Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais…

Surface Pro 3

La Surface Pro de Microsoft gagne en taille, embrassant davantage son côté ordinateur portable pour tenter de détrôner le MacBook Air et sa place de choix. La Surface Pro 3 n'y parviendra pas mais l'effort est plus que louable.

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit de la troisième tentative de Microsoft de réinventer et l’ordinateur portable et la tablette. Une ardoise sous Windows propulsée par Intel avec un clavier détachable. Un ultrabook ultra-mince. Une tablette énormissime – mais étonnamment facile à prendre en main -.

Pourquoi est-ce important ?

Le rêve de la Surface Pro aura mis longtemps à prendre forme. Avec deux prédécesseurs juste décents, ce rêve – un seul appareil pour convenir à tous les besoins d’informatique – avait l’air encore plus incertain. Mais là, avec une toute nouvelle apparence, on la placerait davantage en compétition avec le MacBook Air qu’avec l’iPad. La Surface Pro 3 est la meilleure – et peut-être dernière – chance de prouver que tout ceci est, après tout, une bonne idée.

Design

La Surface Pro 3 reste fonctionnellement identique à la Pro et la Pro 2, c’est un ordinateur tactile avec un clavier mince, coloré, optionnel (!) et détachable. Mais si la fonction est la même, la forme est totalement différente. C’est une refonte complète. Et elle arrive à point nommé.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Les deux premières Surface Pro étaient de magnifiques machines – elles le sont toujours – mais chacune souffrait d’un même handicap : trop imposante pour être une tablette, trop faible pour un ordinateur portable. Cette troisième Surface Pro, par contre, est totalement différente. Extrêmement fine (pour un ordinateur complet), la Pro 3 ne fait qu’un peu plus de 0,9cm d’épaisseur, soit environ deux fois plus fine que son prédécesseur mais aussi plus fine que le MacBook Air 13 pouces. Et avec un poids d’à peine 800 grammes, elle pèse presque deux fois moins lourd. Et elle est presque aussi fine qu’une vraie tablette, seulement 18mm la séparent de l’iPad Air et environ pareil de sa collègue Surface 2 sous Windows RT.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Mais c’est aussi une machine plus grande. Avec son écran de 12 pouces et sa définition de 2 560 x 1 440pixels (un ratio 3:2), la Surface Pro 3 est plus imposante que n’importe quelle autre tablette du marché. C’est d’ailleurs davantage un mini ordinateur Tout-en-Un qu’autre chose. Ses mensurations se font logiquement ressentir quand on la porte à une main, mais avec le clavier en place, ce nouvel écran réussit là où les précédentes Surface échouaient : il donne l’illusion d’un véritable ordinateur portable.

Et ce châssis n’est pas intéressant que par ses dimensions, il est beau aussi. Gris léger au lieu de noir profond, la Pro 3 offre des lignes marqués et un design industriel que nous avions apprécié sur la gamme Surface. L’intégration des petites aérations de ventilation sur le haut du boîtier pourrait jurer quelque peu, mais c’est loin d’être flagrant. C’est, en tout cas, un machine extrêmement plaisante à l’œil.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Outre le fait d’être plus mince et plus grande, la Surface Pro 3 a aussi quelques modifications de design qui l’impactent directement, en bien. La meilleure d’entre elles serait certainement cette nouvelle charnière. D’abord, les mauvaises nouvelles : elle ne fait plus « clic ». Ces petits crans que Microsoft avaient intégrés en gage de « qualité » ont disparu. Mais à la place, on retrouve une charnière à résistance, qui offre une liberté totale de mouvement de 0 à 150°. Oui, c’est moins « marrant » que le clic-clic mais c’est bien plus pratique. On apprécie le changement !

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Alors bien sûr, une Surface Pro n’est rien sans son Type Cover (bien que Microsoft persiste à la vendre sans, ç’en est presque insultant). Et le Type Cover de la Pro 3 a aussi ses nouvelles petites astuces. S’il est logiquement plus grand – pour s’adapter à l’écran de 12 pouces -, il a une barre magnétique. Cette barre lui permet d’être complètement aimanté pour une meilleure stabilité. Et c’est vraiment très pratique. Au-delà de cela, il s’agit exactement du même Type Cover coloré que celui que l’on connaît : un clavier compact et très mince, très simple d’utilisation.

Et il propose aussi un petit élastique pour que vous ne perdiez plus votre stylet – chose qui arrivera malheureusement toujours parce que ce n’est pas une bonne place ! -. Il n’y a toujours pas de « vraie » place pour le ranger.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Et à l’usage ?

La Surface Pro 3 est un ordinateur et une tablette. C’est là toute l’idée. Mais grâce à sa plus grande taille – et avec le surplus de puissance -, la Pro 3 est d’abord un ordinateur portable. Et en tant que tel, elle est impressionnante. Elle reste stable à la frappe et peut très bien être utilisée sur les genoux. Deux petits atouts qui sont une grosse amélioration pour une Surface.

Les améliorations en faveur de l’ordinateur se font évidemment avec quelques sacrifices du côté de la tablette. Si 12 pouces peuvent paraître trop grand pour une tablette, ça l’est effectivement, et vous vous en rappellerez chaque fois que vous utiliserez la Surface Pro 3 sans son clavier. Lorsque que je l’avais vue pour la première fois, j’avais été frappé par le fait que sa grande taille ne se faisait pas ressentir, mais après plusieurs jours, la distinction s’est faite de plus en plus nette, étrange même. La Pro 3 semble se transformer sous vos yeux. Sans son clavier, elle paraît vraiment énorme. Fixez-le dessus et vous la verrez reprendre une taille normale.

Aussi étrange soit-ce en mode tablette, cela vaut complètement le coup en mode ordinateur. A chaque fois que j’avais une Surface Pro d’une ancienne génération, on ressentait davantage une tablette avec un socle sur lequel était fixé un clavier. L’écran 16:9 et le manque d’ajustements de l’angle rappelait sans cesse que l’on travaillait avec un « prétendu PC ». Et cela ne se faisait jamais oublier, peu importe ce que vous faisiez.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

La Surface Pro 3 ne souffre aucunement de ce genre de limitation. Après 10 minutes d’utilisation à mon bureau, je réajustais l’écran pour tenter de trouver un meilleur angle. Impossible de faire ceci sans une bonne charnière bien sûr – et c’est vraiment rageant quand l’écran ne tient pas en place -, mais le fait que j’y revienne constamment, le réajustant régulièrement, c’est précisément parce que la Pro 3 crée l’illusion d’un ordinateur portable. C’est un grand pas.

Mais ça, c’est sur un bureau. Qu’en est-il de sa propension à vraiment être utilisée comme un ordinateur portable ? Car oui, on peut enfin utiliser une Surface sur ses genoux, et presque dans n’importe quelle position. C’est vraiment appréciable.

Et à ceux qui argueront que l’on pouvaient déjà utiliser une Surface sur ses genoux avant, voici le genre de positions dans lesquelles je travaille, positions désormais totalement opérationnelles.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Nous avons reçu notre Surface Pro 3 de test durant notre grand événement « La Maison du Futur », alors je l’ai utilisée dans de très nombreuses situations, et je peux vous assurer que, non seulement je me suis assis comme sur les photos, mais j’ai aussi travaillé dans ces positions.

Et si ceci est possible, c’est principalement dû à deux innovations. Tout d’abord, la barre magnétique sur le Type Cover qui permet au clavier de rester bien en place sur la tablette, comme sur une vraie charnière d’ordinateur. Ça fonctionne parfaitement et c’est environ 30% de l’équation. Les 70% partent justement dans cette nouvelle charnière, avec cette flexibilité qui permet un ajustement très précis, selon l’angle exact que vous souhaitez donner, bien loin des précédentes solutions bancales à deux positions. Et ça fait toute la différence.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

À « La Maison du Futur », avant que j’ai ma Surface Pro 3, je me baladais souvent avec mon MacBook Air ouvert, le tenant comme je pouvais. Lorsque quelqu’un voulait des renseignements dans une autre pièce et que je devais y aller, je voulais en profiter pour me tenir au courant de ce qui passait sur les réseaux. Avec la Surface Pro 3, c’est devenu extrêmement plus facile. Il suffit de rabattre le clavier derrière l’écran, de se mettre en route et de regarder ce que l’on veut. Alors bien sûr, utiliser des applications sur un si grand écran en déplacement est relativement étrange, mais pas de la même façon que lorsque l’on a un écran trop petit…

Cela ne veut pas non plus dire que la Surface Pro 3 est un ordinateur portable parfait. L’autonomie est décente – environ 7 heures d’usage intensif -. Ce n’est pas mauvais, surtout si l’on compare avec celle, horrible, des précédentes Surface Pro (environ 5 heures maximum pour la Pro 2). Mais si l’on compare aux vrais portables qui offrent 10 à 15 heures d’autonomie, les 7 heures semblent bien faibles.

Et si les nouvelles positions d’utilisation sont impressionnantes, le Type Cover peut être pris en défaut. Bien évidemment, il convient pour la frappe mais ce n’est pas fantastique. C’est impressionnant pour un clavier compact en plastique mais pas vraiment plaisant. Bien que le pavé tactile ait été grandement amélioré depuis les versions précédentes, il est encore loin d’être bon. Il n’arrêtait pas d’interpréter mes simples clics comme des clics droits pendant deux ou trois minutes et rien n’y faisait. Un cauchemar.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Il ne faut pas oublier le mode tablette de la Surface Pro 3, même s’il n’y a pas grand chose à rapporter. La Pro 3 est exactement ce qu’elle paraît être : une très grande tablette Windows. C’est bien pour regarder Netflix et autres médias légalement acquis. C’est bien pour naviguer sur Internet et pour taper, à l’occasion, avec le clavier tactile. C’est bien plus grand qu’un iPad, Galaxy Tab ou quoi que ce soit, mais ni mieux ni pire. J’ai regardé Mad Men dans mon lit sur la Surface Pro 3 et rien ne m’a vraiment sauté aux yeux, à part l’arrière de l’appareil qui chauffait un peu.

Tout comme la Surface Pro 2, la Pro 3 en mode tablette nous renvoie toujours à cette question « Pourquoi avons-nous besoin de toute cette puissance ? » Pour rien, bien évidemment. Le mode tablette n’est qu’un bonus avec la Surface Pro 3, une aventure. Dans les anciennes versions, ce réconfort sonnait creux mais puisque la Pro 3 est en fait un bon remplacement d’ordinateur portable, ces petites voix sont faciles à ignorer, même si elles sont bien là.

On a aimé

Le hardware de la Surface est toujours aussi magnifique, mais cette fois, il a des fonctionnalités pour aller avec. Le combo de la nouvelle charnière, de la barre magnétique du Type Cover et du plus grand écran font enfin de cette Surface Pro un ordinateur. Plutôt que de simplement avoir l’air futuriste (comme avec les Surface Pro 1 et 2, sentiment qui s’évanouissait dès qu’on l’utilisait), la Surface Pro 3 est vraiment futuriste. L’utiliser sur ses genoux est un vrai régal, simplement parce que c’est possible. Bien sûr, le premier ordinateur portable venu en est capable, mais c’est tout de même remarquable.

J’aime cette nouvelle charnière. Les clics me manquant mais cette liberté de choix de l’angle vaut complètement le changement. Et la résistance qu’elle offre donne davantage de poids à l’ensemble. Ça a l’air sérieux. On n’a pas le sentiment que cela cèdera avec le temps. Pour l’instant, tout va bien.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Ah, le grand écran. Il est vraiment crucial dès que vous fixez le clavier. C’est lui qui confère ce sentiment de véritable ordinateur et permet à Windows 8 de vraiment valoir le coup. Impossible de remettre en question le choix de ce plus grand écran. Alors oui, cela en fait une tablette très peu maniable mais ça en vaut vraiment, vraiment la peine. Et avec une définition de 2 560×1 440 pixels, l’écran est bien meilleur que celui du MacBook Air.

L’intégration de OneNote est sympathique. Cliquez sur le bouton du stylet et OneNote s’ouvre directement, vous pouvez prendre vos notes illico. D’une utilité toute relative si vous préférez taper au clavier qu’écrire mais c’est tout de même intéressant. La sensibilité de pression du stylet est, elle aussi, plutôt sympathique à utiliser, même si vous n’est pas versé dans le dessin. Ci-dessous, une petite réalisation :

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

On n’a pas aimé

Ce n’est pas vraiment un défaut mais Microsoft n’inclut pas le Type Cover avec son appareil, c’est un extra à 130$ (95€). Et quand on sait qu’il est « obligatoire », la Surface Pro 3 coûte en réalité 130$ de plus que ce que Microsoft veut nous faire croire.

Test : Surface Pro 3, le meilleur hybride ordinateur tablette, mais...

Aussi proche la Pro 3 se soit-elle rapprochée de l’ordinateur portable, elle n’en est pas encore un, et parfois, vous le ressentirez. Elle ne peut pas fonctionner dans un angle aigu. Il faut deux étapes pour l’ouvrir (ouvrir le Type Cover et le pied). Le Type Cover convient relativement bien mais ce n’est pas un vrai clavier. Ces défauts restent très mineurs mais ils sont présents, surtout pour les utilisateurs qui sont habitués aux ordinateurs portables.

Passer de longues périodes sur la Pro 3 est relativement énervant, pas parce que le matériel est mauvais mais parce que Windows ne tient pas toujours la route. Dimensionner ses fenêtres pour travailler en écran divisé, même s’il y a une option pour ça, n’a jamais fonctionné. Et donc, quand j’utilisais mon deuxième écran, je devais composer soit avec de minuscules textes pour que la grande résolution de l’écran de la Pro 3 ne soit pas un problème sur l’autre écran, soit avec d’énormes fenêtres sur l’écran secondaire pour un affichage normal sur la Pro 3. C’est un problème récurrent avec Windows 8, résolu avec plusieurs mises à jour, mais toujours présent selon le matériel. Cela peut rendre le tout clairement inutilisable, dans cette configuration.

Et j’ai aussi deux petits soucis, personnels et spécifiques à Windows – pas de client Campfire décent et une version de Google Chrome qui refuse de se mettre proprement à l’échelle – qui rendent le travail sur la Pro 3 (et tout autre appareil Windows) stressant et désagréable. Bien sûr, ils sont aussi présents sur un ordinateur Windows mais pires, d’une certaine façon, sur la Pro 3, ils me mettent de mauvaise humeur et aggravent les quelques faiblesses de la Pro 3.

Les ventilateurs sont silencieux mais l’arrière de l’appareil chauffe plutôt facilement, notamment si vous regardez des vidéos.

Le pavé tactile n’est pas assez bon. C’est dit.

Je perds encore le stylet. Ce petit élastique pour l’attacher au Type Cover est une meilleure solution que la précédente mais c’est pas encore ça, loin de là.

Et alors ? J’achète ?

A quelle fréquence vous déplacez-vous avec votre ordinateur, ouvert ? Souvent ? Vraiment souvent ? Alors oui, probablement. Pas souvent ? Alors non, probablement pas. La Surface Pro 3 est définitivement un superbe appareil mais… avez-vous vraiment besoin de ses superpouvoirs ?

La question finalement est celle-ci : « Maintenant que la Surface Pro est suffisamment avancée pour ne pas se tirer une balle dans le pied, est-ce que le rêve de la Surface prend ? » La réponse est : « Ça dépend. »

La Surface Pro 3 est désormais un ordinateur portable passable, ce qui est fantastique. Mais la plus-value d’une tablette Windows est encore vraiment mince. Je n’ai pas de tablette chez moi et avoir une Surface Pro 3 dans mon appartement n’a pas amélioré ma vie plus que cela. Twitter et les emails restent bien plus faciles sur mon téléphone toujours à portée de main et la Surface Pro, en tablette ou ordinateur portable, ne fait ni mieux ni moins bien que mon MacBook Air ou un ordinateur sous Windows pour regarder un film au lit.

Alors bien sûr, il y a de nombreux cas d’utilisation plus spécifiques. La version de Photoshop spécialement pensée pour la Surface devrait plaire aux photographes. Les deux photographes que nous avons à la rédaction m’ont déjà demandé s’ils pouvaient essayer la bête parce qu’ils n’aiment pas trimballer leur MacBook Pro. Les artistes l’apprécieront probablement pour son stylet à plusieurs niveaux de pression et le grand écran, s’ils arrivent à ne pas perdre le stylet, bien sûr. Et les autres alors ? Eh bien, c’est un bel appareil mais il est difficile de lui trouver un véritable besoin, un ordinateur portable traditionnel – Windows ou autre – vous conviendra certainement davantage.

Le coût d’acquisition d’une Surface Pro au lieu d’un portable traditionnel est plus faible que jamais, mais toujours là, et les bénéficies sont minces. Alors, si l’appareil vous plaît, achetez une Surface Pro 3, c’est fantastique pour ce que c’est. Mais ça ne veut pas dire que ce soit ce que vous voulez vraiment…

(article publié à l’origine sur Gizmodo.com)

Tags :Sources :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. les gars, restez sur la Surface 2 : à la fois un VRAI ordinateur (passke Office inclu) et une tablette.
    Le son est impeccable, l’image hyper nette et la tablette est rapide. le tout pour un prix super abordable. Moi je l’utilise pour bosser sans problème.

    1. J’ai une surface 2 et ça me suffit pour Office et le net. Ultra portatif avec un superbe design. la tablette+touch cover m’a couté 458€+1€ la microSD.

  2. Coût plus faible qu’un portable? Pardon? On doit pas acheter les mêmes portables… Et au vu des éléments constituants la surface pro 3.. Ça fait un peu cher à mon goût.
    Pour moi c’est trop cher pour un laptop et trop gros pour une tablette..

  3. En parlant d’éléments constituants, comment fait un geek « pro » pour pondre un test fleuve sur un ordi/tablette blablabla sans parler de son hardware? Naaaaann pas la zolie coque qu’elle a un belle couleur ni son bel écran qu’il est beau pour win 8 et bien pixelisé, mais intérêt du processeur? puce graphique? mémoire vive et dur?

    Bon après tant qu’on peut lancer one note avec le bouton du stylet vous me direz… :)

    1. Non, car 2560/1400 = 1.828, et 16/9 = 1.7778 (tu confonds surement avec 2560×1440), mais quel rapport avec l’article? La surface pro 3 a une résolution de 2160 x 1440, soit un ratio 3/2.

  4. Et qu’en est-il des executables ? Peut-on enfin installer ce qu’on veut ?
    Parce que bon, tant qu’on peut pas, c’est loin d’être aussi pratique qu’un ordi, à mon sens…

    1. @Blaise

      Oui évidemment. Tu confonds les surface Pro avec les Surface RT, qui étaient des architectures ARM. Toutes les surface pro sont des plateformes X86, qui peuvent donc accueillir n’importe quel exécutable Windows. L’expérience utilisateur sur l’OS est rigoureusement la même que sur un PC

      Accessoirement, il me semble que les tablettes Windows RT soient mortes… plus aucune annonce là dessus. Que quelqu’un me corrige si je me trompe =)

  5. Futuriste? Sérieux!? Bah moi dans mon futur y’a pas de charnière qui tiennent un bout de plastique…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  6. J’utilise une surface pro 2 pour travailler tous les jours et aussi chez moi pour m’amuser.
    C’est vraiment un très bon outil, je le conseille pour ce qui voyage tous le temps et qui cherche un produit ouvert et rapide.
    Et… j’ai peur, je pense que je vais harcelé mon chef pour avoir la surface 3 :)

    1. C’est bien « pose de pave de verre »
      En Nomade, vous avez 1Kg 800 alors que la surface 3 fait 0.800Kg de moins….Bien calculé ! surtout qu’en + vous avez encore votre téléphone dans les 2 cas…..
      Vous avez pensé au prix aussi pour avoir pareil ?

  7. En tablette moins bien qu’un ipad air car plus lourd donc inconfortable (2 kg avec les accesoires), moins d’autonomie et chauffe beaucoup (en hiver cela peut être bien…)
    En portable clavier pourri, stylet et tactile imprécis

    En mode ultraportable un mac book c’est mieux

    trop cher pour un produit dont la durée de vie ne passera pas trois ans

    C’est tellement bien que M$ ne gagne pas d’argent avec Surface…

    Avec iPhone, Ipad Mini et ipad air on a une vrai gamme pour chaque utilisation

    J’ai une surfacer RT et une surface 2 a vendre peu servi…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. cool on échange mon ipad air 32 gb contre ta surface 2 ?

      a par le poids j’ai rien trouvé de positif a mon ipad , entre itune, les chipotages pour arriver a lire un mkv ou un flac (merci vlc enfin)

    2. Et bien voila un commentaire constructif et bien documenté :
      – « 2 kg avec les accesoires » : Surface + clavier = 1kg (et quelques grammes)
      – « clavier pourri, stylet et tactile imprécis » : citez vos sources qui soient aussi catégorique ?
      – « mode ultraportable un mac book c’est mieux » : c’est pourtant plus lourd et volumineux… Une fois de plus, c’est difficile d’être aussi catégorique
      – « une vrai gamme » : Apple est avant tout un constructeur de materiel alors que Microsoft fait du logiciel avant tout, c’est donc normal qu’il n’ai pas une gamme complète ! (ce qui ne fait d’ailleur pas de ses produit de moins bons produits…)

      1. il suffit de lire le test de 01net

        http://www.01net.com/editorial/625078/surface-pro-3-le-grand-test-de-la-nouvelle-tablette-de-microsoft/
        En outre, le revêtement du Type Clover (bleu pour notre test) est très salissant et se détériore rapidement. Seulement quelques voyages (dans le métro parisien et en voiture jusqu’en Bretagne) dans un sac à dos avec d’autres objets et le voilà déjà sale. Pire des morceaux de gomme manquent déjà

        Qualité ?

        Le poids comprend la tablette + Stylet+clavier+chargeur car avec 6 heures d’autonomie on doit prendre le tout.

        Avec mon Macbook Air je bosse 10 heures sans avoir besoin du chargeur

        Pour lire les MKV plein d’applications font cela sans aucun probleme et sans bidouillage…

        Essaie de travailler dans le train avec la temperature de la tablette bon courage

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        1. En ce qui concerne le type clover je me permet d’émettre un doute sur sa réelle fragilité. Le test de 01 net est très mal fait, il suffit de voir la conclusion. Comment peut on comparer la surface pro 3 avec un des Ipad, Galaxy Tab etc… ? Avez vous vu le hardware intégré ? C’est une architecture en x86 et trouvez moi une tablette qui peut intégrer un SSD de 256Go ou plus. Enfin bref un test qui n’est pas du tout pro.
          Par contre vendre le type clover à part de la « tablette » est très stupide, les clients vont faire raccourci est penser que c’est une simple tablette alors que c’est clairement un hybride. Un bon produit qui à des défauts comme le MacBook air.

        2. Mais arrete tes betises 5 minutes, ça fait bien longtemps que 01.NET ne savent plus tester autre chose que tu matériel apple.

          En tant que possesseur je peux te dire que que l’autonomie est d’envirion 8 heures, donc pas si loin de ton mac.

          As tu vu le chargeur, il rentre dans une poche de jean avec le transfo, je ne pense pas que àça soit le cas de celui de ton macbook.

          La chauffe est plutot bien matrisée et pour toninformation le stylet pèse 20 g.

          Avant de déblaterer tout et n’importe quoi, essaie le materiel.

          Apple fait de très bon produits.

          Jusqu’ici les surfaces étaient un peu « batardes » , ici le concept prends enfin du sens, 798 g sans clavier et aussi fine qu’un iphone 4S avec une bonne automie en fnt vraiment un materiel agréable à utiliser aussi bien pour les usages simples que pour les complexes.

  8. J’ai eut la rt1 la pro2 et j’espère bien m’offrire la pro3, vraiment de très bonne machine, c’est sur que pour envoyé des messages sociaux sur nos smartphones ce sera plus rapide que tout autre appareils, mais pour surfé, bossé je pense que le top c’est la tablette de Microsoft.
    PS: la pro2 je la trouvais trop petite pour certain documents, la pro3 sera idéal je pense

  9. Slt moi je suis de l’afrique precisement au burkina faso l’ordinateur tablette clavier detachable surface pro3 est demande dans Mon pays ,je l’aprecis pour sa performance j’aimerais avoire son prix et s’il peut avoir un distributeur ce nous merci pour l’inovation

  10. Personnellement, cette tablette sera bientôt mienne.
    Dessinateur pro, je cherchais une bonne solution pour bosser en mobilité… et disons que cette Surface explose tout ce que la concurrence peut faire : un vrai PC (avec les limitations propres aux ultraportables), un stylet de qualité professionnelle (dont les plus grands illustrateurs ne disent que du bien), une expérience Windows synchronisable avec le PC de bureau, un superbe écran de 12 pouces (là encore, pour le dessin, c’est magique !)
    Concernant le clavier « fragile », j’ai la Surface 2 (RT) avec son clavier, que j’utilise énormément et… aucun souci de qualité ! C’est solide. Salissant, mais solide.

    Avec une Surface 2, j’étais déjà capable de BOSSER en mobilité. Avec un vrai Windows (hors exécutables). Windows RT manque d’applis, mais l’essentiel est là. Avec cette SP3, j’envisage de pouvoir bosser et dessiner, professionnellement. C’est là la grande force de cet outil que j’attends avec impatience !

    PS :
    SP3+type cover pro : 1kg !

  11. la surface pro 3 est enfen ce que je voulait de la tablette et de ordinateur. ms montre que l’ordi peut encore envolue. je l’acherai bien quant il sera dipo

  12. Bonjour,
    Merci pour cet article.
    Beaucoup de sites vantent les mérites d’Apple, et je vois en cet article et dans les commentaires que la Apple mania n’a pas contaminée tout le monde^^
    Je vous avoue quand même toujours hésiter entre la macbookair et la surface 3 (pas la pro que je trouve trop cher…). J’hésite par rapport à la tenue du clavier et l’autonomie qui me semble moindre sur la surface. Pour ceux qui ont le Microsoft, ne vous sentez vous pas désavantagés de ne pas avoir de clavier rigide ? La surface ne chauffe pas trop ? Est il silencieux ?
    Merci de vos réponses. Je compte acheter mon ordi dans la semaine :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité