.
    L’évolution oui.
    Les espèces se sont adapté à leur environnement. Sur une autre planète l’environnement serai différent (climat, atmosphère, gravité et …). La vie évoluerait donc différemment…. CQFD.

  18. Kepler 186f me fait rêver… Et justement, n’est-ce pas encore trop tôt pour sortir de la logique des hypothèses et de l’imaginaire constructif, fusse-t-il savant ? Pour enfermer le débat sur la « vie extraterrestre », par ce qui me semble ne pouvoir être, pour quelques centaines voire milliers d’années, que des préjugés, fussent-ils scientifiques. A la taille incommensurable de l’Univers, la découverte de quelques poignées d’exoplanètes me semble correspondre à une (petite) poignée de sable. Peut-on prétendre connaître notre planète à partir d’une seule poignée de sable ? En toute humilité, certainement pas.

  19. Bonjour,
    Je voulais tout d’abord corriger certaines de tes erreurs et remettre en cause de tes affirmations:
    1) l’homme est sur terre depuis plus de 2,5 milliards d’années et non depuis 200 000 ans….DES MORCEAUX DE MILLIONS D’ANNEES QUE LES EVOLUTIONNISTES NE PEUVENT EXPLIQUER

    D’après la théorie de l’évolution, les êtres vivants évoluèrent selon des étapes spécifiques qui auraient permis à la bactérie de devenir un être humain sur une période imaginaire de plusieurs millions d’années. Selon ce scénario, l’homme est le dernier résultat d’une évolution de quelques 20.000 années. Pourtant les données scientifiques et les archives fossiles n’apportent pas la moindre preuve d’un tel développement. Ils montrent, en réalité, le contraire.

    Cette sphère métallique est l’une des quelques centaines d’autres découvertes dans une strate en Afrique du Sud. On estime qu’elles remonteraient à plusieurs millions d’années. Les rainures soigneuses qu’elles présentent ne peuvent pas être le résultat d’un phénomène naturel. Cette découverte montre que le métal était utilisé depuis très longtemps, et que pendant des millions d’années les hommes disposaient de la technologie pour dessiner ces fines rainures dans le métal.

    Des outils et des ornements découverts ayant appartenu à des êtres humains ont un âge estimé de plusieurs millions d’années. Les darwinistes sont incapables de placer dans leur arbre généalogique des hommes ayant vécu il y a 50 voire 500 millions d’années -c’est-à-dire à une époque où ils affirment qu’aucun être vivant en dehors des trilobites ne peuplait la terre. Cela leur est bien sûr impossible ! Dieu donna la vie aux êtres humains sur un simple ordre : « Sois ! », comme Il le fit pour tous les autres êtres vivants. Par conséquent, il est tout aussi vraisemblable que nous fassions des découvertes sur les hommes de millions d’années que sur les hommes ayant vécu il y a un siècle. Dieu, le Créateur de toute chose, peut certainement créer tout ce qu’Il veut, au moment de l’histoire où Il veut. C’est une chose aisée pour Dieu, de par Sa puissance et Son pouvoir sans limite. Mais les darwinistes ne veulent pas comprendre cette vérité, c’est pourquoi ils n’ont aucune explication à avancer face aux preuves de la création. Ils n’ont d’autres alternatives que de répéter les scénarios déjà sapés par la science. Or, de plus en plus de résultats de fouilles ébranlent le dogme de l’évolution.

    En 1912, deux employés de Municipal Electric Plant à Thomas, en Oklahoma, firent une étonnante découverte alors qu’ils étaient en train de charger du charbon. Ils tombèrent sur un solide morceau de charbon trop grand, aussi l’un des employés le brisa. Il découvrit à l’intérieur un vase en fer. Une fois retiré, on pouvait voir le moule du vase dans l’un des morceaux de charbon. Après voir examiné le charbon, de nombreux experts estimèrent l’âge du vase à 300 voire 325 millions d’années. Cette découverte s’oppose à la théorie des évolutionnistes qui stipule que le fer ne commença à être utilisé qu’autour de 1.200 ans av. JC.

    Le numéro du 5 juin 1852 du magazine Scientific American contenait un rapport sur la découverte de restes d’une coupe métallique datant de 100.000 ans. Cette coupe de forme de cloche ressemblait au zinc par sa couleur, ou à un métal composé d’une part considérable d’argent. Sa surface était couverte de motifs finement travaillés de fleurs, de feuilles de vigne ou de couronnes.

    Les évolutionnistes, persuadés que le métal n’était pas utilisé dans les temps reculés, ne peuvent bien sûr pas expliquer cette découverte. Il semble clair que les auteurs de cet objet disposaient d’une culture avancée, capable de produire des composés métalliques et de travailler les métaux.

    1-2 Le pilon et le mortier ici représentés furent découverts en 1877 dans un lit de rivière très ancien sous la Montagne de la Table. Le lit de la rivière date, en effet, d’au moins 33 millions d’années, prouvant ainsi que les êtres humains mènent une vie humaine depuis toujours.

    3- Cette semelle de chaussure fossilisée fut découverte dans une roche de 213 millions d’années. On sait dès lors que les hommes portaient, à cette époque, des chaussures, très certainement des vêtements. On peut également déduire qu’ils avaient une certaine culture culinaire et qu’ils appréciaient les relations sociales. La seule photographie de ce fossile fut publiée dans un journal new-yorkais en 1922. De telles découvertes réfutant la théorie de l’évolution de l’histoire humaine, sont soit dissimulées soit ignorées par les évolutionnistes.

    4-Une forme ressemblant à un visage humain fut gravée dans ce morceau de pierre à feu de 3 millions d’années. Il est très difficile de perforer des trous aussi réguliers dans cette pierre, c’est pourquoi la tâche nécessite des outils métalliques spéciaux. Il est impossible que cet ouvrage ait été effectué dans les conditions primitives décrites par les évolutionnistes.

    Les découvertes archéologiques indiquent au contraire que la théorie des évolutionnistes, selon laquelle le métal n’était pas connu des civilisations anciennes, est fausse. Furent ainsi mis à jour une coupe métallique datant de 100.000 ans, des sphères métalliques de 2,8 milliards d’années et un pot en fer remontant à quelques 300 millions d’années, des fragments de textiles sur de l’argile de 27.000 années ainsi que des traces de métaux tels que le magnésium et le platine remontant à un millier d’années alors que leur fusion réussie en Europe ne date que de quelques centaines d’années. Ces vestiges épars démolissent complètement les classifications en âge de pierre brute, âge de pierre polie, âge de bronze et âge de fer. Cependant, une grande partie de ces découvertes, après être parue dans de nombreuses publications scientifiques, a été soit ignorée par les scientifiques évolutionnistes soit dissimulée dans les caves des musées. Les fantastiques fables évolutionnistes sont désormais présentées comme l’histoire de l’humanité au lieu des véritables faits.
    de nombreuses preuves ont été dater de plus de 350000 ans ( poteries , outils , ossements , etc…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité