L’heure de la reddition pour Julian Assange ? MaJ

Julian Assange

Reclus depuis deux ans à l'ambassade d'Equateur à Londres, le fondateur de Wikileaks Julian Assange envisage de quitter ce refuge mais n'évoque pas une éventuelle réddition aux autorités britanniques.

Suivez Gizmodo sur les réseaux sociaux ! Sur TwitterFacebook ou Google+ !

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce matin à Londres, Julian Assange a en effet affirmé aux journalistes qu’il allait « bientôt quitter l’ambassade d’Equateur », sans toutefois préciser les modalités d’un tel départ.

Plus tôt dans la matinée, la chaîne d’informations Sky News avait évoqué une possible reddition dès aujourd’hui de Julian Assange pour des raisons de santé. Mais la rumeur avait rapidement été démentie à Russian Today par son avocat Christian Hrafnsson qui ajoute que son plan est de quitter Londres « dès que le gouvernement britannique honorera ses engagements » sans préciser la nature de ces accords.

Co-Fondateur de WikiLeaks, un site qui a dévoilé les nombreuses bavures de l’armée américaine en Irak, Julian Assange est dans le collimateur de Washington et de ses alliés. Mais ce symbole de la liberté d’expression est également impliqué dans une affaires de moeurs en Suède, dont la Justice demande son extradition. Estimant être victime d’une machination, Julian Assange se réfugie depuis deux ans dans la modeste ambassade d’Equateur, à Londres, où il bénéficie du soutien total des autorités consulaires de ce petit mais courageux pays d’Amérique du Sud.

Cette ambassade fait néanmoins l’objet d’une étroite surveillance de Scotland Guard, la police judiciaire britannique, visant à empêcher toute tentative d’évasion de Julian Assange.

Selon une enquête de la radio britannique LBC, ce dispositif aurait déjà coûté plus de 6,5 millions de livres aux citoyens britanniques, confirmant qu’Assange n’est pas un simple délinquant mais bien un dissident politique au même titre qu’Edward Snowden, pourchassé en Occident et désormais réfugié en Russie.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Contrairement à Snowden, lui n’est pas un traitre et mérite de circuler en liberté.
    Sinon cela veut dire une seule chose : il n’y a plus de liberté d’expressions en Europe et les droits de l’homme ne sont qu’illusions.
    L’affaire de « moeurs » est évidement une machination classique des services secrets et récurrente des services secrets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité