Détecter la malaria avec de simples aimants, c’est possible

Moustique

Si l'on veut traiter, voire éradiquer, certaines maladies qui sévissent sur notre planète, il faut être capable de les détecter rapidement, et facilement - id est, à moindres frais pour toucher le maximum de population. Des chercheurs ont mis au point une méthode de détection de la malaria avec une technologie similaire à l'IRM.

Suivez Gizmodo sur les réseaux sociaux ! Sur Twitter, Facebook ou Google+ !

Ces scientifiques de la Singapore-MIT Alliance for Research (SMART) se sont intéressés à l’hémozoïne, une molécule que l’on ne trouve dans le sang que lorsque le parasite causant la malaria, le plasmodium, est présent dans l’organisme. Et les chercheurs se sont rendu compte que cette molécule perturbait les propriétés magnétiques, notamment des atomes hydrogène.

Alors, avec un savant mélange de physique, de chimie et de biologie, l’équipe a mis au point un prototype de machine – actuellement suffisamment petit pour être posé sur une table ou un banc mais les chercheurs entendent bien le miniaturiser jusqu’à atteindre la taille d’une tablette – utilisant le même genre que la technologie de l’imagerie par résonance magnétique. Cerise sur le gâteau, le système n’a besoin que de 10 microlitres de sang – une piqûre avec une épingle suffit – pour réaliser son test.

Ne reste plus qu’à attendre la commercialisation de cette appareil. Voici qui devrait plaire à Bill et Melinda Gates !

Tags :Via :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Dans le titre : « avec de simples aimants… »

    Dans l’article : « avec un savant mélange de physique, de chimie et de biologie… »

    Pas au point gizmo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité