Les édulcorants des boissons « light » augmentent les risques d’obésité et de diabète

Diet Coke

Si vous êtes de ceux qui surveillent leur ligne, peut-être avez-vous l'habitude de préférer des boissons diététiques en lieu de place de leur versions "classiques". Et pour ajuster le goût du breuvage, les fabricants usent, et abusent, d'édulcorants... qui s'avèrent malheureusement augmenter les risques d'obésité et de diabète.

Passés au microscope, les édulcorants ne sont que saccharine, sucarlose ou aspartame. Et puisque nous en consommons aujourd’hui toujours davantage, les préférant parfois même au véritable sucre, il convient d’en évaluer les conséquences. Des chercheurs de l’Institut des Sciences Weizmann ont mené leurs études sur des souris : ces trois édulcorants rendent plus difficile l’assimilation du sucre. Et c’est bien là que le bât blesse. Cette intolérance au glucose provoquée augmente le risque de développer diabète ou obésité.

Sur une étude de près de 400 personnes, les chercheurs ont clairement établi le lien, chez 4 patients sur 7, entre édulcorants et prise de poids et intolérance au glucose. Et plus alarmant encore, ces deux symptômes ne sont apparus qu’après 4 jours seulement de consommation.

Avec les modifications dans nos aliments et leur surconsommation, les experts sont unanimes sur un point : il est urgent d’étudier précisément les conséquences de ces substances sur nos organismes – de nombreuses études les pointent du doigt -. Et le plus tôt sera le mieux ! L’Association Internationale pour les Édulcorants a bien évidemment rejeté cette recherche.

Tags :Via :Daily Mail
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. C’est surtout terrible pour les diabétiques puisqu’ils se replient sur tout les produits avec édulcorants alors que ceux-ci ne font qu’aggraver leur réaction au vrai sucre et augmentent leurs risques d’obésité.

  1. Mais l’étude a été menée sur des rongeurs ou sur des humains ?

    « Des chercheurs de l’Institut des Sciences Weizmann ont mené leurs études sur des souris : … »
    et au paragraphe suivant,
    « Sur une étude de près de 400 personnes, … »

    Sinon j’avais lu que la molécule de l’aspartame était perçue par l’organisme comme la molécule de glucose (les deux ont juste un atome de différence). Du coup notre corps cherche à l’assimiler exactement de la même façon.
    Sauf que normalement une molécule de glucose fournit de l’énergie que l’aspartame ne fournit pas … le corps déclenche donc des mécanisme de digestion et de stockage alors qu’il n’y a rien à stocker.
    Pour combler ce manque d’énergie, le corps en réclame … ce qui se traduit par un phénomène de faim. Et comme souvent on boit ces trucs avec quelques cacahuètes et chips, on finit par faire un carnage dans les biscuits et toutes les merdes bien grasses de l’apéritif.

    Résultat, l’énergie que vous n’absorbez pas avec votre boisson, vous la bouffez 10 fois avec les apéritifs.

  2. L’aspartame n’a rien a voir au niveau moleculaire avec du glucose c’est un dipeptide, c’est a dire des acides amines un peu modifies. Le probleme avec ce dipeptide c’est que sa degradation entraine la production de methanol et de formaldehyde qui sont en revanche pas tres bon pour la sante. Concernant les effets sur le diabete et l’obesite chez les humains faudrait voir si c’est pas parce qu’il etait deja obese ou avait deja du diabetes qu’il se sont mis a consommer des aliments edulcores. Dans les etudes epidemiologique le probleme est toujours de faire la difference entre la concomitance et la causalite.

      1. Aucune, il s’agit de 2 acides aminés attachés ensemble : l’acide aspartique et la phénylalanine (ce qui explique l’interdiction absolue pour les femmes enceintes pour prévenir toute intoxication du foetus en cas de phénylcétonurie, une maladie génétique rare).

        A noter que la phénylalanine est un acide aminé essentiel, il n’est pas synthétisé par le corps humain et est obligatoirement apporté par l’alimentation.

        La dégradation de l’aspartame, puisqu’on parle de cet édulcorant-là et pas des autres, produit en quasi totalité… de l’acide aspartique, de la phénylalanine et du méthanol. La dégradation poussée (= avec BEAUCOUP d’énergie) peut émettre effectivement du formaldéhyde, autrement appelé méthanal, la version aldéhyde du methanol. Le méthanal est cancérigène essentiellement sous forme de gaz, mais pas solubilisé (c’est très soluble) mais c’est une molécule présente dans l’alimentation : certains fruits en contiennent, à des concentrations franchement pas négligeables (genre 50mg/kg).

        Attention, je ne dis pas que c’est bon pour la santé, juste qu’il faut prendre du recul sur ces informations et savoir chercher la vérité.

        Pour l’obésité, par contre, je ne vois pas de lien à part des habitudes alimentaires désastreuses. Etant moi-même gros consommateur d’éculcorants car diabétique, j’ai un IMC à 22 sans faire particulièrement de sport et sans trop faire gaffe non plus.

      2. Bonjour Djudj,

        les molécules qui sont semblables sont le saccharose et le sucralose. Schématiquement, le sucralose est obtenu en remplaçant certains groupes -OH par des -Cl.

        Bonne journée,

        Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité