Et si les jeux vidéo violents réduisaient la criminalité ?

GTA

À écouter certains media et autres personnalités politiques, jouer à des jeux vidéo violents rend violent. Cette vision ultra simpliste est bien évidemment régulièrement réfutée par les joueurs mais aussi de nombreux spécialistes. Seulement, prouver que ce n'est pas le cas n'est pas chose aisée. Une nouvelle étude vient en tout cas aider à plaider ce point de vue.

Des chercheurs des universités Villanova et Rutgers, aux États-Unis, se sont penchés sur la question. Dans leur étude nommée « La violence dans les jeux vidéo et le ‘monde réel’ : la rhétorique contre les données », ils ont pris le temps de comparer les ventes de jeux vidéo violents aux statistiques de la criminalité – sur les faits les plus graves, homicides et voies de fait graves -.

Selon l’un des co-auteurs, Patrick Markey, ces résultats « permettent d’établir que la baisse des crimes violents peut être reliée à l’utilisation des jeux vidéo les plus violents ». Entre 1978 et 2011, les ventes de jeux vidéo ont très nettement progressé tandis que la violence, elle, a diminué. Pourtant, « impossible d’établir un lien de causalité », du fait que trop de facteurs entrent en jeu. Cela dit, l’explosion des ventes depuis une dizaine d’années n’a pas non plus déclenché une explosion de la criminalité.

Forts de ces constatations, les scientifiques ont procédé à une analyse plus fine, mensuelle, entre 2007 et 2011. Et là, les chiffres sont plus éloquents. Durant les pics de vente de GTA et autres Call of Duty, on assiste non pas à une augmentation mais à une diminution notable de la criminalité. Cet « effet apaisant » semble même durer trois mois.

Là encore, les chercheurs appellent à la prudence. Ces données de corrélation n’impliquent pas forcément une causalité, mais il faut remarquer que cette corrélation est toujours statistiquement négative. Et c’est sans ajouter que de nombreuses explications annexes sont possibles. Certaines études avancent que les personnes violentes apprécient davantage les jeux violents, agissant alors davantage comme des catharsis, calmant leurs pulsions.

Il faudra de nouvelles études, notamment dans d’autres pays du monde, pour tenter de répondre définitivement à la question. C’est en tout cas une bien jolie réponse à tous les anti-jeux vidéo, violents ou non. À suivre.

L’étude intégrale, en anglais, peut être lue ci-dessous.

Tags :Via :L'Express
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Il me semble évident que les jeux vidéos peuvent avoir comme d’autres médias, un effet cathartique. Je l’ai moi-même expérimenté Quel plaisir que d’être confronté à un agent de police dans GTA.

  2. Et s’il n’y avait tout simplement aucun rapport ?

    Les médias seraient capables de te dire qu’il y a une corrélation entre le fait d’avoir un hamster chez soi et le taux de criminalité…

  3. Je sais pas pour les autres mais dans mon cas ça réduit efficacement ma violence intérieure. Au lieu de brûler des gens en vrai je les brûle online c’est moins salissant.

  4. Chercheurs en carton… pour savoir s’il y a causalité, il suffit de faire les doubles moindres carrés et le test d’hausman. Autrement dit, pour faire simple, si on voit qu’une baisse du prix de gta fait baisser la criminalité, ben effectivement on peut conclure que ça appaise.
    Noobz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité