Mieux encore que le Kindle Paperwhite, le Paperwhite étanche !

Mieux encore que le Kindle Paperwhite, le Paperwhite étanche !

Inutile de vanter une fois encore les nombreux mérites de la liseuse Amazon la plus évoluée, la Kindle Paperwhite, tant elle approche tout simplement la perfection. Pourtant, un simple petit tour de magie, une nouvelle fonctionnalité, et la voilà mieux encore, cette fois vraiment parfaite ! Voici le Kindle Paperwhite étanche !

La liseuse électronique a bien des avantages, nombreux sont ceux à en avoir déjà adopté une. Malheureusement, comme tout appareil électronique, ou presque, elle n’aime pas vraiment l’eau. Si le papier n’apprécie pas l’eau, votre joujou non plus…

Heureusement, il y a la version étanche du Kindle Paperwhite signée Waterfi. Mais ici, pas d’imposant étui de protection, pas de grosse coque hideuse, juste le Kindle Paperwhite (deuxième génération, sans les publicités) et uniquement celui-ci, tout juste sera-t-il un légèrement plus lourd. Et on ne parle pas d’une simple résistance à l’eau – éclaboussures et quelques filets d’eau -, dans cette version, elle est totalement étanche. À vous les sorties de plongée, les lectures au bord dans la piscine, dans votre bain, sans avoir à vous soucier de quoi que ce soit (le constructeur annonce jusqu’à 60m de profondeur sans limite de temps).

Le Kindle Paperwhite étanche de Waterfi s’impose clairement comme la liseuse ultime pour tout voyageur et/ou amateur de plage et d’eau. Seul petit hic, son tarif. Il faut compter 239,99$ (180€) pour la version WiFi et 299,99$ (220€) pour la version WiFi+3G, sensiblement plus cher que les versions originales d’Amazon, mais ça en vaut clairement la peine !

Tags :Sources :TechCrunch
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est juste un terminal de paiement imperméable…. aux e-books libres, aux impôts… et aux droit du travail.

    Il faut boycotter Amazon, cela relève du civisme basique.

    1. Les e-books libres se lisent très bien sur Kindle. Les seuls documents non lisibles sont les e-books non libres des autres marques (itunes, DRM diverses non Amazon…)

      Pour les impôts et le droit du travail, c’est vrai. Mais ce sont des méthodes d’optimisation des coûts pratiquées par toutes les multinationales.

      On peut voir ça comme un terminal de paiement… Ou comme une librairie portable contenant plus de choix que n’importe quelle librairie en dur. Et où les classiques libres de droits sont gratuits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité