Comment le français Devialet est devenu N°1 mondial de la HiFi

Quentin Sannié - DEVIALET

Cocorico ! Née en 2010, la marque Devialet est devenue en quelques années le numéro 1 mondial de la Hifi haut de gamme grâce à ses amplificateurs mêlant astucieusement technologies analogiques et numériques.

Nos confrères de ITespresso.fr ont rencontré Quentin Sannié, co-fondateur de la marque aux côtés de Pierre-Emmanuel Calmel et d’Emmanuel Nardin.

Dans cette « capsule d’innovation » tournée dans les locaux de Devialet, à Paris, Quentin explique comment cette technologie a révolutionné le petit monde de la HiFi haut de gamme mais il partage également la stratégie de la marque, pour proposer une expérience d’écoute unique à ses clients, au travers de la nouvelle technologie SAM ou d’un système de cache pour gérer le streaming.

Pour le moment limitée aux mélomanes les plus exigeants avec des amplificateurs vendus plus de 5000 euros, Devialet semble toutefois réfléchir à une démocratisation de sa technologie, dans les voitures, les Home Cinémas et pourquoi pas les casques haut de gamme.

Quentin Sannié : « Devialet est devenu le N°1 de la HiFi haut de gamme »

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. il faut raison garder, le numéro 1 de hifi dans le monde fait plus de 5 Milliards de dollars de chiffre d’affaire, Devialet se traine à 4M€ loin derrière une cohorte de « petits français » et n’est toujours pas profitable.
    J’espère que B Arnaud et ses co-investisseurs reverrons un jour la couleur de leur investissement mais c’est loin d’être gagné …Il est encore question de lever des capitaux pour soutenir les investissements de communication délirants…Une autre marque Française devait être réveillée par un ex de Salomon, il l’a envoyée au tapis avec les mêmes méthodes…

    1. compliqué à lire votre commentaire…j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois..!
      heureusement que vous n’écrivez pas de bouquins…enfin j’espère !

    1. Ou à attendre 20 ans…
      Les gens qui ont les moyens paient la R&D pour toi. C’est là toute la subtilité du brevet injustement oubliée par les ignares.

      Accessoirement, sur ce genre de produit c’est surtout les matériaux, la fabrication et le contrôle qualité qui coûtent chers.

  2. Que de connerie allaudio! Regarde le CA du groupe Renault face a Ferrari, pourtant Ferrari fais de plus jolie voiture… Le CA ne fait pas la qualité… Mais bon …

  3. Merci pour cet article. On n’arrête pas le progrès. Quand l’innovation porte sur un domaine très utilitaire, on est assuré de faire un tabac. En tout cas, il ne faut pas oublier la politique particulière des fondateurs et la ferveur qu’ils emploient dans leurs projets. C’est définitivement payant.

  4. Je trouve ce business model beaucoup plus sain que ce qu’on rencontre ailleurs…

    Honnêtement, une start-up qui Innove vraiment (et qui ne se contente pas de faire de l’upgrade en apposant le mot « innovation » dessus), utilise des matériaux et composants de qualité (coque alu taillée dans la masse, électronique haute fiabilité, etc), combat l’obsolescence programmée en proposant annuellement des updates et encore des Innovations logicielles pour le traitement du son (leur nouveau truc pour l’adaptabilité aux enceintes), et donc compatible avec TOUT le matos existant ou presque (combien de fois on entend que l’électronique de telle marque a une mauvaise compatibilité avec une autre etc.).

    La boite va chercher ses sous directement chez des fortunés plutôt que dans des banques ou des fonds de pension qui ne font même plus leur boulot d’investisseurs.

    Au final, le seul truc que l’on peut reprocher c’est le placement haut de gamme… Mais comme expliqué plus haut, il faut bien payer les ingé qui font l’innovation et le brevet pour garder la technologie et les emploi chez nous, AVANT de démocratiser…

    Je n’attends d’ailleurs que ça. Ce n’est pas avec un maigre salaire que je vais pouvoir me le payer, donc j’attends…. en attendant je me cantonne à une qualité d’écoute qui correspond à mon budget… et qui est toutefois meilleure qu’il y a quelques années à des prix abordable (un carte son auzentech, un compte qobuz, un petit ensemble ampli/enceinte correct sont des solutions très abordables en attendant.

  5. Beau travail que celui de Devialet, mais il est encore long le chemin pour être leader mondial, il faut déjà dépasser les produits Focal par exemple, également français et rentables qui plus est !
    Allez, bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité