La présidente de la CNIL livre sa vision de la vie numérique

La présidente de la CNIL livre sa vision de la vie numérique

La Commission nationale informatique et liberté (CNIL) a livré ce lundi son rapport annuel pour 2013. Si l'on y apprend notamment que sa présidente, Isabelle Falque-Pierrotin, craint la création d'une "forme de société de surveillance", elle ne croit pour autant pas à la fin de la vie privée.

Interrogée par Le Monde sur les événements qui ont fait l’année 2013, elle livre sa vision de notre vie numérique de demain. Le droit à l’oubli, par exemple, – pour se désindexer de Google – est un acte symbolique très fort, répondant à une vraie demande sociale, mais il faudra tout de même faire attention à bien analyser chaque requête, rôle pleinement assumé par la CNIL.

Quant à l’affaire Snowden et à ses conséquences, Isabelle Falque-Pierrotin la compare à “un petit ruisseau glacé, sous-terrain, qui va partout en Europe et dans le monde et qui répand sa température un peu partout”, transformant les relations et usages que nous avions de nos données. Dans ce contexte, il conviendra d’offrir à ses propriétaires la pleine maîtrise de celles-ci tout en régulant officiellement les voies de renseignement.

Pour autant, il ne faut pas y voir une fin de la vie privée. La population se rend compte, lentement mais sûrement, que leurs données peuvent être facilement accessibles mais qu’il ne faudrait pas céder à la tentation de tomber dans cette “société de surveillance” tant redoutée.

L’intégralité de son interview est à lire sur Le Monde.

Tags :Sources :Le Monde
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. “mais qu’il ne faudrait pas céder à la tentation de tomber dans cette « société de surveillance » tant redoutée.”

    Trop drôle lorsque l’on sait qu’en France les services de renseignements peuvent surveiller tout le monde comme ils le veulent et en toutes impunité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité