Les faux souvenirs implantés peuvent-ils être permanents ?

Souvenirs

La recherche sur le cerveau, et plus particulièrement sur la mémoire, a fait plusieurs bonds en avant ces derniers temps, les chercheurs étant aujourd'hui capables d'implanter des souvenirs dans nos cerveaux. Mais il est une question qui intrigue les spécialistes, qu'en est-il de leur durée de vie ?

Avant de se lancer, un jour dans la manipulation de nos souvenirs, il faudra être certain de ce que l’on fait, y compris dans le temps. Le cerveau est extraordinairement puissant, capable d’oublier littéralement un fait horrible, capable aussi d’inventer de toute pièce un souvenir.

En 1973, le livre Sybil créait la sensation. On découvrait une jeune femme très troublée, au passé affreux (ayant été abusée par sa propre mère). Un jeune psychiatre la prend sous son aile et pendant des années de thérapies et de drogues, Sybil développe même des personnalités alternatives…

Pourtant, il s’avère que ni ses différentes personnalités ni même cet abus n’ont véritablement existé. La jeune femme était dépendante du docteur, docteur qui lui disait sans cesse qu’elle inventait tout cela. Cela n’est pas retranscrit dans le livre, bien sûr. La seule chose que l’on retient finalement c’est l’idée de pouvoir être très malheureux à cause de souvenirs profondément refoulés. Sybil savait qu’elle n’avait pas de troubles de la personnalité et que la plupart de ses souvenirs étaient faux mais qu’importe…

Se posait alors la question de savoir si les professionnels de santé avaient par exemple forcé d’affreux souvenirs dans les esprits des plus jeunes et si ceux-ci pourraient un jour se rappeler que tout cela n’avait pas eu lieu. Difficile de trouver une réponse, mais l’étude d’Elizabeth Loftus nous donne plusieurs éléments. Tout le monde, y compris les enfants, peut avoir des souvenirs très précis et détaillés d’un événement qui n’a pas existé. Certains se sont ainsi rappelés avoir vu Bugs Bunny à Disneyland (chose impossible, Bugs Bunny appartenant à Warner Brothers), ou s’être perdu dans un centre commercial et avoir reçu l’aide d’un vieil homme inconnu. Les enfants de 3 à 6 ans seraient les plus réceptifs à l’implantation de faux souvenirs.

Deux ans plus tard, une étude réunissait 22 enfants ayant participé à celle de Loftus. 78% d’entre eux se souvenaient de ces faux événements, mais uniquement de 13% d’entre eux. (comparé aux 22% lors de l’étude originelle). Pourtant, ces faux souvenirs ont la vie dure dans la mémoire. Une fois implanté, et une fois le processus de réminiscence enclenché, ceux-ci occultent le monde réel. Et même lorsqu’on leur dit que cela n’est qu’invention, rien ne semble altérer cette « vérité »…

Tags :Sources :io9
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « La recherche sur le cerveau, et plus particulièrement sur la mémoire, a fait plusieurs bonds en avant ces derniers, les chercheurs étant aujourd’hui capables d’implanter des souvenirs dans nos cerveaux. »
    a fait plusieurs bonds en avant ces derniers
    plusieurs bonds en avant ces derniers
    en avant ces derniers
    ces derniers

    Manque un mot.

  2. « les chercheurs étant aujourd’hui capables d’implanter des souvenirs dans nos cerveaux. »

    Heu non, personne n’est aujourd’hui capable de faire ça sur un être humain. C’est gentil de se prendre pour la Recheche, mais là faudrait vérifier vos sources…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité