Le NIH découvre des agents pathogènes très dangereux dans les laboratoires américains

Virus

Pour mieux comprendre les virus qui sévissent sur notre planète - et mettre au point les armes biochimiques de demain -, les laboratoires spécialisés se doivent de manipuler les souches desdits virus. Seulement voilà, il arrive que certaines échantillons se volatilisent ou pire, que certaines souches plus violentes encore traînent ici ou là...

Suivez Gizmodo sur les réseaux sociaux ! Sur Twitter, Facebook ou Google+ !

Les Instituts Nationaux de la Santé (NIH) – organisme américain – avaient découvert avec stupéfaction des échantillons extrêmement dangereux bien loin de leurs conditions de sécurité. En menant une enquête approfondie auprès de nombreux laboratoires du pays, il s’est avéré que ce genre de situation n’était pas un cas isolé.

Les enquêteurs ont par exemple trouvé de la ricine vieille d’un siècle dans un laboratoire du campus du Maryland, laboratoire qui ne menait aucune recherche sur cette protéine, ou de la toxine botulique dans un autre laboratoire.

La plupart du temps, ces échantillons font partie de collections historiques appartenant aux chercheurs et sont conservés dans de simples congélateurs ou sur des étagères poussiéreuses alors qu’ils réclament aujourd’hui des conditions de sécurité drastiques… Que pourra-t-on découvrir à l’avenir ? Quel vieux virus dévastateur refera surface ? Espérons que la situation soit un jour sous contrôle une fois pour toutes.

Tags :Via :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. il faut quand même avoir des outils de mort quand on a un projet de colonisation globale et impérialiste et qu’en plus les populations locales ne sont pas dociles et résistent à la domination prédatrice des détenteurs de monnaie PQ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité