La plupart des docteurs refuseraient leurs traitements de fin de vie

La plupart des docteurs refuseraient leurs traitements de fin de vie

Lorsqu'il ne fait plus aucun doute, ou presque, que l'on est aux portes de la mort, il y a ceux qui aimeraient en finir le plus rapidement possible, ceux qui souhaiteraient que l'on se batte jusqu'au bout et ceux qui attendraient le "bon moment", pour partir en toute dignité... Saviez-vous que la plupart des docteurs américains refuseraient les traitements de fin de vie qu'ils imposent à leurs patients ?

On a souvent demandé l’avis des patients concernant les décisions à prendre lorsque pareille situation l’exige mais plus rarement (pour ne pas dire jamais) celui des docteurs. Des chercheurs de l’Université de Stanford ont exploité les résultats d’un sondage de 2013 sur environ 1 100 docteurs en Californie et de 790 docteurs de l’Arkansas, en 1989.

S’il y a pourtant 25 ans d’écart entre les deux études, les résultats sont quasiment identiques. 88,3% des docteurs opteraient pour un « zéro traitement » ou préfèreraient que l’on ne tente aucune réanimation s’ils venaient à être en phase terminale. La cause, on peut s’en douter, est probablement due au fait que les docteurs sont directement confrontés à cet « acharnement médical » et au peu d’efficacité de résultats. Cette étude devait évaluer l’évolution des mentalités des docteurs concernant les traitements de fin de vie après le vote en 1990 du « Self-Determination Act », offrant davantage de libertés au patient dans le choix des actions médicales. Rien n’a changé !

Ces recherches ont poussé plus loin la réflexion en se demandant pourquoi les médecins préfèrent agir, encore et encore, plutôt que d’écouter les desiderata de leurs patients. Certains avanceront l’argent, d’autres un système biomédical qui récompense la prise d’actions. Les médecins ne sont pas – ou peu – formés à écouter et discuter, ils sont formés à prendre des décisions et passer à l’action, en restant toujours optimiste sur leurs chances de réussite…

Tags :Sources :io9
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Vous êtes grands maintenant il va falloir commencer a faire la différence entre un docteur (détenteur d’un doctorat) et un médecin (détenteur d’un doctorat de médecine) ou alors précisez de quel type de docteur il s’agit ! Parle-t-on ici d’un docteur en droit ? Je ne crois pas..

  2. oulala , savez vous quand vous marchez vous ne pensez pas a chaque instant que vous mettez un pied devant l autre ?

    vous n y pensez pas ? alors vous etes grand et il serait inutile de le préciser : hier j ai marché au jardin du luxenbour en mettant un pied devant l’autre oui en mettant un pied devant l autre ma cheri . J imagine la tete de votre cheri a vous entendre parler de votre marche au jardin du luxenbour .

    J ai trouvé : un doctorat en phylosophie . !!! oura .

    PS : Cette news devrait passer en boucle au 20 h en france dans le pays le plus shooter d europe au medoc .

  3. J’ai dû relire deux fois votre commentaire tellement c’était mal rédigé mais tout ce que vous laissez transparaître c’est votre confusion entre sens usuel

  4. votre confusion entre sens usuel et définition d’un mot.. On est en droit d’attendre autre chose qu’un vocabulaire d’école primaire, après si c’est également le vôtre prenez des notes !

  5. arrêtez de faire vos faux-culs, vous avez très bien compris le sens de l’article, et le fait qu’on parlait de médecins.

  6. @Oulala: pour votre info en médecine on parle de médecin lorsque ce médecin n’a pas encore fait sa thèse. Une fois thésé, il prend le titre de docteur. Pour qu’il puisse s’installer il faut être docteur, mais pour faire des remplacements, pas besoins de passer sa thèse donc médecin suffit.
    Mais sous ces 2 titres en médecine, mise a part le nom, aucune différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité