Être homosexuel est-il inscrit dans les gênes ?

Être homosexuel est-il inscrit dans les gênes ?

S'il est aujourd'hui admis, et reconnu, que nos traits physiques sont issus de notre patrimoine génétique, la chose est bien plus délicate en ce qui concerne nos traits de caractère. Colère, propension à la violence, capacité d'aimer... Et si cela était aussi inscrit dans nos gênes ? Une étude tendrait à prouver que l'homosexualité le serait.

La question est extrêmement délicate, vous vous en doutez, peut-être même infondée, mais elle intéresse grandement les chercheurs. Si vous n’adhérez pas à la toute puissance du code génétique, ne lisez pas ce qui suit. Il convient tout d’abord d’expliciter un point. Plutôt que de parler de « gène gay » chez l’homme, il faudrait davantage envisager un (ou plusieurs) »gène de l’amour pour les hommes », tout comme il pourrait exister un (ou plusieurs) gène contraire, chez la femme. Et le monde animal nous prouve régulièrement que son existence serait légitime.

En 1993, le généticien Dean Hamer avait étudié une famille ayant plusieurs frères ouvertement homosexuels. L’étude de leur génome montra qu’ils partageaient tous une région bien particulière de leur chromosome X. Le scientifique suggéra alors que dans celle-ci pouvait se trouver un tel « gène de l’amour pour les hommes ». Bien évidemment, des études similaires donnèrent des résultats contraires et la communauté homosexuelle restait partagée : cela confirmait bel et bien les « je suis né comme cela » mais ouvrait aussi la porte à la « détection systématique » et à la discrimination.

Cette année, une nouvelle étude, menée sur un panel bien plus large, a montré des résultats confortant ceux de Dean Hamer et mettant en évidence un autre gène, dans le chromosome 8. Nouvel émoi tant chez les experts que chez le grand public. Pourtant, ces gènes, ou leurs variantes – les allèles – ont déjà été mis en évidence chez les animaux – il est par exemple possible de changer la préférence sexuelle des souris -…

La question ne serait donc pas de savoir si pareil gène existe mais pourquoi/comment ils sont si répandus (entre 5 et 15%). Les homosexuels ayant en moyenne moins d’enfants, ces variantes devraient tendre à disparaître… Il y a ici plusieurs théories. Pour résumer, nous dirions que selon l’environnement (familial, région du monde, etc), ces allèles peuvent voir leur transmission à la descendance favorisée. Ces phénomènes sont encore très peu connus des chercheurs et pourtant très importants dans la question de la « normalité de l’homosexualité » (d’un point de vue uniquement scientifique).

Car il est impossible de dire si ces études génétiques ont identifié les « allèles gay » d’un seul ou de plusieurs gènes. Que le chromosome X ait été identifié paraît logique, il joue un grand rôle dans la reproduction. Mais il y a fort à parier qu’il y en ait bien davantage (notamment le 8), et leurs très nombreux allèles. Tout le monde aurait alors en lui un savant mélange de tout cela. Ajoutez à cela la composante environnementale et vous obtenez un caractère comportemental extrêmement complexe à détecter sur des gènes uniques.

C’est un peu la même situation que pour la taille. Celle-ci est liée aux allèles de plusieurs milliers de gènes ainsi qu’à notre environnement, produisant une distribution continue d’individus de toutes les tailles. Et tout comme nous avons des personnes extrêmement petites et extrêmement grandes, nous aurions des hommes « très amoureux des hommes » et des femmes « très amoureuses des femmes »… Enfin, si vous croyez à la prédétermination génétique pour toute chose, bien évidemment…

Tags :Sources :Daily Mail
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. De mieux en mieux, Gizmodo qui se met au Darwinisme social, ou l’explication du pourquoi certaine personne son Gay.

    De mieux en mieux….

    1. Exact! Je suis d’ailleurs en train d’étudier ce qui se rapporte à l’épigénétique.

      Sinon, pour en revenir à l’article, peut être ce gène serait une prédisposition, ou juste du hasard, mais je ne pense pas qu’on puisse résumer quelque chose d’aussi complexe avec des gènes.
      Ca tient avant tout de la personnalité de la personne en question et ça, ça se construit, ça n’est pas fixé dès le départ (même s’il peut y avoir certaines prédispositions)

      1. Exact. L’épigénétique n’en est qu’a ces balbutiements (comparativement aux autres domaines). Mais les premières études, et celle qui m’a marquée c’est l’impact de l’alimentation du père dans la procréation/fécondation de l’ovule qui influence plus fortement l’expression d’un gène plutôt qu’un autre.
        Avec ce nouveau domaine on en apprend plus sur l’activation de certains gène, et la mise sous silence d’autre. Et comme je l’ai dit, l’impact que peut avoir la seule alimentation du père, dans le développement de l’enfant ; C’est juste prodigieux.

  2. Mais oui comme le fameux gène du tueur en série, qui à été réfuté après quelques années mais le mal à été fait…Gizmodo vous allez du mauvais côté de le pente….

  3. Je ne vois pas se que vous reprochez a l’article !? Il expose une étude et ouvre le débat ! Maintenant se que je trouve dérangeant c’est qu’en 2014 il y au encore des gens a l’esprit étroit qui sont incapable de tenir une discutions saine sur un sujet compliqué !

    1. C’est une étude hypothétique et non vérifier point…donc nul besoin de le balancer sur un site qui se prétends poster pour le high tech

      1. C’est pas hypothétique si tu sais lire :
        « Cette année, une nouvelle étude, menée sur un panel bien plus large, a montré des résultats confortant ceux de Dean Hamer … »

  4. Faut vraiment vraiment vous calmer, vous donnez de plus en plus l’impression que peu importe la news vous ne serez jamais contents. Ça fait vraiment snob…
    Il est intéressant de voir ce que pourra donner cette étude.

  5. Valider cette thèse aurait un avantage : faire taire les intégristes de tout poil nous expliquant que l’homosexualité serait un choix et qu’on pourrait, par extension, guérir…

    1. Ce que vous dites me semble faux. La transcription des gènes permet la synthèsede protéines. S’il existe vraiment un gène de prédisposition à l’homosexuelite, il est théoriquement possible de stopper l’expression de ce gène et par conséquent empecher la synthèse de protéine. Il serait donc possible d’en « guerir » momentanément certes.

  6. Inné ou acquis … et bien, si c’est inné c’est inscrit dans les gènes et quand on aura isolé et reconnu ce gène, combien de mamans et papas avertis par les examens prénatals accepteront la poursuite d’une grossesse qui leur donnera un enfant homosexuel(le)s ? pour moi, ce sera NON ! les lobbys LGBT etc .. qui assurent que c’est inné ont intérêt à faire adopter cette prédisposition comme tout_à_fait normal s’il ne veulent pas disparaître !

  7. Au Sénégal, nous sommes des hypocrites. sinon moi je ne comprend pas comment on peut accepter sans sourcilier que des femmes adoptent des comportements masculins et refuser que des hommes adoptent des comportements féminins. je ne défend pas l’homosexualité mais c’est une question de logique et de bon sens. Chaque jour nous sommes choqués par le port de jeunes filles qui ressemble plus à des garçons manqués qu’a autre chose et personne ne pipe mot. L’homosexualité est un phénomène qui a existé depuis le début de l’humanité et ce n’est aujourd’hui que les mœurs sont sont à plat que la situation va changer. Il faut savoir vivre avec son temps. Ces homosexuels que l’on fustige sont beaucoup plus des victimes que des coupables. Ce qu’ils ressentent dans leur corps et qui les pousse vers le sexe identique est plus fort qu’eux. C’est une question de nature humaine et c’est la nature qui nous commande même si la société nous impose des comportements. Entre les tendances naturelles et les tendances sociales il n y a que l’intimité qui les sépare. Dès que nous sommes enfermés dans une chambre, nous redevenons ces bêtes féroces capables de tout. Ce qu’il faut demander maintenant à ces homos, c’est de respecter les autres et de vivre leur vie de façon discrète et cachée. Ce n’est pas la norme admise par la société, par conséquent elle relève du crime ou du délit.Dieu seul sait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité