La NASA teste un impossible moteur sans combustible et il marche !

emdrive moteur sans combustible

L’an dernier, la NASA a réalisé une expérience qui pourrait bien chambouler les voyages spatiaux des prochaines décennies. Les résultats de cette expérience, publiés il y a quelques jours seulement, tendent à montrer qu’une propulsion spatiale jugée impossible par de nombreux scientifiques, est en fait… possible. Et franchement, sur ce coup, la NASA a bien perdu 10 ans en refusant de prendre au sérieux le scientifique qui avait imaginé ce design en 2004.

Il y a 10 ans, Roger Shawyer, un scientifique britannique, a imaginé l’emDrive, un système de propulsion qui utilise une technologie micro-onde brevetée pour convertir l’énergie électrique en poussée. Le plus dingue avec ce dispositif,  c’est qu’aucun combustible n’est nécessaire. Il suffit juste d’un peu d’électricité pour faire fonctionner ce moteur.

Sauf que pendant 10 ans, Roger Shawyer a tenté en vain de faire valider son système de propulsion par la communauté scientifique. Ce type de moteur électromagnétique est contraire à la loi de conservation de la quantité de mouvement.

Sur son site, il explique qu’en 2007, des scientifiques chinois se sont intéressés à son système de propulsion. Ils ont donc construit un propulseur similaire mais distinct et ils ont pu mesurer une poussée de 85 mN (millinewton), autant dire pas grand-chose, mais c’est suffisant pour accélérer un satellite de manière constante. De plus, comme il n’y a pas besoin d’embarquer de carburant, l’engin est plus léger, donc moins cher à envoyer dans l’espace. Et surtout, une fois équipée de panneaux solaires, le satellite est manœuvrable pour une durée incroyablement rallongée.

Quand les résultats de l’expérience chinoise ont été publiés en 2011, Sawyer a retrouvé un peu d’espoir. Surtout que d’autres tests ont été réalisés par un scientifique américain qui encore une fois a utilisé un design distinct mais similaire.

Agacée par ces résultats qu’elle refusait d’admettre, l’Agence spatiale américaine a enfin accepté de mener ses propres essais avec un nouveau système de propulsion distinct mais similaire à l’emDrive. L’agence a donc réuni 5 scientifiques qui ont ainsi pu montrer qu’il était possible d’obtenir une poussée stable entre 30 et 50 mN.

Pour Shawyer, le créateur de ce moteur, c’est une belle victoire et on devrait entendre parler de lui dans les prochaines mois ou années. Son design permet une poussée de 96 mN, ce qui est bien supérieur aux résultats obtenus par les Chinois ou la NASA. Pour lui, le plus important, c’est d’obtenir enfin une reconnaissance scientifique.

Shawyer a déjà un nouveau design dans ses cartons. Son système de propulsion modifié pourrait selon lui être utilisable sur Terre, pour propulser les voitures et pourquoi pas, un jour, les avions.

Illustration : Elvis Popovic

Tags :Sources :emDriveVia :ExtremeTech
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Tu veux un bilan initial en voilà un.

      Ça se voit qu’il n’y connait rien.

      Il s’est juste basé sur l’expérience des tubes de Crooks après l’avoir vu.
      et a du récupéré un plan de four à micro-ondes.

      C’est un amateur qui n’ a pas de connaissance en énergétique parce que…. pour faire marcher une voiture comme il le fait savoir ça ne peut pas être aussi petit au point de loger à la place des roues.

      Le système est tout de suite saturé (c’est forcément l’équivalent en ordre de grandeur de fonctionnement du tube de crooks qui n’intéresse plus personne. Ne cherchons pas de grande théories.

      Il faudrait alors qu’il soit de la taille d’une maison ou d’un immeuble sans oublier la durée
      de vie du magnétron qui s’en prend surement plein la figure (sans doute quelque
      secondes, le temps de démontrer que sa bouge un petit peu).

      …Encore moins déplacer un astéroïde. C’est pas un invention de son niveau.

      Conclusion c’est un rigolo qui n’a pas d’argent qui a du surveiller attentivement les forums.

      On peut se dire que, sur le papier il a du faire deux ou trois croquis, donc forcément personne ne l’a cru puisqu’il n’a rien démontré dans une publication scientifique par lui-même.

      Il est parti tout faire construire et étudier pas les chinois parce qu’il était incapable de le faire et que les chinois c’est prêt à tout et ça ne coute pas cher.

      Ils ont dû sorti leurs ingénieurs pour travailler durant les heures creuses, et ils ont surement tout fait pour lui et…. garder leur machine.

      Il n’ose même pas se montrer à coté de sa machine, parce qu’il en a jamais eu, il ne saurait même pas la construire. La NASA à surement du être obligé d’invertir pour en refaire une

      Il a trahis tout le monde, en plus il ne touchera rien. C’est une entreprise bidon. Pour cet ordre de puissance une telle invention ça ne vaut rien, ce n’est pas recherché. Les petits moteurs électriques embarqués de satellites coutent moins cher et son moins lourd à mettre en orbite. Même pas de perspectives de ce coté.

      Adieu ! petit escroc !

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      1. Merci pour le lien, je trouve tout ça passionnant même si mes cours de physique sont loin…. ^^

        Par contre, « énergie libre », « énergie du vide ».. Même si je ne cerne pas les concepts en détails, tout ça m’a l’air lié et pas totalement différent comme vous semblez le dire… Tesla sur la fin de sa vie parlait de la notion d’ether (vide) pour expliquer ses théories…

        Les deux thermes sont cités comme étant équivalent dans cet article :
        http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/02/07/1928835_l-energie-libre-illimitee-et-non-polluante-disponible-pour-tous.html

        Tout cela à l’air lié à de l’électromagnétisme en définitive.
        Attention, je précise que je parle avec mon intuition, mes compétences scientifiques se sont arrêtées au niveau Terminale S…

        1. En fait Tesla, avec son concept d’énergie libre, voulais transmettre de l’énergie partout sur Terre à travers ce que l’on appelait à l’époque l’éther, qui justement n’était pas censé être un environnement vide. En gros il voulait mettre au point un système de transmission de l’énergie sans fil.

        2. L’ether et le vide d’un point de vue scientifique ca n’a rien a voir.
          L’ether n’existe pas d’ailleur : )le mot est sympatoch mais n’a aucune véritée physique

  1. Sa prouve bien que les ricains sont une bande de faux cul, ils ont acceptés de mener l’expérience seulement parceque les chinois les on devancés sur cette technologie. Sa me rapelle le déssin animé, « American Dad ».

    1. Et moi ça me rappelle un bouquin que tu n’as certainement pas lu…. »Bescherelle  » !

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    2. Faux,

      tout cela n’est surement qu’une mise en scène destinée à cacher leur recherches de façon à prendre le plus d’avance possible, tout laissant des traces mineurs derrière eux comme un petit Poucet. Depuis le début, ils font semblant d’être surpris. Vous verrez sa continuera, ils ont déjà surement fait tout une liste de choses à divulguer par des tierces personnes, sans trop se risquer.

    1. m : préfixe utilisé dans le système d’unité signifiant « mili » soit 10^-3 ou 0.001
      N : newton unité de poids.

      50 mN : 50 milinewton.

      Soit sur terre : la masse d’un patte de mouche ^^

  2. Il faut arrêter avec le fantasme internet du tout Nicolas Tesla, personne ne va creuser derrière plusieurs autres auteurs bien plus intéressant:
    L’effet Biefeld-Brown, les expériences de Patrick Cornille et de l’effet Trouton-noble précurseurs de Biefeld-Brown. Là il y a des choses a creuser…..
    Un livre malheureusement disparu des ventes: http://ataraxie.free.fr/Archives/ASZ.jpg

  3. Intéressant …. Mais avec une force 96 mN on est pas prêt de pouvoir l’utiliser pour quitter la terre , ( à titre de comparaison la fusée la plus puissante jamais crée , je ne compte pas la N1 qui est un trapanel volant, la Saturn V produit une poussée de 34 000 N , soit 34 000 000 mN soit environ 350 000 fois plus que le dit moteur expérimental )

    1. Il n’est pas question d’utiliser cette technologique pour quitter l’orbite terrestre, mais de permettre d’avoir une puissance suffisante pour maintenir nos sattelites en orbite. Peut etre que dans le vide spatial et sur une cetaine durée, l’accumulation de cette « petite » poussée dans le temps permettra d’atteindre des vitesses ahurissantes pour d’eventuels voyages habités… Dans un futur lointain

    2. Il est ici nullement question de quitter la terre avec ce système car en effet la poussée produite est ridicule.
      Par contre de là à dire qu’il pourra être utilisé dans les voitures terrestres avec son nouveau design, ça me laisse perplexe.

      1. Il faut aussi prendre en compte qu’il s’agit là d’un prototype expérimental, quand on compare, toute dimension gardée, les premier avions n’allaient pas vite, pas haut et ne pouvaient pas porter beaucoup plus que le poids du pilote…
        Regardons où nous en sommes maintenant avec eux : vols stratosphériques, hypersoniques et des dizaines de tonnes de charge utile.
        Je reste donc confiant concernant l’avenir de cette technologie.

  4. Ce qui pose problème pour l’adoption de ce nouveau système de propulsion révolutionnaire pour la NASA : les brevets.
    Nul doute que si la NASA sort son propre système, qu’un procès s’ensuivra.

  5. Wé bon c pas à Gizmodo, l’un des dernier rare endroit à avoir ouverte ses colonne au scientifique boycotté Jean Pierre Petit qu’on apprendra le ‘percept’ de MHD ! …Vous devriez retourner le voir pour d’avantage d’information comme ce fut le cas pour votre article sur ITER.

  6. le moteur de 9kg produirait 88 mN à partir de 700W de puissance. Si on lui colle un panneau solaire et divers trucs pour alimenter le moteur admettons qu’on arrive à 20 kg. F = ma => a = F/m = 0,088 / 20 = 4.4 mm/s2 d’accélération. Ca parait peu, mais …

    … si tu accélères de façon constante :
    – en 24h tu atteins 380 m/s
    – en 10 jours, 3.8 km/s (pour un micro-satellite déjà en orbite à 7.8 km/s ça lui fait dépasser la vitesse de libération de 11.2 km/s)
    – en 200 jours 76 km/s et ça devient l’objet artificiel le plus rapide

    bien sur c’est un calcul fait à la va-vite, mais ça donne l’ordre de grandeur de ce qu’on peut attendre d’un tel moteur … si ça marche vraiment.

  7. la ou c’est tellement fort, c’est qu’en tentant de reproduire l’experience, ils se sont rendu compte que …

    Now, which is more likely?
    – Eight days of initial tests on a piece of controversial technology in a NASA lab have proven all-new, extraordinary, physics-revolutionizing spacecraft propulsion in a manner so spectacular that the drive works even when it isn’t set up to do anything at all; or
    – Somewhere in the testing process is some sort of procedural, mechanical, or interference error producing false results.

    … meme quand le machine n’est pas allumé, ils detectent la meme poussée ^^

    allez hop protocole à revoir.

  8. Si « Ce type de moteur électromagnétique est contraire à la loi de conservation de la quantité de mouvement », le chercheur fait comment pour expliquer comment fonctionne cette machine ?

    1. Il n’y a pas actuellement de théorie valide expliquant le fonctionnement de ce propulseur. Tout comme les supraconducteurs à haute température critique à leur sortie, développés et commercialisés sans qu’aucune théorie n’explique comment ils marchent.

      Aujourd’hui il y a l’inventeur de l’EmDrive, Roger Shawyer, qui explique que la pression de radiation sur le plus grand réflecteur de la cavité est plus importante que la pression de radiation sur la petite surface, à cause d’effets relativistes des vitesses de groupe des ondes électromagnétiques résonnant dans la cavité. Mais ce n’est pas satisfaisant du point de vue de la loi de conservation de la quantité de mouvement.

      Un chercheur argentin, Fernando Minotti, a publié dans une revue à comité de lecture une explication qui ne viole pas les lois de la physique, fondée sur une théorie tenseur-scalaire de Brans-Dicke, s’appuyant sur les travaux des chercheurs français Lachièze-Rey et Mbelek dans ce domaine. Si cette théorie est vraie, alors elle produit une source d’énergie négative à certains endroits de la cavité. Et elle est vérifiable facilement puisque pour certaines fréquences de résonance données, la poussée change de sens et la poussée peut être plus forte à certaines fréquences de résonance pourtant inférieures à d’autres. Selon cette théorie, la masse de la cavité intervient, donc une paroi plus lourde donnerait également une poussée plus importante. Papier de Minotti : http://arxiv.org/abs/1302.5690

      Le responsable du labo de la NASA en question, Harold White, a une hypothèse de fonctionnement faisant intervenir les fluctuations quantiques du vide. Ces fluctuations génèrent des particules virtuelles dans le vide, qui apparaissent et disparaissent en continu. Il a alors eu l’idée de traiter ces particules virtuelles comme un plasma réel, en agissant dessus avec des forces de Lorentz, comme pour un propulseur MHD. Cette hypothèse est loin de faire l’unanimité puisque la plupart des scientifiques pensent que ces particules issues du vide quantique ne sont que virtuelles justement, et qu’on ne peut par conséquent pas leur communiquer d’impulsion ni agir dessus en réaction.

      Enfin, des effets relativistes dus au Principe de Mach en relativité générale pourraient, selon les travaux du physicien James Woodward, être à l’origine du fonctionnement de l’EmDrive. Ces effets permettraient, sous certaines conditions, une mise en résonance avec une fluctuation transitoire locale de la masse de la cavité, et surtout du matériau diélectrique présent à l’intérieur de la cavité dans les expériences de la NASA. Dans le principe de Mach, la loi de conservation de la quantité de mouvement est conservée grâce à l’échange immédiat d’impulsion entre la masse locale et la masse distance du reste de la matière constituant l’univers, via au champ gravinertiel de la théorie de l’absorbeur de Wheeler et Feynman.

  9. Merci de parler de cette expérience ! Quelques erreurs dans votre article concernant les poussées obtenues :

    il explique qu’en 2007, des scientifiques chinois se sont intéressés à son système de propulsion. Ils ont donc construit un propulseur similaire mais distinct et ils ont pu mesurer une poussée de 85 mN (millinewton)
    Non, les Chinois ont mesuré jusqu’à 720 mN en injectant une (relativement haute) puissance de 2,5 kW dans leur cavité résonnante. Ça donne une poussée spécifique de 288 mN/kW, c’est beaucoup plus que n’importe quel propulseur de satellite ou de sonde spatiale actuels. Lien vers le papier complet des Chinois : http://bit.ly/ChineseEmDrive

    « l’Agence spatiale américaine a enfin accepté de mener ses propres essais avec un nouveau système de propulsion distinct mais similaire à l’emDrive. L’agence a donc réuni 5 scientifiques qui ont ainsi pu montrer qu’il était possible d’obtenir une poussée stable entre 30 et 50 mN.
    Vous parlez du Canne drive, une cavité résonnante asymétrique inventée par Guido Fetta. La NASA l’a effectivement testé en 2013 avec les poussées que vous rapportez, mais en micronewtons, pas en millinewtons… Quand à l’EmDrive de Shawyer, ce même labo de la NASA l’a aussi testé début 2014 et a obtenu jusqu’à 116 micronewtons de poussée. Attention, les expériences de la NASA sont préliminaires et n’ont concerné que de la très basse puissance : moins de 20 watts injectés dans la cavité, c’est 150 fois moins que dans les expériences chinoises, donc pas étonnant que la poussée obtenue soit moindre.

    A la fin de l’année la NASA va réaliser d’autres tests de l’EmDrive, cette fois dans une chambre à vide et à haute puissance (100 watts ou davantage). Ensuite ils feront tester leur propulseurs par d’autres labos indépendants.

    L’histoire ne fait donc que commencer. Il ne s’agit pas seulement de propulseurs pour satellites. Shawyer a toujours dit que de futures versions supraconductrices de l’EmDrive pourraient produire plusieurs dizaines de newtons de poussée par kilowatt, c’est-à-dire plusieurs TONNES de poussée, assez pour faire flotter silencieusement une voiture en l’air… je vous laisse imaginer la suite.

    Voici le lien direct pour le papier complet de la NASA : http://bit.ly/NASAEmDrive

  10. Les français peuvent être comptant…

    Notons que pour être aidé il est directement parti en Chine. Je pense que c’est terminé.
    C’est pas seulement un bouleversement qui va se produire, c’est un cataclysme du mal.

    Encore un inconscient de l’humanité qui veut à tout prix poser sa pierre. On peut s’attendre au pire maintenant que cela ne fait plus de bruit.

    Ils n’ont pas su se retenir dans une époque de conflits irrésolu et de plus en plus intense tant pis pour le monde, tant pis pour eux. C’est jeter une perle de trop aux pourceaux.

    A mon avis, il n’y pas d’émergence positive. Le progrès savoir humain ressort d’un déchéance progressive de l’univers qui cherche à compenser sa perte d’unité fondamentale due à une rupture. Rien de bon de se coté. Ce sera toujours pour soumettre et détruire. Sachez le, c’est bientôt la fin du processus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité