Une bactérie commune peut être injectée pour lutter contre le cancer

cancer

Le "Clostridium difficile", ce n'est pas bien méchant, c'est un germe de la flore digestive, il y est retrouvé de manière courante, sans que cela soit anormal. Au pire des cas, cette bactérie sera responsable de diarrhée. Mais, une version légèrement modifiée pourrait être un nouveau traitement contre le cancer. 

Suivez Gizmodo sur les réseaux sociaux ! Sur TwitterFacebook ou Google+ !

Késako ?

Le « Clostridium difficile » porte ce nom étonnant en raison des grandes difficultés que les chercheurs ont éprouvé à l’isoler. Vous le connaissez certainement pour avoir entendu parler de lui dans les cas de diarrhées nosocomiales. Mais, il s’agit là de sa forme de base. Une équipe de chercheurs du Johns Hopkins Sidney Kimmel Comprehensive Cancer Center a étudié une forme modifiée de la bactérie. En injectant des milliers de spores à des cobayes (rats, chiens et même un patient humain), les tumeurs ont fortement diminué, voire, ont été éradiquées.

David L. Huso et Baktiar Karim

L’idée des chercheurs qui ont publié cette fascinante étude au sein de Science Translational Medicine était de trouver comment exploiter la capacité naturelle de la bactérie à attaquer les cellules. 

On retrouve des spores du « Clostridium difficile » dans le sol et dans les hôpitaux. En effet, elle aime les environnements pauvres en oxygène. Dans notre cas, l’intérieur même des tumeurs elle tellement dense que même la chimiothérapie et la radiothérapie ne peuvent le pénétrer.

Etudes sur les animaux

La bactérie crée des enzymes qui explosent les cellules. Par la suite, elles engloutissent les protéines déversées par les cellules cancéreuses. Les études sur les rats ont été si prometteuses que les chercheurs sont passés à la vitesse supérieure en testant les effets du « Clostridium difficile » sur 16 chiens (avec l’accord de leurs propriétaires s’entend). Après injection, 3 des chiens ont vu leurs tumeurs disparaître, 3 autres ont profité d’une diminution d’au moins 30% des masses.

Certes, les chiens ont montré des signes d’infection bactérienne comme de la fièvre, des inflammations, des abcès, mais les effets secondaires ne sont guère pires que ce que nous tolérons avec les traitements proposés actuellement contre le cancer.

Et l’homme ?

Un test clinique a effectivement été mis en place sur une patiente de 53 ans atteint d’une forme rare de cancer (Léiomyosarcome rétropéritonéa) qui s’était propagé au foie, poumons, abdomen, bras et épaule. C’est dans cette dernière que les scientifiques ont injecté 10 000 spores de « Clostridium difficile ». La tumeur a effectivement diminué, mais pas les autres. D’autres tests sont donc en cours, mais cette étude représente un tournant. Il s’agit d’une preuve supplémentaire que la thérapie par bactéries contre le cancer pourrait fonctionner.

Les bactéries et les virus nous rendent malades, mais après tout, ils sont conçus pour attaquer nos cellules, nous avons juste besoin de les inciter à attaquer les bonnes.

Tags :Sources :sciencemagwikipedia
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Dans notre cas, l’intérieur même des tumeurs elle tellement dense que même la chimiothérapie et la radiothérapie ne peuvent le pénétrer. »

    comment peut-on écrire des stupidités pareilles ? tu as déjà étudié les rayonnements ? alpha beta et gamma ?

  2. Euh je pense qu il y erreur dans l article.
    Les chiens testés ne sont pas des chiens de pierre ou paul.
    Se sont des chiens d elevage, sélectionnés très précisément, étudiés depuis leur plus jeune age auquels on donne un cancer pour ensuite tester une médication.
    C’est moins mignon comme process mais c’est LE process.

  3. Alors même si le Clostridium est une bactérie « normalement » présente dans le tube digestif, il n’existe qu’un seul antibiotique pour l’éradiquer, et peut s’avérer résistant à l’eau de javel.
    Elle serait aussi responsable de certain cas d’autisme.

    Dans le cas de la spore, c’est la forme végétative de la bactérie, une forme de résistance. Une hibernation. Cette spore se « réactive » et redevient une bactérie fonctionnelle après un choc thermique, chimique, physique ou barométrique.

    Les traitements contre les cancers ont certes des effets indésirables conséquents et certainement handicapants, il existe cependant d’excellent correctif.. Tout dépend également du type de tumeur cancéreuse, du traitement en lien.

    Il existe en outre des chimiothérapies, terme galvaudé mais par Flo ce n’est pas étonnant, de la chirurgie, les rayons, la curithérapie, les inhibiteur d’angiogenèses etc..

    Encore une fois tout cela dépend du type de cancer, mais encore une fois la question n’est pas creusée, l’auteur est pauvre.

  4. Dr Momoh Centre Herbal m’a guéri d’un cancer du poumon à petites cellules avec des mélanges de plantes je l’ai acheté,
    Je suis passé par la chimiothérapie et la radiothérapie, sans aucune solution.
    Contactez-le pour obtenir votre propre remède à base de plantes pour tous les types de cancer drmomohherbalcenter@gmail.com
    l’appeler au téléphone +2347051839672
    Dr Momoh ont également remède pour les maladies suivantes,
    le virus de l’herpès,
    VIH / SIDA,
    virus Zika,
    Variole,
    Hépatite B,
    Asthme,
    Syphilis,
    Coronaropathie, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité