L’Ukraine veut censurer le web

censure ukraine

Quelques mois à peine après la révolution pro-européenne de la place Maïdan, au cœur de Kiev, et l'accession au pouvoir de Petro Porochenko, le parlement Ukrainien veut adopter un projet de loi particulièrement anti-démocratique autorisant la censure du web ukrainien et de nombreux médias.

 

Rendu public le 09 août dernier, le projet de loi est déjà passé en première lecture à la Rada, le parlement Ukrainien, ce mardi 12 Août. Il devrait être définitivement adopté cette semaine pour une mise en application dans les prochains jours.

Si les parlementaires ne le modifient pas, le texte prévoit rien de moins que le filtrage des principaux réseaux de télécommunication, le blocage de contenus internet ou audiovisuels menaçant les « intérêts nationaux et sécuritaires » de l’Ukraine et prévoit même la fermeture de journaux, de chaînes de télévision ou de sites internet, n’allant pas dans le sens du gouvernement ukrainien.

Contesté par les médias ukrainiens russophiles favorables aux séparatistes qui en seront les premières victimes, le projet de loi est également vertement citiqué par l’association Reporters Sans Frontières qui milite traditionnellement pour la liberté d’expression et la pluralité des médias.


« Le projet de loi donne au Conseil national de sécurité et de défense des pouvoirs exorbitants pour ordonner toute forme de censure à partir de critères extrêmement vagues. Les principaux défis auxquels font face les autorités ukrainiennes ne doivent, en aucun cas, justifier une telle offense au droit constitutionnel et à la liberté d’expression. L’adoption définitive de cette loi représenterait une régression majeure de la liberté d’information en Ukraine. » explique l’association dans un communiqué.

 

Un texte qui permettra peut être au gouvernement ukrainien de masquer ses exactions contre ses propres concitoyens. Ces dernières heures, plusieurs dizaines de civils ont été tués à Lougansk et Donetsk par l’artillerie de l’Armée Ukranienne. Un carnage qui a lieu au cœur de l’Europe et dans l’indifférence générale, avec ou sans censure…

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est bien normal, les gens se permettent de dire tout et n’importe quoi dans les médias et sur Internet. Il faut laisser les gens compétents prendre les décisions pour la plèbe.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Pareil que chez nous , les hommes politiques n’y comprennent rien .
    Ce que je veux c’est que si ils censurent internet , les russophile utiliseront des systêmes équivalent au réseau TOR pour communiquer entre eux .Les russes leur fourniront des outils pour , ils ont les connaissance pour faire un réseau crypté maison .
    C’est une mauvaise stratégie car lors du crash de l’avion transportant les hollandais ça a permis aux américains de coincer les séparatistes grâce à leur twit, donc le chiffrage des données ne permettra pas ou très difficilement d’avoir des preuves de leurs actes .

  3. Mééééééh oui, parce que la France est un modèle de liberté et de droits….
    A force de me le répéter, je vais peut être finir par le croire !

  4. Pas étonnant avec la grosse propagande de l’OTAN (et des sous fifre européen ) la suite logique.. Surtout ne pas avoir d information non filtrées de notre bon côté (contre la force du mal russe :))

  5. Reporters Sans Frontières milite pour la liberté de l’information dans les médias et dénonce ainsi de façon très diplomatique le génocide ukrainien. Cette entorse majeure au droit constitutionnel et à la liberté d’expression qui se décide en Ukraine n’est qu’une preuve supplémentaire des prémisses d’un véritable génocide des populations russophones de l’est de l’Ukraine par les néonazis ultra-nationalistes ukrainiens. La réminiscence de la division SS Galicie de sinistre mémoire nous rappelle ses atrocités. Or l’Europe recommence à dériver 100 ans à peine après la déclaration de la première guerre mondiale : l’OTAN entonne son chant du cygne tout en jetant de l’huile enflammée sur les réminiscences du nazisme avec des complicités au cœur même de l’Europe. Il s’agit d’un génocide perpétré par des néonazis ukrainiens appuyé par des forces étrangères à la culture russo-ukrainienne, rien de moins. Devant cette catastrophe humanitaire qui se situe en Ukraine de l’est, la liste de ceux qui devront bientôt être traduit en justice pour génocide s’allonge de jour en jour. Ceux qui se rendent également coupables de complicité de génocide et de crime contre l’humanité par leurs écrits et leurs paroles relayées par des médias complaisants devront également être traqués impitoyablement pour être traduits en justice, qu’ils soient soldats, mercenaires, chômeurs, politiciens, travailleurs, professeurs, philosophes, oligarques, agents infiltrés ou autre.
    Un deuxième Nuremberg se prépare sûrement… Mais quand aura-t-il lieu ?

  6. Juste pour mémoire : (ma revue de presse est + vieille)

    Il y a plus de 20 ans déjà, le journal Le Monde du dimanche 14 et lundi 15 novembre 1993 titrait en page 2 un article très bien documenté d’Yves-Marc Ajchenbaum et intitulé “Une division SS islamiste en Bosnie”. On y apprend au fil du texte que, je cite : Dès mars 1941, le secrétaire d’état von Weizsäker écrit personellement au grand mufti pour préciser la position allemande. Un texte sans ambiguïté : “L’Allemagne est d’avis que les Arabes, vieux peuple civilisé ayant prouvé qu’il était capable d’activités administratives et qui a montré ses qualités militaires, sont absolument en mesure de se gouverner eux-même.(…)” Joachim von Ribbentrop, ministre des affaires étrangères du Reich, appuie personnellement la démarche. FIN DE CITATION. Vu l’état de la Libye, de l’Irak, … l’état d’esprit n’était pas le même qu’aujourd’hui…

    Quelques années plus tard, le Canard enchaîné publiait le 24 mars 1999 un tout petit entrefilet citant le journal Libération du 17 mars qui écrivait : “Quelque 2000 vétérans de la légion des Waffen SS de Lettonie ont défilé en civil hier à Riga [donc le 16 mars 1999]. Cette manifestation dans le calme comémorait officiellement une journée de souvenir pour les soldats lettons. En réalité il s’agit de l’anniversaire de la première victoire de la légion des Waffen SS de Lettonie contre l’Armée Rouge.” Et le Canard de conclure : “Pour fêter les exterminations perpétrées dans le calme ?”

    Ne pensez-vous pas qu’il serait intéressant de voir prochainement publié dans le journal Le Monde un article tout aussi bien documenté sur la division SS Galicienne qui, comme chacun sait est le résultat de l’appel du 28 avril 1943 où près de cent mille ukrainiens se portèrent volontaires et après une très longue instruction d’un an, elle fut appelée le 14 ième Waffen-Grenadierdivision der SS (Galiz.n°1) juste avant qu’elle ne parte combattre sur le front de l’est. Intégrée au XIV corps de l’armée allemande, cette division se retrouva encerclée dans la poche Brody-Tarnow, et fut quasiment décimée (11000 morts sur les 14000 environ que comptait la division).

    En se remémorant tout ça, on commence à mieux comprendre une forme de désir de vengeance chez ces néonazis ultranationalistes ukrainiens, savamment entretenu par plusieurs défilés depuis la fin de la guerre. Et le Canard Enchaîné de mercredi prochain pourrait aussi leur rappeler de manière humoristique que cela fait quand même 69 ans que la deuxième guerre mondiale est terminée…

    En revanche, il y a un pas de géant entre 1945, Nuremberg, et ce qui se passe aujourd’hui. On pourrait alors rappeler le titre du jeudi 15 avril 1999 du journal Le Monde : “L’OTAN s’est-elle trompée de stratégie ?”. Et quelques jours plus tard celui du mardi 20 avril 1999, à modifier légèrement pour le contexte actuel et Le Monde pourrait cette fois titrer en lieu et place du Kosovo la manchette suivante “Ukraine : l’OTAN de plus en plus contestée”.

    Affaire à suivre dans nos journaux…

  7. Ah parce que vous trouvez normalement ce que fait la Russie.
    Extermination des tatars et des tchétchènes.
    C’est au cause de eux que des gens meurent en Ukraine.
    Il aime alimenter la guerre et quand vous avez 70% du peuple qui trouve normal les actions de génocides et de meutre en Russie.
    Vous trouvez que c’est des gens bien.
    Et vous en parler de la liberté d’expression en Russie et même France.
    Et de plus dans un pays démocratique le peuple a accès à une vrai pas seulement un parlement qui ne respecte jamais la volonté du peuple(France)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité