Quand Steve Wozniak parle de Steve Jobs

Steve Wozniak

Ce n'est un secret pour personne que Steve Jobs avait la réputation d'être un personnage difficile à vivre. Nombreux sont les témoignages à en faire état. Ceci dit, rares sont ceux à pouvoir vraiment permettre de faire la lumière sur le fondateur de Apple. Steve Wozniak en fait partie, il s'est d'ailleurs récemment livré au Milwaukee Business Journal.

« Steve Jobs a eu différentes personnalités pendant toute la période où je l’ai connu », déclare Steve Wozniak. Dès le début d’Apple, l’homme avait enfin « quelque chose qu’il avait voulu dans sa vie – trouver la formule pour être une personne importante. » Tout le reste n’aura finalement qu’à servir ce dessein : apprendre à diriger une entreprise, à se présenter au public, à faire d’un prototype un produit commercialisable…

Malheureusement, ses relations avec les autres, et bien évidemment, ses employés, en ont souffert. « Certains de mes meilleurs amis chez Apple, les plus créatifs qui ont travaillé sur le Macintosh, la plupart d’entre eux ont affirmé qu’ils ne travailleraient plus jamais pour Steve Jobs », admet Steve Wozniak. « C’était à ce point-là. »

Mais malgré son attitude exécrable, Steve Jobs avait un profond respect pour ses employés. Il appréciait d’autant plus ceux qui s’affirmaient pour défendre leurs idées et leurs convictions, malgré les interrogations et les confrontations fréquentes…

L’interview complète est à voir en vidéo ci-dessous.

Tags :Sources :BGR
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Gizmodo qui lance une news pour des paroles pareil on s’en fou un peu, on sait déjà tout sur lui et maintenant qu’il est dans le cieux il serait temps de le laisser reposer en paix….c’est pas un Dieu quand même

    1. Non ce n’est pas un dieu, mais n’en déplaise à pas mal de monde sur les forum hightech, il fait parti des personnes importantes qui ont façonnés l’informatique moderne, qui a de plus sus se faire connaitre au delà de la sphère des geek hardcore. En comme il suffit de mettre apple ou steve jobs pour multiplier le nombre de clic (ne serai ce que par les rageux qui viennent se plaindre que la ligne éditoriale n’est pas conforme à leur vision des choses), tu risque de bouffer du steve jobs pendant encore pas mal de temps.

      1. Assez d’accord avec ton commentaire sauf sur le fait qu’il ai façonné l’informatique moderne, peut être son coté marketing tout au plus… S’il n’avait pas existé le monde informatique serai sans doute très proche de ce qu’il est aujourd’hui, peut être en retard de 2 ou 3 ans sur les marchés mobiles faute de concurrence mais c’est tout.

        1. Tu devrais regarder à quoi ressemblait l’interface d’Android beta avant la sortie d’IOS. En gros c’était du windows mobile de l’époque : stylet, boutons tout petits, interface fenêtrée… beurk !

        2. @YEVES
          Ce n’est pas une interface qui change totalement l’informatique moderne. Le fait qu’il ait donné un coup de pied dans la fourmilière et accéléré les choses ne veut pas dire qu’il ait tout changé, les plateformes mobiles n’en seraient pas resté à celles d’avant IOS s’il n’y avait pas eu IOS. Comme je l’ai dit dans mon premier com il a certainement accéléré le marché du mobile (et uniquement du mobile) de un ou deux ans… Tout le reste n’est que pure fantasme autour de sa personne.

        3. J’ajouterai encore que les gens qui ont réellement façonné l’informatique sont des inconnus du grand publique: ce sont les ingénieurs et chercheurs qui ont développés et miniaturisé les puces, ceux qui ont crées les réseaux et internet, ceux qui ont crée les algorithmes qui chiffrent les communications etc etc… Tous les grands pdg sont eux remplaçables: sans les fondateurs de google il y aurait des moteurs de recherche, sans Zuckerberg il y aurait des réseaux sociaux et sans Jobs il n’y aurait juste pas Apple.

        4. @Miko
          « les gens qui ont réellement façonné l’informatique sont des inconnus du grand publique: ce sont les ingénieurs et chercheurs qui ont développés et miniaturisé les puces »

          On ne crée pas des algorithmes seulement pour créer des algorithmes. On ne conçoit pas des puces seulement pour le plaisir de le faire. Derrière ce minutieux travail de laboratoire, il y a un objectif, une vision. C’est cette vision qui donne un sens au travail de ces gens, qui les pousse à aller plus loin dans la recherche. C’est exactement ce qu’a fait Steve Jobs avec Apple.

          Et son rôle ne s’est pas limité qu’au marché des appareils mobiles. C’est lui, le premier, qui a su voir le potentiel commercial de la souris, oubliée dans les tiroirs de Xerox. C’est aussi lui qui a su voir le potentiel commercial de l’interface graphique. Sans Jobs, on serait peut-être encore à taper de la ligne de commande sur nos ordinateurs.

          Et si ce n’avait pas été lui, ça aurait été quelqu’un d’autre. Ce qu’il faut retenir, c’est que sans la vision de gens comme Steve Jobs — qui est beaucoup plus qu’un simple marketeux facilement remplaçable —, les choses n’en seraient sûrement pas là aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité