Un « voyage de rencontres » qui tourne mal…

Un "voyage de rencontres" qui tourne mal...

Vous connaissez très certainement les sites de rencontre, pour faciliter la recherche de l'élu(e) de son cœur. Ce n'est, heureusement, pas la seule solution pour trouver sa moitié. Aux États-Unis, une entreprise proposait un voyage à des new-yorkaises pour aller chercher l'amour dans la Silicon Valley... alléchant. Malheureusement, tout n'est pas déroulé selon les plans...

Lauren Kay, fondatrice d’une société spécialisée dans le commerce de l’amour, The Dating Ring, avait eu une idée fort originale, proposer un voyage d’agrément de cinq jours à des Américaines (résidant New-York) vers San Francisco – hôte de la Silicon Valley – pour qu’elles y rencontrent l’amour, car, selon elle, la région étant pleine de sociétés informatiques, les hommes y sont très (trop) nombreux, il y a donc une forte demande envers la gent féminine. Le projet avait fait l’objet d’une campagne de financement participatif sur Crowdtilt et avait été rapidement financé et le concept s’était étendu à San Francisco…

Les 16 heureuses élues choisissaient alors leur package – contre monnaie sonnante et trébuchante, bien évidemment -. Le nombre de rendez-vous, les participations à des soirées, le vol, l’hébergement, tout était optionnel. Les tarifs s’étalaient ainsi de 500 à 1 250$, le prix de l’amour diront certaines…

Sur le papier, donc, un joli petit voyage, sous le signe des rencontres, et de l’amour, qui sait. Et c’est exactement ce qui s’est passé durant la première moitié du séjour. Car, comme le raconte Maureen O’Connor, l’une des participantes, rédactrice au NYMag, les choses ont ensuite plutôt mal tourné.

Le soir du troisième jour, une fête était organisée avec tous les bienfaiteurs du projet. Parmi eux, de nombreux hommes, plutôt excentriques… Certains n’hésitant pas à comparer ouvertement le financement de cette initiative à un acte de charité… Tous ces hommes n’hésitant pas à faire des avances aux participantes, souvent sans retenue aucune.

Depuis la fin de la campagne Crowdtilt en Mars, les critiques avaient été nombreuses, nul doute qu’elles le seront d’autant plus maintenant…

Tags :Sources :Business InsiderCampagne CrowdtiltL'histoire complète sur NYMag
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. En effet je le pense aussi.
      Car je ne vois pas ce qu’il y a de mal à faire des avances à des femmes ayant payé pour aller « pêcher » des hommes.

  1. Ben certes j’ai pas tout compris à l’article original, mais il me semble qu’il n’y a absolument rien d’exceptionnel. Bref il ne s’est rien passé … (très bonne idée de suspens Capitaine Kirk … vous doutez de mon appartenance au monde des Vulcains).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité