Boire trop et finir en campagne de dissuasion

Sleeping Drunk Billboard

Comment se détendre après une longue journée de travail ? Pour de nombreuses personnes, une solution consiste à boire un verre entre amis par exemple. Mais les apéros ont parfois tendance à déborder pour se transformer en beuverie sans limite.

Au Japon, où le phénomène est devenu un véritable problème de société, la chaîne de bars Yaocho (associée à deux agences de publicité : Geometry Global et Ogilvy & Mather) a choisi de faire de certains « cas d’école » une campagne baptisée Sleeping Drunk Billboard.

Le principe repose sur une idée simple : créer des tableaux de sensibilisation dont les principaux acteurs seraient des personnes prises sur le vif, complètement alcoolisées, et ayant sombré dans l’inconscience en pleine rue.

Ainsi, les équipes de Sleeping Drunk Billboard créent un panneau de scotch autour des plus « fatigués » et y apposent le logo de la campagne. Associée aux réseaux sociaux, la campagne invite ensuite les passants à tweeter, géolocaliser et plus globalement, partager les images de ces corps inertes entourés des panneaux de sensibilisation.

Un moyen dissuasif qui pourrait aider certains à réfléchir à deux fois avant de totalement craquer…

Tags :Via :sploid
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Genre en France on a pas de pochtrons et autres étudiants qui se pintent la ruche les WE & après les cours!!??
      Venez donc faire un tour dans les villes étudiantes à partir du jeudi soir… :-/
      C’est vrai qu’on a une société psycho-rigide, c’est bien connu… ;o)

      Quel beau cliché!! D’autant plus que, si les japonais ne sont pas parfaits, il y a tout de même beaucoup de chose dont on pourrait s’inspirer: travail, respect, valeurs etc etc… ça ne nous ferait pas de mal!!

  1. Je pense que pénalement, on peut facilement considérer une personne en coma éthylique comme une personne en danger.

    Je pense que légalement, on peut facilement considérer que mettre en valeur leur situation de faiblesse n’est pas du tout une façon de les protéger.

    Entre « non assistance à personne en danger » et « mise en danger de la vie d’autrui », j’aurais tendance à hésiter, même si le premier me paraît plus simple à défendre.

    1. Bonjour

      @hum…
      On s’en fout qu’elles soit en situation de danger !
      Chacun est responsable de ses actes.
      Ces personnes ne sont pas obligées de se saouler à ce point.
      Qu’elles se démerdent.
      Ce n’est pas aux autres d’assumer leurs mauvais choix.
      Ras le bol d’être emmerdé par ce type de personnes qui demandent l’assistance des autres quand elles ne sont pas capables de gérer les problèmes qu’elles ont elles-même créés !

      A+

      Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité