Un sous-marin supersonique chinois filant à… 5800 km/h

sous-marin

En France, nous nous plaignons constamment des trains (et bien souvent, à juste titre), il faut dire qu'on a peu d'autres moyens de transport allant à grande vitesse. En Chine, ils n’ont pas le même discours, d’ailleurs, la nation a apparemment trouvé le moyen de concevoir un sous-marin supersonique qui pourrait voyager de la Chine à San Francisco en moins de deux heures. De quoi faire un pied de nez à notre « cher » SNCF.

Suivez Gizmodo sur les réseaux sociaux ! Sur Twitter, Facebook ou Google+ !

On n’imagine qu’un tel projet serait des plus enviables pour le tourisme, mais il a évidemment une application militaire. Il s’agit pas officiellement de développer un écosystème d’armes sous-marine, mais c’est fou comme l’amalgame est aisé, on vous explique.

Ils utiliseraient une technique loin d’être moderne… Le processus a été initialement développé par la marine soviétique pendant la guerre froide, précisément pour la VA-111 Shkval, une torpille véloce. Grâce à l’utilisation du phénomène de supercavitation, elle pouvait filer à des vitesses extrêmement élevées, elle-même capable d’atteindre 370 km/h.

«La supercavitation est une technique de propulsion sous-marine permettant à un objet (jusqu’à présent des torpilles) de générer un gaz chaud, assez chaud même pour vaporiser l’eau, qui enveloppera la torpille afin de réduire le frottement de l’eau. Le frottement dans l’eau est environ 1 000 fois plus grand que dans un gaz comme de la vapeur d’eau.» – Wikipédia

Les scientifiques ont donc adapté la technique et l’ont effectivement modernisée au moyen des dernières technologies en la matière. Ainsi, ils ont trouvé un moyen de générer une bulle d’air beaucoup plus grande, ce qui réduit considérablement la friction de ces grands navires sous-marins. Concrètement, le joujou serait apte à voyager à la vitesse vertigineuse de 5 800 kilomètres par heure. Ce qui signifie que ce gros bébé peut tranquillement rejoindre San Francisco, en partant de la Chine, en une centaine de minutes.

Ce truc est une véritable bombe… Un sous-marin ultra rapide selon les propos des autorités, espérons qu’il ne se métamorphose pas en un missile nucléaire supersonique sournois, bien sûr.

 

Tags :Sources :scmp
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. ouai enfin, la torpille pesait tout de même 2700kg pour 2000kg de fuel,
    et avait une portée de… 15km.
    alors pour faire les 10 000 km qui sépare les 2 villes..
    il faut déjà un prototype avant de faire des annonces!

    1. Et moi j’ai trouvé le moyen de faire voyager ma grand mère à … 10 000 km/h

      Quand un article se base sur  » la nation a apparemment trouvé le moyen de concevoir », celà signifie que c’est du vent.
      Entre idée, théorie et pratique, il y a un monde.

      1. 3600 miles/h font bien 5800 Km/h (à une queue de vache près). Cette orthographe correspond au « mile » américain (1609 m), aussi orthographié « mille » terrestre.
        3600 milles font 6700 Km/h (à une queue de sirène près). Cette orthographe correspond au mille marin (1852 m).
        Un « l » contre deux, ça fait la différence, en mer et dans les airs (deux « l » c’est mieux c’est bien connu).
        Cela dit, il serait logique que l’on parle ici de milles marins, mais l’article original parle bien de km/h, je ne vois pas d’où est tiré ce 3600 miles/h de toute façon…

  2. par contre, qui dit air, dit bruit genre cavitation : le but des sous marins nuclaires lanceurs d’engins c’est d’être indétectable jusqu’au moment de la frappe…là, ça devient moins possible…

    1. En même temps, quand tu l’as détecté, c’est déjà trop tard… 1.5km en 1s…

      Et @Paul, ça c’était au temps où les torpilles étaient au pétrole. Aujourd’hui on a le nucleaire alors t’inquiète pas 😉

      1. il s’agit d’un système de fusée, autrement dit du propergol (supposément).

        Aucun moteur (a combustion ou électrique) ne pourrais produire une poussée de cet ampleur.
        De même qu’il faudrait une centrale nucléaire à bord pour produire l’électricité suffisante au moteur, et donc augmenter la taille et le poids du bouzin!

        Vérifie le lien. sur gizmodo, c’est le seul truc de vrai..

        1. A vrai dire, les sous-marins français sont déjà équiper d’une centrale nucléaire et notre porte-avions aussi.

  3. Mouais, je suis pas convaincu.

    Une torpille est un objet de taille réduite et avec une courte portée, mais un sous-marin est de très grande taille et parcoure des distances océaniques. Alors que deviendra la faune marine sur son trajet s’il a la vitesse d’un avion de chasse ?

  4. « En France, nous nous plaignons constamment des trains (et bien souvent, à juste titre), il faut dire qu’on a peu d’autres moyens de transport allant à grande vitesse. ». Mis à part la Chine et le Japon, je ne connais pas d’autres pays ayant des TGV (il y en a peut etre d’autres, mais pas bcp à mon humble avis). Et des moyens de locomotions à grande vitesse, à part l’avion qui est présent partout… Bref, on peut rester chez soi et critiquer ou aller ailleurs et voir que c’est pas si mal en France :-)

  5. J’allais parler de MHD et de Jean Pierre Petit…
    Le principe d’une soucoupe volante dans l’air dense : on annihile l’onde de choc grâce au même principe afin d’atteindre des vitesses folles 😉

  6. J’espère qu’ils ont des bons freins pour leur sous-marin supersonique. Sinon, çà va leur faire bizarre quand il va arriver à San Francisco…

  7. Faut relativiser le rôle de Jean-Pierre Petit dans l’histoire de la MHD. Ce type n’a fait (et c’est là son talent) que la vulgariser mais le CNRS bossait dessus dans les années 60-70. Sorti de ça, ce type n’est qu’un illuminé (et j’ai pourtant acheté son livre à l’époque).

    Les travaux ont ensuite été arrêtés faute de moyens techniques pour générer des champs électromagnétiques suffisamment puissants. Toutes les grandes nations se sont d’ailleurs plus ou moins arrêtées à l’époque

    1. Quand il évoque son B2 supersonique à MHD, je me suis pissé dessus de rire …
      Je suis allé voir un jour ses articles, leur taux de citation est minable pour un directeur de recherche CNRS, le mec passerait même pas un plan quadriennal de nos jours …

      1. Impact factor de Acta Physica Polonica A de 0.6, 0.588 pour Acta Polytechnica c’est faible.
        Je veux bien que les travaux de physique soient très spécialisés, mais quand même, il y a facilement moyen de publier dans des journaux tapant plus haut.
        Même les étudiants de Bachelor dans mon équipe publient au moins dans du journal à IF de 0.8 …

    1. La vitesse de propagation du son dans l’eau est plus rapide que dans l’air, mais le problème du mur du son existe tout aussi bien.

  8. je ne suis pas scientifique. .mais en admettant qu’ils a générer une poche « d’air » autour du bazarre..il ne risque pas de dépasser le mur du son si la poche d’air avance en même temps que lui..non..?!

  9. « ouai enfin, la torpille pesait tout de même 2700kg pour 2000kg de fuel,
    et avait une portée de… 15km.
    alors pour faire les 10 000 km qui sépare les 2 villes..
    il faut déjà un prototype avant de faire des annonces! »

    Le truc que certainement plusieurs personnes plus haut n’ont pas compris est que maintenant les sous-marins de 2014 fonctionnent grace à un phénomène que l’ont appel la ‘Fission nucléaire’.

    1. Tu sais ce que c’est que la fission nucléaire ?
      Les torpilles à supercavitation sont propulsées par un carburant solide ou liquide … Les sous-marins nucléaires utilisent l’énergie nucléaire pour alimenter un moteur électrique ou une turbine à vapeur qui font tourner une hélice ou un pump-jet …
      Autrement dit, on pose la question de quelle source d’énergie utiliserait ce fameux sous-marin chinois pour se propulser à vitesse supersonique, vu que ça ne peut pas être une source d’énergie nucléaire (sans compter la faible tolérance des réacteurs nucléaires aux accélérations brutales).

  10. Sachant qu’un reacteur nucléaire produit une grande chaleur, et que cette chaleur casse la molécule d’eau (Atome hydrogène qui se sépare de l’oxygène), il est très bien possible de récupérer l’hydrogène pour ensuite alimenter des propulseurs comme le serait des réacteurs à gaz avec du méthane. Après arrête moi si cela n’est pas plausible.

    1. tu confonds avec l’hydrolyse … il ne faut pas de la chaleur mais de l’éléctricité.
      Si tu chauffes de l’eau, tu n’obtiendras que de la vapeur d’eau … l’électricité permet de séparer les atomes en fonction de leur charge électronique.
      Hydrogène charge négative et Oxygène charge positive. Chaque atome (enfin « ion » plutôt) sera attiré vers l’anode ou la cathode.
      Il faut juste que l’énergie fournit soit supérieure à l’énergie de liaison des atomes.

  11. News stupide. Il faut juste multiplier la vitesse max d’une torpille par 20 et l’appliquer à un sous-marin, à part ça, tout va bien dans vos têtes.
    Alors mois je prends le principe du pédalier et je fabrique une voiture à pédale qui roule à 400 à l’heure (je pédale à 20/h).
    C’est la négation de toute forme d’intelligence cet article.

    1. selon ma theorie, si on place des ailes sur la saucisse , un petit coup de cabrage et ainsi nous obtenons une flying saucisse qui peut planer reduisant aisni les frottements et la consommation

  12. Oui enfin on parle juste de « vitesse théorique » hein … ce qui signifie qu’on a fait abstraction de toutes les contraintes externes et de toutes les problématiques qui ne sont pas directement liées au système.
    Sinon effectivement, à cette vitesse il faudra que l’avant du sous-marin soit bien protégé, que le gaz éjecté vers l’avant le soit à une pression énorme pour compenser la vitesse du sous-marin, qu’il faut être en mesure de produire le gaz à profusion (si plus de gaz, le machin se désintègre).
    Sans compter les problématiques de passage du mur du son, d’accélération/déccélération vis à vis du matériel mais aussi de l’équipage, du bruit, de carburant etc …

  13. Une telle vélocité, quelle que soit le fluide, ne peut être entrainée que par une technologie MHD.
    Le nucléaire c’est du passé, les grandes puissances le savent bien… je vous invite à lire les excellentes publications de Jean-pierre Petit, un scientifique hors pair qui hélas, a perdu toute crédibilité parce qu’il a pris position sur le phénomène ovni.

    1. Qu’il ait pris position, c’est une chose. Qu’il prétende tenir ses informations sur l’armement américain d’un espagnol lui-même contacté par les extra-terrestres (les ummites) qui lui parlent par courrier manuscrit, c’est autre chose…

      1. Il y en a bien qui ont prétendu avoir reçu la parole divine il y a plusieurs siècles et des milliards de personnes les suivent encore de nos jours… je ne vois rien d’anormal concernant les déclarations d’un type qui me semble plutôt cartésien et rationnel pour le reste.

    2. Et ta MHD, tu l’alimentes comment ?
      Pour déplacer un sous-marin avec de la MHD, il faudrait un réacteur nucléaire pour l’alimenter vu la masse à déplacer, et vu que ces bestiaux n’aiment pas les accélérations brusques et les chocs (pour ne pas endommager le circuit primaire), tu peux douter foncièrement qu’on atteigne cette vitesse sous l’eau vu l’accélération requise …

      Jean-Pierre Petit voit de la MHD partout alors qu’on n’est pas foutu de la mettre réellement en application, et c’est un peu son soucis …

      En plus, si tu dépasses la vitesse du son dans l’eau, tu deviens complètement aveugle car les sonars ne marchent alors plus. Et vu que les fonds marins sont mal connus (beaucoup de seamonts à des profondeur d’environ 200m ne sont pas cartographiés), c’est du suicide de naviguer à cette vitesse …
      On peut envisager des capteurs utilisant des lasers bleu ou verts (longueurs d’onde qui pénètrent le plus dans l’eau), mais ça reste pour l’instant de l’utopique.

  14. Lisez cet article, à ce sujet : http://www.slate.fr/story/91533/sous-marin-supersonique-traverser-pacifique-supercavitation

    La conclusion c’est que même si la vitesse était possible, il ne serait pas possible de manœuvrer le sous-marin …
    «Imaginez que vous êtes dans un hors-bord à pleine vitesse et que vous mettez votre main dans l’eau. C’est en gros ce que vous allez faire si vous essayez de piloter un engin dans une bulle de supercavitation. Pour qu’un aileron ou un gouvernail dirige un appareil, il faut que le système interagisse avec l’eau. Mais si vous allez à des centaines ou à des milliers de km/h, il y a de très fortes chances pour que l’aileron que vous faites sortir se fasse arracher.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité