Votre QI change avec le temps !

Cerveau

Les tests de QI, vous le savez très certainement, ne représentent pas, ou très mal, votre intelligence. D'autant plus que celui-ci n'est pas constant avec le temps, comme beaucoup le pensent. Certains deviennent plus intelligents, d'autres moins, tout est question de stimulation et d'environnement.

Suivez Gizmodo sur les réseaux sociaux ! Sur Twitter, Facebook ou Google+ !

L’intelligence pourrait être définie comme notre capacité à apprendre rapidement, à s’adapter à de nouvelles situations. Les tests de QI mesure notre vocabulaire, notre faculté à résoudre des problèmes, à faire preuve de logique, etc. Et les tests tels qu’ils existent ont tendance à montrer une certaine stabilité dans les résultats, la faute, en partie à notre faculté d’adaptation justement. Pourtant, nous apprenons toujours davantage.

Mais cette importance du résultat de QI est sujette à débat. Si certains justifient avec véhémence que ce quotient intellectuel ne peut pas évoluer grandement avec le temps – la faute, selon eux, à notre intelligence générale « g », qui est un trait génétique, insensible à l’éducation, l’entraînement cérébral ou toute autre intervention extérieure -, l’idée que le QI soit fixé à vie est directement liée à cette politique de test du QI, et l’importance que la société lui accorde.

Il ne faudrait pas oublier que depuis des dizaines années, de nombreuses études ont montré que d’importants gains de QI étaient possibles. Ainsi, des enfants autistes peuvent progresser énormément dans des conditions adéquates. La scolarité permettrait aussi de faire augmenter le QI – 3,7 points par an, selon une étude norvégienne de 2009 -. Une stimulation cérébrale fréquente permet aussi un progrès certain.

Il est temps, assurément, de se débarrasser de cette idée que le QI est ce qu’il est et qu’il ne peut pas changer. Tout le monde peut progresser, c’est en tout cas le but qu’il faut viser, quel que soit son âge et ses prédispositions.

Tags :Via :Quartz
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. On parle beaucoup du Q.I mais on n’oublie qu’il ne mesure pas l’intelligence. Il existe en vérité plusieurs formes d’intelligence. Depuis longtemps on connait aussi l’importance du Q.E ou quotient émotionnel.

  2. Et puis il faut garder à l’esprit que la concentration du « testé » peut varier en fonction des évènements environnementaux (grosse fatigue après une semaine de boulot ou vacances bien détendu etc).

  3. J’ai déjà passé un test de QI (un vrai, pas un de ceux qui dure 2 min sur internet) et le résultat n’est pas un chiffre exact mais une fourchette qui tient compte des fluctuations possibles dues à des facteurs comme la fatigue par exemple.

    En tout cas, ça ne nous est pas très utile à nous, mais c’est un outil important pour un psychologue

  4. Un peu contestable cette étude… 😉
    Le test de QI est seulement un moyen d’évaluer 4 types d’intelligence (il y a matière à débat aussi sur les types d’intelligence) par rapport à une moyenne 100, sous-entendu dans des conditions normales de développement. Alors bien sur modifier les conditions (handicap, faire plus d’études supérieures, s’entrainer) influe sur le développement du cerveau et donc modifie les résultats de ces tests.

    L’intelligence n’est pas fixée certes, mais elle reste TRES fortement liée à la génétique. Ceux que l’on appelle les « surdoués » (qui ont un fonctionnement différent) excellent dans ces tests (mais ils sont en décalage avec le reste de la population, ce qui fait d’eux des handicapés sociaux). Cette caractéristique est fortement héréditaire (quand on découvre une précocité, les parents le découvrent aussi, j’ai une connaissance qui peut en témoigner).

    Je ne pense pas (à vue de nez) qu’on puisse gagner plus de 10 points de QI en quelques années (sans un entrainement spécifique dans ces tests).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité