L’Internet des objets, ou le paradis des hackers?

L'application dédiée de la machine à laver Cloudwash

La multiplication des objets connectés aurait de multiples conséquences sur le quotidien des utilisateurs. Amélioration des services et explosion des échanges de données seraient accompagnées par un nouveau risque, celui du piratage des objets.

Suivez Gizmodo sur les réseaux sociaux ! Sur TwitterFacebook ou Google+ !

Après les smartphones, les objets de la vie quotidienne deviennent eux aussi connectés. Électroménager, lit, thermomètre ou encore mug sont désormais dotés de fonctionnalités high-tech permettant de fournir de nouvelles données à leurs utilisateurs. Mais derrière ces nouveaux services se cachent en fait un risque inédit, lié à la sécurité des échanges de données.

Une récente étude menée par Hewlett-Packard Fortify (entité dédiée à la sécurité du spécialiste de l’informatique) rapporte en effet des informations assez alarmantes concernant les failles de sécurité de l’Internet des objets. Ainsi, 80 % des objets connectés représenteraient actuellement un danger potentiel pour les données privées de leurs utilisateurs.

HP Fortify tire ses conclusions d’une étude réalisée sur une dizaine d’objets connectés relativement répandus tels que les télévisions, webcams, thermostats et autres verrous connectés. Chaque objet compterait 25 failles de sécurité, parmi lesquelles le non chiffrage des communications, le non respect des données privées et le manque de sécurité logicielle.

Un bonheur pour les pirates informatiques et un véritable enjeu sur un marché qui devrait représenter 26 milliards d’objets d’ici 2020. Et demain, on se fera hacker son frigo et sa machine à laver à distance ?

Tags :Via :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’imagine bien le gars rentrer chez lui, chauffage a 35° partout, le frigo qui a foutu des glaçons partout par terre, la machine qui se vide partout, la télé a fond, le four en pyrolyse porte ouverte …
    On tiens un scénario de film !

    1. Très marrant effectivement on ne voit pas l’intérêt de vider un frigo à distance sauf pour une blague potache.

      A moins de regarder le coté financier et l’intérêt qu’un pirate pourrait avoir pour un frigo connecté à votre compte en banque pour passer vos courses, une TV connectée qui vous fait acheter des applications, télécharge films et musiques (accède à vos photos/vidéos perso) et à vos espaces Cloud, une webcam qui filme votre intimité sans même que vous ne l’ayez allumée (faite une recherche pour des exemples), etc.

      Et ça c’est juste de petits larcins mais on peut faire bien mieux à grande échelle (détournement d’objets pour des attaques DDoS, envoi de spams, …). Enfin si on cherche réellement un scénario…

  2. 31/02/2020: Le malware FrigoLocker a encore frappé: Cette fois, il a verrouillé le frigo et son contenu de milliers d’utilisateur avant de leur exiger une rançon d’1 bitcoin pour le déverrouillage de chaque frigo.

  3. Et attendez un peu avec les chaussettes connectées qui vont d’barrer toutes seules et les slips connectés qui vont vous faire danser la lambada tout seul dans l’métro, j’adore ce futur qui s’offre à nous, vive les bordels connectés !!!

  4. il faut garder une juste mesure face à une étude dont on ne connait pas les objets testés et réalisée par un des majors informatiques qui devrait arriver d’ici peu sur le marché soit avec des objets, soit avec des solutions de sécurisations …comme par hasard.
    Mais il y a en effet beaucoup de travail sur la sécurité à faire, on vient aussi d’apprendre une belle faille sur les USB ou encore la possibilité de piraté près de 2 m de téléphones portables, …. il y a un minimum de sécurité dans son comportement déjà à adopter comme indiqué le rapelle eboow ici http://www.eboow.com/#!hp-scurit-des-objets-connects/ce5z
    à chacun aussi de préparer sa propre sécurité. C’est un peu comme ne pas dire sur facebook qu’on part en vacances …. a moins de vouloir y inviter la moitié des cambrioleurs du quartier !

  5. Nul n’est contraint d’avoir des objets connectés dont l’intérêt reste très douteux. C’est un truc pour les nantis qui ont du fric à gaspiller et se fichent de leur sécurité. On sait pertinemment que tout objet disposant de fonctionnalités lui permettant d’être connecté à un réseau, comme un smartphone est potentiellement vulnérable, comme le prouve les nombreuses failles qui ont été détectés sur ces appareils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité