Faudra-t-il être plongé dans le coma pour aller sur Mars ?

Mars

Aller sur Mars est un doux rêve que l'Homme caresse à présent du doigt. Pourtant, les défis sont encore nombreux, notamment concernant le voyage en lui-même. Avaler les quelques 560 millions de kilomètres qui nous séparent de la planète rouge ne sera pas possible sans certains artifices. Les experts envisagent ainsi de plonger les astronautes dans un coma artificiel.

Sommeil prolongé, hibernation, torpeur thérapeutique, appelez cela comme vous voudrez. Le principe est d' »endormir » les astronautes durant la quasi-totalité du voyage – estimée entre 90 et 180 jours -. Des impulsions électriques seraient constamment envoyées aux muscles pour que le réveil s’opère en douceur une fois arrivés à destination. Les avantages sont nombreux : réduction des besoins en nourriture et en eau et réduction du volume (et du poids, donc) du vaisseau de transport – et le gain est appréciable, les études évaluent le poids total à seulement 220 tonnes contre 400 -.

Le Dr Schaffer précise : « la torpeur thérapeutique existe, en théorie, depuis les années 1980, elle a vraiment décollé en 2003 où elle a aidé de nombreux patients dans des états critiques. […] Nous n’avons jamais eu besoin de maintenir quelqu’un dans cet état pendant plus de sept jours. » Pour des missions humaines vers Mars, on le répète, il est question de 90 à 180 jours.

Coma Mars

Pour placer ces astronautes en « hibernation », c’est un système comme RhinoChill qui pourrait être utilisé. Celui-ci réduit la température corporelle d’environ un degré par heure et introduisant un liquide refroidissant par le nez. Une fois à 32°C – ce qui prend environ 6 heures -, le corps entre en « stase ». Il suffirait de stopper l’arrivée de liquide refroidissant pour enclencher la phase de réveil.

De nombreuses variantes et améliorations sont à l’étude, certaines proposent de faire tourner la capsule « habitable », pour offrir une gravité artificielle et éviter la perte musculaire et osseuse des astronautes, d’autres envisagent des roulements de phase d’éveil (une personne resterait éveillée pendant trois ou quatre jours avant d' »hiberner » pendant 14 jours)… Il faudra davantage de recherches pour étudier tous les possibilités mais la NASA envisage toutes les pistes…

Tags :Via :Daily Mail
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est intéressant, mais une chose cloche.
    Le corps humain doit faire se faire alimenté et aussi doit avoir des rejets.
    Comment il vont gérer cette contrainte pendant plusieurs semaines??

        1. On ne peut pas placer une sonde urinaire aussi longtemps, ça s’infecte vite ces trucs là.
          Donc faudra tirer à la courte paille pour que l’un d’entre eux nettoie tous les autres ^^

  2. Quand l’astronaute seras dans le comas, comment il fera pour éviter la réduction musculaire dû à la zéro-gravité?

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. « De nombreuses variantes et améliorations sont à l’étude, certaines proposent de faire tourner la capsule « habitable », pour offrir une gravité artificielle et éviter la perte musculaire et osseuse des astronautes, »

      Faut lire l’article, il ne fait que 5 paragraphes

  3. On transmettra le premier octet de soi sur mars à la vitesse de la lumière (même si le temps de transmission total risque quand même d’être long) quand on saura se simuler.
    Avant cela, un vaisseau aura fait le voyage avec à son bord une super antenne réceptrice, un corps avatar mécanique reliable sans fil à un méga ordinateur capable de simuler correctement 2 kilos de méninges, 70 kilos de barbaque et d’os et une centaine d’hectares d’environnement virtuel et d’objets divers.
    Peut-être qu’on mettra un modèle d’humain dans la simulation dès le décollage. Peut-être pas.
    En attendant, les vols spatiaux resteront des sauts de puces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité