Medissimo : le pilulier imedipac connecté et sécurisé par Bouygues Telecom

pilulier Medissimo

Le sujet n'est pas franchement sexy de prime abord, il est pourtant primordial pour de nombreuses personnes. Pour ces dernières, disposer d'un pilulier à la fois connecté et sécurisé fait sens. Et c'est ce que proposent Medissimo et Bouygues Telecom.

Medissimo, la société à qui l’on doit le pilulier connecté imedipac, a choisi Bouygues Telecom pour assurer la transmission des données sécurisées de son pilulier de nouvelle génération, en mesure d’intéresser pas moins de 15 millions de patients chroniques en France !

Celui-ci permet en effet de s’assurer de la bonne prise du médicament au quotidien. Connecté à la plate-forme sécurisée de medissimo, il enregistre en temps réel les événements liés à la prise du médicament et le cas échéant, alerte le patient ou son entourage par SMS. La fiabilité de sa connectivité est assurée en tout temps, en tous lieux, grâce aux solutions « Machine to Machine » (M2M) de Bouygues Telecom.

Générant des sons et signaux lumineux pour avertir son utilisateur d’une prise de médicament, le pilulier imedipac est également compatible avec le principe de notifications, qui pourront être envoyées afin d’informer un proche. Un historique des évènements (comme la configuration du dispositif) est accessibles depuis l’interface web dédiée.

Muni d’une puce NFC et d’un modem GSM, le pilulier imedipac sera disponible à la vente en fin d’année 2014.

Plus d’informations sur www.imedipac.com
Vidéo de démonstration https://www.youtube.com/watch?v=SKhecw6sXuo

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est louable comme objet.
    (Je suis designer et il y a fort longtemps, j’avais travaillé sur un pilulier sécurisé.)
    Je trouve du coup quelques défauts à celui ci.

    On demande à des séniors – pas tous au même niveau face à la technologie – de recevoir des notifications sur leur smartphone, voir de configurer une tablette tactile…
    Certains ont du mal à faire fonctionner un four à micro ondes…

    Sans doute que la génération prochaine de séniors sera plus à l’aise avec les « nouvelles » technologies.

    Dans les faits, ce sont souvent les infirmières (ou le conjoint) qui remplissent les piluliers des traitements de longues durées que les personnes âgées prennent en général.

    Faut avoir de bons yeux pour se servir de celui ci et faut pas souffrir de pertes de mémoire et oublier de le charger…

    Ça sent le produit pas donné, avec peut-être un abonnement mensuel à payer (comme pour certains dispositifs d’alerte anti-chute et autres…).
    Du coup, ça sera pas pour tout le monde.
    Là non plus, tous les séniors n’ont pas les même revenus et s’ils souhaitent en majorité rester chez eux le plus longtemps possible, certains n’ont pas les moyens d’aller en maison de retraite de toutes façons. (ce sont les mêmes qui ne pourront pas s’offrir ce produit).
    Peut-être qu’un produit « Low Tech » aurait pu faire l’affaire aussi.

    La critique est facile, l’art est difficile. Alors je poste un résumé de mon projet d’étudiant (de 2005!):
    http://clementcoletto.free.fr/Pimea.pdf

    1. Bonjour,

      Tout d’abord merci à Gizmodo pour cet article.
      Et merci pour vos commentaires.

      En tant que community manager de medissimo je me permet de vous apporter quelques réponses.

      Seniors et objets connectés : Ils sont vraiment de plus en plus nombreux à s’y intéresser et à y voir un intérêt notamment dans le maintien à domicile justement.

      Le traitement peut-être préparé par le pharmacien, un aidant ou un proche. De même que l’interface qui permettra de configurer les notifications. Nous nous employons à ce qu’elle soit la plus intuitive possible.

      Nous n’avons pas l’intention de faire un produit « low tech » car la santé est un sujet qui exige de la fiabilité et un haut niveau de qualité / sécurité. Cela ne veut pas dire qu’il ne sera pas accessible au plus grand nombre.

      N’hésitez pas à nous contacter pour échanger autour de ce sujet. Bonne journée et à bientôt.

      Pascal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité