Facebook va bouleverser l’univers des applications

Facebook

Désormais, pour pouvoir accéder à vos messages Facebook, il faut obligatoirement passer par une application tierce, sobrement baptisée Messenger. Mais croyez bien qu'elle n'a que cela de sobre et que l'ambition de Facebook d'opter pour ces pratiques va faire plus de mal que de bien. 

Soyons beaux joueurs car, si l’intérêt pour Facebook est évident (plus de pubs > plus de rentabilité), ce n’est pas un non sens total pour l’usager. A bien y regarder, Messenger est précise, simple à utiliser, sans fioriture : Elle fait ce qu’elle a vocation à faire, être votre boîte de réception, dévouée corps et âme à l’envoi et la réception de messages. Quoi qu’un tantinet envahissante, elle reste bien intégrée au mobile. Soit.

Mais, vous êtes face à une contrainte, vous n’avez pas le choix, vous devez obligatoirement la télécharger. En somme, pour profiter de l’expérience complète du réseau social – qui rappelons le, sert à communiquer – il vous faut nécessairement passer par deux applications bien distinctes.

C’est là tout le problème.

Le grand dégroupage

Si l’on regarde en arrière, les achats grandiloquents de Facebook se sont portés sur les applications. Les acquisitions onéreuses d’Instagram et Whatsapp ont offert à Zuckerberg et consorts, deux applications plus que populaires, faisant du réseau le roi des applis. Facebook sera prêt à dépenser des mille et des cent dans ce type d’investissements, car ils représentent la pierre angulaire de leur stratégie mobile. Il y a longtemps que les têtes pensantes de la firme ont compris qu’il fallait capitaliser sur les smartphones et tablettes, appareils que nous trimbalons partout et qui ne sont pas prêts de quitter nos poches. 

La preuve ? Lorsqu’ils ne peuvent pas acquérir un service, tous ne sont pas des vendus, ils tentent d’en faire un clone. Pas de Snapchat, développons un Slingshot. Flipboard ? Paper. Tout cela n’a pour seul but de vous faire télécharger une autre application estampillée de la griffe de Facebook.

Pour tout comprendre de la stratégie de Facebook et des applications, c’est ici.

Sauf que personne ne veut d’un téléphone où l’on ne retrouve QUE des applications Facebook. Plus vous en téléchargez, moins il y a d’espace pour le reste. Seulement, le réseau a de bonnes raisons de faire ceci, Facebook est trop complexe dans son essence pour être fluide sur un mobile. Il y a trop d’options, de services et le tout doit être géré en flux tendu. C’est un sacré bazar en d’autres termes.

Facebook veut dominer l’écosystème des applications, et c’est beaucoup plus facile de le faire avec un tas d’applications populaires – qui plus est, gérées par des tiers. On ne pourra pas leur reprocher de le cacher, Facebook Home fût un échec, mais la surcouche démontrait au moins une chose, l’envie de prendre le contrôle total du smartphone des usagers. Aujourd’hui vous êtes dans la navette qui va vers ce but. Votre téléphone contient, Facebook, Messenger, sans doute Instagram et peut-être d’autres.

Le début de la fin

Facebook est en phase de conquête, de colonisation, une stratégie très intelligente, d’autant plus lorsque l’on a suffisamment de liquidités pour la déployer. Reste que pour l’individu lambda, c’est agaçant. Certes, il y a toute la question de la mémoire, mais ce n’est pas le plus gros problème. 

En admettant que votre appareil dispose de 500 Go de stockage et que toutes les applications soient intégrées en natif, qui a envie de constamment jongler entre toutes. Elles seront toutes ouvertes, ce qui va en plus bouffer votre RAM et faire laguer votre téléphone.

Par ailleurs, le succès de Facebook tient au fait qu’il centralise tout. C’est un réseau complet et unique, un endroit où l’on peut commenter une photo, poster des liens, avoir des conversations privées… Ah non. Plus maintenant. Ce désossage fait perdre au réseau une de ses valeurs fondamentales, sacrifiée sur l’autel de la publicité. Au prix d’un intérêt minime pour le consommateur. Au lieu d’aller simplement sur son profil, nous devrons ouvrir quatre applications différentes pour effectuer ce que nous aurions jadis pu faire en deux clics. Idéal pour parfaire une expérience utilisateur véloce… 

Ces applis ne sont pas mauvaises en soi (sauf Slingshot, Poke et Facebook Camera, entendons-nous bien), Paper était jolie, mais personne ne l’a utilisée. 

Tout savoir sur l’application Paper de Facebook

En somme, Messenger n’a vraiment pas besoin d’exister. Facebook aurait pu simplifier le processus d’accès aux messages dans l’application principale et surtout nous laisser le choix. Evidemment, peu de monde auraient opté pour cette solution… Au lieu d’user des ressources pour concevoir des applis tiers inutiles, améliorer la qualité de son application existante aurait été mieux perçu de tous.

Pour perdre du poids, vous n’êtes pas obligé de vous couper une jambe non ? Hélas, cette stratégie n’est pas assez lucrative (Encore que, en ce qui concerne la vente d’organes… On rigole). Plus d’applis = plus de pubs. Plus d’applis = moins de place pour la concurrence. Le réseau vous intime gentiment de télécharger Messenger (tout savoir ici), mais c’est une obligation à peine voilée et les conséquences sont réelles, au-delà de la grogne des utilisateurs.

Si Facebook réussit ce dégroupage, cela pourrait provoquer un effet dans toute l’industrie. L’effet papillon, imaginez le topo… Vous n’aurez plus un dossier intitulé « réseaux sociaux », mais un dossier Instagram, avec une application pour la nourriture, une autre pour les tatouages et l’incontournable version dédiée aux chats ?

Relativisons, ce n’est pas une chasse aux sorcières, après tout, ce n’est que Facebook, nous regrettons principalement l’absence de choix. C’est sans doute une question d’habitude. Dans le fond, même si le service de base n’est pas le même, nous utilisons Gmail, Drive, calendrier et consorts en widgets et applications individuelles. Les constructeurs de mobiles peuvent aussi s’adapter en créant des espaces de stockage plus importants, en implémentant des slots SD etc… 

 

Tags :Sources :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Depuis cette « obligation » j’ai désinstallé l’application Facebook et passé par le site mobile.
    Trop de Facebook tue Facebook.

    Ils ont raison d’avoir peur, le désintéressement du réseau social peut être exponentielle.

  2. Idem, j’ai désinstallé l’appli facebook et passe par le navigateur web.
    Tout cela devient trop envahissant…
    De toutes manières, peu de personnes échangent en privé sur facebook, il y a les boites email classiques pour cela (gmail, hotmail/outlook, yahoo, laposte etc…).

    1. Parceque Facebook eux même ont oubliés qu’ils avaient une application Windows Phone HAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHHAHHAHAHHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA

  3. Perso avec mon iphone j’ai toujours les messages dans l’application de base.
    Alors « désormais, pour pouvoir accéder à vos messages Facebook, il faut obligatoirement passer par une application tierce, sobrement baptisée Messenge » ce n’est pas encore tout a fait vrai.

  4. Facebook, le réseau social où 90% des notifications sont des conneries pour jouer dans une ferme virtuel de la copine à ta femme ou donner des vies à candy crush ?

    Pour moi c’est fini, ras le cul des centaines de notifications par semaines pour de la merde, des photos où les gens ou je suis tagué alors que je ne suis pas dedans, etc…

    Je n’ai rien contre les réseaux sociaux (aujourd’hui je suis accro à twitter) mais facebook c’est mort à mes yeux.

  5. « Seulement, le réseau a de bonnes raisons de faire ceci, Facebook est trop complexe dans son essence pour être fluide sur un mobile. »

    ça se voit que vous n’avez jamais développé une appli. facebook trop complexe ? lol

  6. Ce matin j’ai eu l’obligation d’installé cette connerie, après 10 seconds d’utilisation je l’ai supprimé. En revenant sur l’application FB de base je pouvais de nouveau reparler comme avant. C’est peut être une faille à exploiter pour le moment (iphone)

  7. Bizarre que google en ayant fait pareil pour son appli google doc ait fait couler bcp moins d’encre. Ceci dit au final ça ne me dérange pas d’avoir cette segmentation fonctionnelle.

  8. Sous BlackBerry O.S.10 (tout comme windows phone), pas d’obligation de télécharger Messenger, il est encore inclus…… merci de vérifier les faits avant de pondre un article…. . Et qu’on ne vienne pas me dire que tout comme pour windows phone, ils ont oublié qu’ils avaient une appli…( ça sent trop le troll..)

  9. il sépare pourquoi pas, mais pourquoi ne pas allez au bout de choses un mot de passe différent pour chaque appli, j’en connais bcp qui apprécierait d’avoir une séparation 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité