Ils retrouvent des flacons de variole égarés !

shutterstock_49731196

Voici une nouvelle assez déconcertante. Selon les Instituts nationaux de santé américains (NIH), des flacons contenant le virus de la variole ont été trouvés dans un laboratoire du Maryland. Non seulement le labo n'est pas autorisé à manipuler des agents pathogènes, mais il n'est même pas équipé pour accueillir de si dangereux composés.

Vous vous sentez en sécurité à l’idée de savoir que nous avons éradiqué la variole ? Une maladie qui se répand tellement vite qu’elle est une menace bioterroriste à elle toute seule ? Nous vous laisserons chercher seul(e) les images sur Google, car c’est assez explicite, mais cela vous donne une bonne idée de la teneur des symptômes et de l’intérêt de ne pas perdre ces flacons…

Justement, si nous en conservons, c’est seulement au cas où nous aurions besoin de trouver un vaccin, d’ailleurs seuls deux laboratoires au monde ont autorité pour manipuler ce virus (le Disease Control and Prevention d’Atlanta et l’institut VECTOR de Russie), et certainement pas le NIH’s Bethesda du Maryland.

Selon les autorités compétentes, les 10 flacons pourraient dater des années 50. Bien qu’ils soient étiquetés et leurs substances lyophilisées, la menace est tout à fait réelle. Le contenu des fioles est actuellement soumis à des tests, afin de déterminer si le virus est encore contagieux ou non. Par la suite, ils seront détruits.

Espérons que nous ne tombions pas sur des surprises pareilles tous les jours. Sans quoi…

armée 12 singes

Tags :Sources :abcnews
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Le contenu des fioles est actuellement soumis à des tests, afin de déterminer si le virus est encore contagieux ou non. Par la suite, ils seront détruits. »
    Pourquoi ne pas les detruire tout de suite? a quoi ça sert de savoir si le contenu de la viole est toujours actif vu qu’on va de toute façon les detruire.

    1. « Une maladie qui se répand tellement vite qu’elle est une menace bioterroriste à elle toute seule ? »
      Cette phrase n’a aucun sens, ou alors tellement explicite qu’elle est ridicule.

      Et au faite, il existe aussi un site à Lyon de niveau 4 pouvant manipuler la variole….

      Et l’intérêt de faire des tests sur ces fioles et justement d’identifier la souche de l’agent pathogène, et savoir si celui-ci, au fil des années, n’a pas été affaiblis. Cela serait une grande découverte et amènerais au développement d’un vaccin.
      Pour comprendre, la vaccination contre la tuberculose a été possible et est obtenue, par repiquage d’une même souche pendant des années en vérifiant le pouvoir pathogène de la bactérie a chaque fois, jusqu’a obtenir une bactérie sans pouvoir pathogène, mais déclenchant la réponse immunitaire.

  2. Et peut-être aussi pour savoir de quelle façon le détruire. Il y a peut-être différentes méthodes de destructions suivant si le virus est encore contagieux ou non.

    Enfin ce ne sont que des suppositions, j’y connais pas grand chose en virus.

    1. On retrouve des microorganismes vieux de plus de centaines de milliers d’années encore vivant et qui sont simplement en hibernation. Donc 50 ans, c’est du pipi de chat.

    2. Un virus est un parasite exclusif , c’est à dire que sans hôte, il est semblable à un caillou.

      Cependant les hôtes potentiels sont nombreux, même si dans une fiole c’est très peu probable. Mais comme je l’ai dit plus haut, le temps, et tous les facteurs extrinsèques peuvent influencer sur le génome viral, ses récepteurs, sa forme, etc…

  3. ça serait bien pour les geek de chopper la vérole sans bouger de devant leur clavier !!!
    ah non c’est la variole !!
    ça ils l’ont déjà la variole , les geeks la tronche pleine de furoncles acnéiques !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité