9 choses que vous n’aviez jamais remarquées dans « Retour Vers le Futur »

Retour Vers le Futur

Qui ne connaît pas la célèbre saga Retour Vers le Futur ? Le premier film, de Robert Zemeckis, date de 1985, bientôt 30 ans, et regorge d'anecdotes en tout genre. En voici quelques-unes, espérons que vous ferez quelques découvertes amusantes. C'est parti pour un petit voyage dans le temps.

Générique de début

On découvre le magasin de Doc et de nombreuses horloges. La caméra passe sur celle-ci :

Retour Vers le Futur

On y voit Harold Lloyd dans le film muet « Safety Last » de 1923, suspendu à une aiguille, préfigurant de belle manière un Doc accroché de pareille manière plus tard dans le film.

Les Dents de la Mer 19

Dans le deuxième opus, Marty prend peur devant un hologramme 3D et une affiche du film « Les Dents de la Mer 19 ». Spielberg, réalisateur de « Les Dents de la Mer », est un grand ami de Robert Zemeckic. Si l’on y regarde attentivement, le film est « Réalisé par Max Spielberg », max étant le fils de Spielberg, né en 1985, année de sortie du premier « Retour vers le futur ».

Retour Vers le Futur

Le rebord de la tour de l’horloge

Au début du premier film, une dame demande à Marty et Jennifer de faire un don pour sauver la tour de l’horloge, expliquant qu’elle n’a pas été restaurée depuis qu’elle a été frappée par la foudre il y a 30 ans. En regardant attentivement, on se rend compte que le rebord est intact. Pourtant, quand Marty retourne en 1955 et que Doc s’y accroche pour le renvoyer en 1985, un morceau du rebord se brise.

Retour Vers le Futur

Alors, s’il a été endommagé en 1955 et jamais réparé, pourquoi est-il en parfait état en 1985 ? Une erreur ? Bien sûr que non ! L’année 1985 du premier film n’est qu’une version parmi tant d’autres de 1985, un espace-temps parallèle dans lequel Doc ne serait pas pendu à l’horloge et le rebord n’aurait pas été endommagé.

Retour Vers le Futur

M. Peabody et Sherman

Quand Marty retourne en 1955 dans le parking de Twin Pines Mall, il arrive dans la Twin Pines Farm, qui deviendra Lone Pine Mall lorsque Marty roule sur l’un des fameux pins de Mr. Peabody. Mais le fils de Mr. Peabody s’appelle Sherman, une jolie référence à « Mr. Peabody & Sherman », le duo très célèbre des dessins animés « The Rocky & Bullwinkle Show » faisant fureur dans les années 1960.

Retour Vers le FuturRetour Vers le Futur

Les quatre DeLorean de 1955

En regardant les trois films comme une seule et même histoire, on se rend compte qu’il y a en réalité quatre DeLorean : la première, celle dans laquelle Marty arrive dans le premier film. La deuxième, celle dans laquelle le vieux Biff arrive pour donner l’Almanach des Sports au jeune Biff dans le deuxième film. La troisième ? Celle qui transporte Marty et Doc dans le deuxième film pour sauver l’Amanach des Sports. Et enfin, celle que Doc cache dans une mine en 1885 pour être découverte en 1955 dans le troisième opus.

Retour Vers le Futur

Le super amplificateur de Doc

Dans la première scène, Marty branche une guitare électrique sur un énorme ampli, on y voit la mention CRM 114. Il faut y voir là un vibrant hommage au « Dr. Strangelove » de Stanley Kubrick, l’un des films préférés de Robert Zemeckis. On retrouve aussi ce même CRM 114 dans « 2001 : L’Odyssée de l’Espace ».

Retour Vers le FuturRetour Vers le Futur

Edward Van Halen

Dans la scène où Marty effraie le jeune George McFly en le réveillant dans sa combinaison anti-radiation et en montant le son sur Van Halen, la cassette qu’il met dans le Walkman est intitulée « Edward Van Halen ». Quel jeune des années 1980 aurait écrit « Edward Van Halen » au lieu de « Van Halen » ? Personne. Le groupe ne voulait pas donner son autorisation pour utiliser son nom. Edward, par contre, n’avait rien contre. C’est pour cela que c’est son nom qui est mentionné. Il aurait d’ailleurs aussi composé et joué un morceau dans le premier film, sans apparaître au casting.

Retour Vers le Futur

L’entreprise familiale Statler

Dans le troisième opus, lorsque Marty arrive dans la Hill Vallye pour la première fois, la caméra s’attarde sur une publicité, Honest Joe Statler, un vendeur de chevaux… Si l’on se souvient du générique de début du premier film, avec les horloges dans le magasin de Doc, les tous premiers mots sont à la radio, une publicité pour Statler Toyota. La famille Statler a clairement changé de branche entre 1885 et 1985, passant des chevaux à un autre moyen de transport plus moderne.

Retour Vers le Futur

Elijah Wood

Dans le deuxième film, Marty joue à un jeu vidéo dans un café avec plusieurs enfants. L’un d’entre eux est Elijah Wood.

Retour Vers le Futur

Bonus

Eric Stoltz

Robert Zemeckis a toujours voulu que ce soit Michael J. Fox qui incarne Marty mais il ne devait pas être disponible. Le réalisateur avait alors fait passer un casting à Eric Stoltz et commencé à tourner avec lui. Non satisfait de sa performance, « trop sérieuse » selon lui, Robert Zemeckis, a finalement, heureusement, pu rappeler Michael J. Fox et reprendre à zéro.

Retour Vers le Futur

Huey Lewis

Huey Lewis, qui a écrit et joué le thème « Back in Time », fait une apparition en tant que directeur de l’école, il hurle dans un mégaphone au groupe de Marty, « The Pinheads » : « Je suis désolé, vous jouez bien trop fort. »

Retour Vers le Futur

Tags :Sources :Death And Taxes
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Huey Lewis & The News pour « Back in Time » bien sûr, mais aussi le splendide « The Power of Love » qui a cartonné au Hit Parade cette année-là en 1985 !

  2. Etant une grande fan, il y a beaucoup d’éléments que je connaissais déjà ! Mais pour l’entreprise familiale Statler.. j’avais jamais fait gaffe ! Super !

  3. Merci pour cet article intéressant (Le coup de Peabody et Sherman et celui de l’ampli et celui d’Eddie Van Halen je ne les connaissais pas, j’ai appris des trucs :) …)

    Par contre je voudrais pinailler sur deux points, alors pinaillons, pinaillons…

    La collecte est pour restaurer l’horloge, mais rien n’empêche que l’hotel de ville lui même (le rebord ne fait pas partir de l’horloge) ait été réparé après l’orage. Une horloge arrêtée ça ne se remarque pas tant que ça et c’est beaucoup plus cher à refaire qu’un peu de maçonnerie.

    Pour les quatre delorean… Non il n’y a pas 4 Delorean, il n’y en a qu’une. Il y en a quatre exemplaires au même moment mais ça reste la même voiture qui suit sa propre « histoire » à travers le temps. La phrase correcte est « La DeLorean est présente 4 fois simultanément en 1955. »

    😉 😉

  4. Pour l’histoire du rebord c’est totalement faux, parceque si vous connaissez le film comme je le connais vous remarquerez que cette scène se passe au DEBUT du film (en 1985), or quand Marty revient de 1955 (à la fin du film) il modifie légèrement le 1985 d’origine et créé, appellons-le, le 1985′ où son père a tenu tête à Biff et c’est pendant ces 30 années là que Doc pour aider Marty a repartir vers le futur aurait fait effondrer le rebord donc ce n’est pas une erreur au contraire. cela aurait été vrai si cette scène se passait à la Fin du film

  5. Dans le premier film au début Marty s’accroche à un 4*4 avec son skateboard, le conducteur qui le remarque n’est autre que Steven Spielberg.

    Dans le premier film les trois abrutis qui sont toujours avec Biff que l’on retrouve dans le second film comme garde du corps du richissime Biff, l’acteur d’un des trois a également joué le rôle du mari de Rose dans le film Titanic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité