Droit à l’oubli, le cas difficile du web

Curia

Alors que la Cour de Justice de l’Union Européenne vient de rendre un jugement en faveur du droit à l’oubli sur le Web, des questions éthiques se posent quand à la mesure à prendre de ces dispositions. Qui peut demander d’effacer les contenus le concernant en ligne ? Pour quelles raisons ?

Il y a un peu plus d’une semaine, la Cour de Justice européenne accordait donc le droit à l’oubli en ligne à un plaigant. Une décision qui pénalise Google dans son travaille d’indexation.

L’objectif étant de protéger la réputation des personnes. Il s’agit d’empêcher l’indexation, par les moteurs de recherches, de données considérées comme personnelles. Or ce droit à l’oubli pourra aussi être remis en cause « pour des raisons particulières, telles que le rôle joué par ladite personne dans la vie publique ». La commissaire européenne de la Justice, Viviane Reding s’est félicitée de cette décision quand le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales parle pour sa part de censure.

Concrètement, pour la Cour de Justice européenne, il s’agit désormais pour les moteurs de recherche de supprimer certains liens ou contenus correspondant à des données personnelles, selon certaines conditions.

Depuis, les demandes des particuliers affluent. Parmi celles-ci, trois posent particulièrement des questions éthiques lourdes de conséquences. Un politicien voudrait ainsi faire disparaitre le bilan de ses précédents mandats, quand un médecin voudrait que les avis négatifs de ses patients sur ses prestations soient effacés et qu’un pédophile condamné voudrait que son casier ne soit pas mentionné.

Et vous, que pensez-vous de ce droit à l’oubli en ligne ?

Tags :Via :thenextweb
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Et vous, que pensez-vous de ce droit à l’oubli en ligne ? »

    quand on agit pas de manière impulsive et qu’on utilise un minimum son cerveau ce droit à l’oubli en ligne est assez peu utile,

    qu’il concerne surtout les « peoples » et les personnes qui font un usage professionnel de leur image

    que ces gens là devraient être responsabilisés plutôt que de leur concocter une loi sur mesure pour leur torcher le derrière une fois de plus

    que les politiciens ayant commis des fautes sur le dos de la société et des contribuables devraient être marqués à vie sur le web et qu’un site du genre politicienspourris.com doit voir le jour, un site qui regrouperait toutes les casseroles et toujours listé en haut de page de google quelque soit la recherche effectuée.

    que je ne tiens pas à avoir un web aussi troué que du gruyère via la censure car le droit à l’oubli est une censure qui ne dit pas son nom, au même titre que le retrait des vidéo en ligne sans l’aval d’un juge et autres joyeusetés mises en place toujours par les mêmes ordures et avec l’aval de tous les flippés de la terre toujours plus prêts à vivre en prison qu’en liberté.

    la reconnaissance faciale via google glass me pose par contre bien plus de problèmes

    1. « quand on agit pas de manière impulsive et qu’on utilise un minimum son cerveau ce droit à l’oubli en ligne est assez peu utile… »

      Je ne suis pas d’accord. Le droit à l’oubli concerne deux types d’informations : celles que l’on publie et celles que les autres publient sur nous.
      Le médecin a une quarantaine de patients qui le trouvent compétents lorsque trois autres salissent son nom sur internet (+ 3 avis négatifs pour lui).
      Le pédophile a payé sa dette envers la justice (on ne va pas débattre sur si la peine est proportionnelle à son crime) et donc on peut comprendre qu’il ne veut pas que tout le monde connaisse cet homme qu’il n’est plus.

      Les gens sont responsables sur internet, mais faudrait-il déjà qu’ils sachent être responsables. On ne leur a pas appris, on leur a fait croire qu’internet était un Eldorado de possibilités infinies. Les « geeks » sont ceux qui ont appris à vivre avec internet, pas eux, et c’est à nous de leur apprendre et de les sensibiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité