La levure serait l’avenir de la fabrication d’analgésiques

Coquelicots

L’homme est un animal comme les autres, aussi, dès qu’il a découvert les effets psychotropes du pavot, il s’est empressé d’en faire pousser des champs entiers. Seulement, certaines de ces variétés vont de la moralité (morphine) à l’illégalité (héroïne). Une grande partie de nos analgésiques provient de ces plantes difficiles à réglementer. Et si finalement nous n’avions besoin que de brasser un peu de levure.

Une nouvelle étude publiée dans Nature Chemical Biology s’appuie sur un usage remarquable de la bio-ingénierie. Partons du principe de base, le pavot permet d’obtenir de l’opium. Il contient des alcaloïdes opiacés dont les plus connus sont la codéine, l’hydrocodone, l’oxycodone et la morphine. Cette dernière, outre la production à but thérapeutique pour ses effets analgésiques, fait l’objet d’un trafic illicite, destiné à sa transformation en héroïne.

Une équipe de l’Université de Stanford dirigée par Christina Smolke démontre qu’il est possible de recréer l’intégralité du processus de production de la morphine à l’intérieur même d’une simple cellule de levure. La manipulation nécessite environ 17 réactions chimiques, dès lors, toute la difficulté est de déclencher chaque réaction dans le bon ordre à l’intérieur d’une cellule de levure.

La levure est mélangée à d’autres gènes qui intiment la création d’enzymes réalisant alors ces réactions chimiques en chaîne. Evidemment ce n’est pas une simple soupe d’enzymes à l’intérieur d’une cellule, lesdites réactions nécessitent des structures complexes, difficiles à produire correctement.

A terme, de la levure génétiquement modifiée pourra synthétiser de la morphine et des médicaments opioïdes semi-synthétiques. Cela pourrait éviter de cultiver le pavot à opium, ce qui réduit les problèmes de sécurité et les obstacles réglementaires qui en résultent, n’omettons pas les coûts de fabrication élevés de certains médicaments synthétisés chimiquement.

La  levure pourrait un jour remplacer les champs de pavot et permettre de produire plus sainement des opiacés (et éventuellement, d’endiguer le trafic illégal). Dans tous les cas, nous connaissons déjà un analgésique conçu à partir de levure…

shutterstock_82143097 - biere

Tags :Sources :Nature Chemical Biology chemistryworldphys.org
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité