L’Homme propulse l’animal vers son extinction !

L'Homme propulse l'animal vers son extinction !

Je ne choquerai personne en écrivant que l'Homme est grandement responsable de l'extinction animale. Il n'y a qu'à voir chaque année la listes des espèces classées en voie d'extinction pour se rendre compte de l'urgence de la situation. Mais à quel point l'Homme accélère-t-il les choses ?

Selon une étude menée par une équipe de chercheurs avec à leur tête Stuart Pimm de l’Université Duke de Durham, Caroline du Nord, États-Unis, les activités humaines conduisent les espèces animales vers leur extinction 1 000 fois plus rapidement que si l’Homme n’était pas sur la planète. C’est l’estimation la plus haute parmi la fourchette donnée en 1995 – la plus basse étant un facteur 10 -.

Ce chiffre est terrifiant pour plusieurs raisons, la principale d’entre elles étant probablement parce que, finalement, nous n’avons que très peu de connaissances sur ces facteurs. Ce rythme très élevé nous poussera-t-il vers une catastrophe de grande ampleur ? Y aura-t-il un véritable point de rupture ? Quelles seront les conséquences sur notre écosystème ? Nul ne le sait…

La seule chose dont nous puissions être certains, c’est que la Terre est à l’aube de sa septième extinction massive. La planète s’en remettra, le passé nous l’a montré, l’humanité, elle, c’est autre chose…

Tags :Sources :io9
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. le problème, c’est la destruction de l’habitat, les « réserves » ou zone protégée ne suffises pas .
    il y a à deux autres grand problèmes qui d

  2. le problème, c’est la destruction de l’habitat, les « réserves » ou zone protégée ne suffises pas .
    il y a à deux autres grand problèmes qui dans un futur proche seront grave de conséquences.
    -Aller vers l’interdiction des pesticides- (responsable du déclin des abeilles et des mers sans oxygène a cause de la prolifération de algues « boostées ») – je laisse chacun prendre la mesure du problème si celle si venaient à s’étendre…
    -l’élevage intensif bourrée aux antibio- (apparition a terme dans la nature de super bactéries « et nos station d’épuration ne sont pas équipées de filtres à charbon pour filtrer les molécules pharmaceutique, on les rejettes dans les rivières.)
    après on peut citer le nucléaire et bien d’autres….et je ne suis pas militant écolo, j’ai juste du bon sens.
    —————
    http://varth.canalblog.com/

  3. Dommage que l’homme se donne tout ce mal pour éviter la sélection naturelle et qu’il s’en veuille dans le même temps d’être arrivé en haut de l’échelle…

  4. l’homme n’est-il pas lui même un animal ?
    Donc tant qu’il y aura des hommes il n’y aura pas extinction des animaux.
    .
    Si les lions avaient dominé la planète, pensez-vous qu’il resterait un seul homme ?
    ils les auraient tous mangés.
    .
    … Alors que les hommes ne mangent que des barres chocolatées de marque lion…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  5. Un facteur accélérateur entre 10 et 1000. Ouh. Que de précision, je suis tout troublé. C’est du Al Gore ?

    Encore une « étude » à la noix à jeter à la poubelle malthusienne.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  6. @kiki T’es super con ou tu le fais exprès ? C’est quoi ce raisonnement de demeuré sans déconner…

    Les lions sont au sommet de la chaîne alimentaire de la savane, ce n’est pas pour autant qu’il n’y a plus d’antilopes, de buffles, ou d’une quelconque autre espèces originaire de cette zone géographique…

    Les lions ne tuent que pour se nourrir ou pour se défendre, pas par cruauté, avidité ou stupidité. L’homme tue, pour se nourrir, certes. Mais aussi par plaisir (tuer un lion pour accrocher sa tête à un mûr…), par cruauté, par mépris (et ce même envers ses congénères).

    Outre l’aspect de tuer la bête directement, ce qui bien entendu a un impact sur la population de cette espèce , il y a la pollution, la déforestation, les tests de laboratoires sur les animaux (ce qui je le rappelle n’est ni plus ni moins que de la torture), et je n’aborde même pas les sujets trafic d’ivoire pour les éléphants, les ailerons et dents de requins, les fourrures animales, etc etc…

    Si l’humanité s’éteint ce ne sera qu’un moindre mal pour cette pauvre planète que nous avons plus ruiné en 50 petites années que nos ancêtres en 3 millions.

    Les hommes ne mangent que des barres chocolatées ? Tu ne manges pas de porc. De veau? De bœuf? D’agneau? Et j’en passes, poissons, volaille and co. La nature s’est toujours démerdé pour que justement la sélection naturelle se fasse de manière équilibrée… Les abrutis comme toi devraient être interdits de reproduction. Idiocracy is coming…

    Je ne vois de meilleure façon de conclure qu’en citant ceci : « L’homme est véritablement le roi de tous les animaux, car sa cruauté dépasse celle des animaux. Nous vivons de la mort des autres. Nous sommes des tombes marchantes ».
    Léonard de Vinci, génie universel

    @plus sous l’bus.

  7. Je pense que le principal problème est la croissance démographique de l’homme :

    Environ 200 millions au moyen-âge,
    1 milliard en 1800,
    9 milliards en 2050 … c’est juste pas possible !

    Mais ça personne ne veut le voir !

  8. Mais non le problème n’est pas du tout démographique, c’est une question de répartition mvoyez, on pourrait vivre à 20 milliards (ou même 100 soyons fous), reproduisons-nous encore!

    1. certaines projections de l’évolution de la population mondiale estiment qu’on se dirige vers une limite de 10 ou 11 milliards d’humains sur Terre.
      Entre autres parce que plus les civilisations se développent et plus le taux de natalité baisse (les pays développés ont tous aujourd’hui un faible taux de natalité même parfois inférieur à 2) mais aussi parce que l’homme dans un environnement surpeuplé a naturellement tendance à moins se reproduire (comparaison des taux de natalité entre milieu urbain à forte densité de population et milieu rural à faible densité).
      Si on en croit l’article de RTFlash paru sur Gizmodo, la planète offre de toutes façon suffisamment d’espace pour nourrir une telle population.

      Par contre, les espèces menacées d’extinction le sont davantage de par la destruction de leur habitat naturel par l’homme plutôt que par le braconnage de ces espèces. En fait le braconnage a pris de l’ampleur justement parce que les animaux chassés sont devenus plus rares.
      Mais il faut aussi savoir que d’un autre côté, plusieurs nouvelles espèces sont découvertes chaque année. La plupart sont endémiques et concernent des insectes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité