La CNIL craint une “forme de société de surveillance”

CNIL

Lorsqu'elle n'est pas en train d'analyser les pratiques des sociétés en ce qui concerne l'informatique et la vie privée, la commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) fait état de ses constatations, notamment au travers son rapport annuel. Elle redoute aujourd'hui, une "forme de société de surveillance".

Si le nombre de plaintes reçues a effectivement baissé en 2013, il ne faut pour autant pas en déduire que tout est rose. Au sein de l’Union Européenne, les états ont chacun commencé à mettre en place un certain nombre de mesures, mesures qui pourraient s’avérer dangereuses.

Comme le rappelle Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL, ces états ne semblent pas avoir pris la pleine mesure de l’impact du numérique en terme de numérique et en terme sociétal. Car depuis les révélations brutales d’Edward Snowden, les réactions semblent aller vers la création de cette “forme de société de surveillance”…

Tags :Sources :AFP
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. On a pas du entendre la même interview. Elle a dit “snowden a révélé la mise en place d’une forme de société de surveillance avec collaboration public/privé”, et que les états membre n’en avaient pas pris conscience.
    A aucun moment, elle ne parle de participation des états membre à cette société de surveillance.
    Mais bon, si ça vous interesse de lire en diagonale et d’alimenter la paranoïa (salvatrice quand on voit l’affaire PRISM), pourquoi pas…

  2. “forme de société de surveillance”

    On y est déjà au cas ou certains n’auraient pas compris … Vous êtes surveiller tout le temps (mais certains diront, c’est bon si on a rien à se reprocher) et si un juge souhaite vous espionnez pour x raisons il peut vous mettre sur écoute quand il veut, vous faire suivre et vérifier l’historique de vos site internet visités en demandant à votre opérateur …

    1. Sans oublier la surveillance des caméras, de la police, des renseignement généraux etc. Nous sommes déjà dans une société de surveillance au sens où Foucault l’entendait. Vous êtes dans panoptique, vous êtes le panoptique. Grand Frère veille sur vous mais ce n’est même plus nécessaire tant est le important le nombre d’individus lobotomisés qui se croient dans le monde des bisounours et se moquent de leur vie privée. Vous êtes combien sur Facetruc ?

  3. Foutage de gueule, la cnil n’a rien fait contre l’article 13 de la loi de programmation militaire.
    Et nous somme déjà dans une société de surveillance :

    L’article 13 de ce projet de loi, tel qu’il a été adopté, modifie le Code des Postes et Télécommunications, en déclarant que :
    « Afin de prévenir les actes de terrorisme, les agents individuellement désignés et dûment habilités des services de police et de gendarmerie nationales spécialement chargés de ces missions peuvent exiger des opérateurs et personnes mentionnés au II de l’article L. 34-1 la communication des données traitées par les réseaux ou les services de communications électroniques de ces derniers, après conservation ou en temps réel, impliquant le cas échéant une mise à jour de ces données. »
    « Pour les finalités énumérées à l’article L. 241-2, peut être autorisé le recueil, auprès des opérateurs de communications électroniques et des personnes […] des informations ou documents traités ou conservés par leurs réseaux ou services de communications électroniques, y compris les données techniques relatives à l’identification des numéros d’abonnement ou de connexion à des services de communications électroniques, au recensement de l’ensemble des numéros d’abonnement ou de connexion d’une personne désignée, à la localisation des équipements terminaux utilisés ainsi qu’aux communications d’un abonné portant sur la liste des numéros appelés et appelant, la durée et la date des communications. »
    « Peuvent être autorisées, à titre exceptionnel, dans les conditions prévues par l’article L. 242-1, les interceptions de correspondances émises par la voie des communications électroniques ayant pour objet de rechercher des renseignements intéressant la sécurité nationale, la sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France, ou la prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous en application de l’article L. 212-1. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité