Séduire Google ? Il faut réussir le « test de la brosse à dent »

brosse à dent larry page

Youtube, Picasa, Android, DoubleClick, AdMob, Motorola, Waze, Nest, Boston Dynamics, … ces dernières années, Google a racheté plus d'une centaine de sociétés (voir la liste) parfois pour des montants se chiffrant parfois en milliards de dollars. 

Mais quels sont les critères retenus par Larry Page, le patron et co-fondateur de Google, pour prendre une telle décision ? Comme l’explique Liz Grauman dans un article du New York Times, il faut réussir le « test de la brosse à dent ».

 

Rassurez vous, Larry Page n’est pas particulièrement sensible à l’hygiène bucale de ses interlocuteurs. Non, ce que cherche à savoir le patron de Google c’est si l’objet ou le service sera utilisé plusieurs fois par jour et si il améliorera concrètement la vie des gens.. comme une brosse à dents.

 

Bien entendu, le patron de Google étudie également les projections financières des banques d’affaires mais ce serait ce critère, celui de l’usage, qui ferait la différence et expliquerait de deals récents comme le rachat des thermostats Nest par exemple.

 

Un test qui pourrait en tout cas être passé haut la main par les petits français de Kolibree, élus « produits industriel de l’année » et qui commercialisent justement une brosse à dent connectée. De quoi séduire Larry Page ? C’est tout ce qu’on leur souhaite.

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. …Mais pas ce que souhaitent les usagers de cette brosse à dent.
    Rien de plus dégueulasse que des publicitaires qui s’emparent de données relatives à la santé.

    1. Encore un qui crache sur Google avec  » Ooooh ils vont mettre de la publicité partout et récupérer les infos sur nos dents pour mieux nous vendre du dentifrice !  »

      Peut-être qu’ils sont juste séduit par l’idée et veulent utiliser leur ressources pour l’améliorer ?
      Après, si t’a peur que le nombre de coups de brosse à dent que tu fais chaque jour se retrouve sur internet, t’achète pas un objet connecté, tu les comptes toi même.

      1. Ba voyons, encore un qui gagne sa vie sur le dos des autres avec ads , on chient sur google on crache pas dessus . Comment tu profite d’internet sans un appareil connecté toi? donc en gros on a le choix entre le web selon google et .. rien .. super logique progressiste .. tdc

        1. Si tu trouves Google tellement « mal », personne ne te force à t’en servir !
          Il n’y a que toi qui veut profiter de cet internet qui ne te convient pas !
          Si se qu’ils font n’est pas bien, pourquoi te plaindre de ne pas en profiter ?
          Si vraiment à la place de critiquer, tu voulais faire évoluer les choses:
          – tu éviterais tout ce qui te semble nuisible (à la place de te plaindre de ne pas pouvoir utiliser quelque chose que tu n’aimes pas)
          – tu te sortirais les doigts pour faire évoluer les choses dans le bon sens…
          Pourquoi tu n’invente pas un système équivalent et qui respecte ta vision des choses ?
          Si tu as de bonnes idées, ça devrait fonctionner…

      2. Et les données seront vendues à ton assurance qui te fera payer le double si jamais tu te brosses pas assez les dents. C’est dans cette direction qu’on va…
        Les données liées à la santé sont strictement personnelles et ne devraient jamais se retrouver dans le « cloud ». Créer des objets qui le permettent, c’est de l’inconscience. L’acheter est encore plus inconscient.

        1. Si je peux décider de fournir ces informations, c’est mon choix personnel et… j’y serais sans doute gagnant….
          Si mon voisin se brosse mal les dents, et qu’il faut plus de soin, pourquoi ne payerait-il pas plus que moi ?
          Après tout, si je fais un effort, et pas un autre, pourquoi ne pas me récompenser ?
          Bien sur, si ses infos sont vendues sans mon consentement (mais j’ai encore espoir), il suffira d’acheter une brosse a dent « classique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité