Vous n’êtes pas sur les réseaux sociaux ? Votre vie privée privée est quand même en danger !

Anonymat

Nous avons tous des amis qui se vantent de leur absence sur les réseaux sociaux (jusqu'à ce qu'ils y viennent...), clamant haut et fort "Facebook ne passera pas par moi !". Grand bien leur en fasse. Vous pourrez désormais leur rétorquer qu'il n'y a pas besoin des réseaux pour obtenir des informations sur eux.

Une équipe des chercheurs de l’université ETH Zurich, en Suisse, estime que les réseaux sociaux en apprennent sur tout le monde, nul besoin d’y être inscrit pour cela. Sans avoir accès aux données Facebook ou encore aux likes éparpillés sur le web, l’équipe a choisi une alternative : étudier les données disponibles publiquement archivées sur Friendster (ndlr : un site Web essentiellement axé sur les jeux basé à Kuala Lumpur en Malaisie). Croyez bien qu’au regard de leurs résultats, ce site fourmille de pépites,  y compris l’orientation sexuelle, l’âge, l’état civil, la profession et l’affiliation politique d’une liste longue comme le bras de concernés.

Concernant l’orientation sexuelle, les algorithmes sont capables d’exploiter les données pour atteindre une précision de 60%, contre 5% sans aucune information. Ceci est rendu possible par ce que le docteur David Garcia appelle les « profils de l’ombre ». En exploitant les statistiques des gens qui utilisent le service, il est possible d’appliquer cet aperçu aux personnes qui ne l’utilisent pas. Et de là, de faire tout un tas de déductions plus justes que sans donnée du tout.

« Nos résultats montrent que la divulgation des renseignements personnels ne se limite pas à un choix individuel, mais devient une décision collective qui a des implications sur la politique et la réglementation de la vie privée »

Certes, les données de Friendster ne sont pas de première jeunesse, mais des informations similaires sont disponibles sur tous les réseaux modernes. En d’autres termes, Facebook a cette capacité au bout des doigts, et suffisamment d’ingénieurs et de statisticiens compétents pour extraire des infos sur une personne non inscrite. En un rien de temps.

Alors, que vous vous sentiez belliqueux et refusiez de participer à cette vaste mascarade que sont les réseaux sociaux est une chose. Mais, vous pouvez tout de même vous inquiéter pour votre vie privée, avec au moins 60% de certitude…

Tags :Sources :wired
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Pas seulement ceci est archi-faux, mais en plus vous pouvez exploiter cette obsession de « collecte de données personnelles » pour mettre tous ceux qui veulent vous pister sur des pistes totalement fausses, à l’opposé de ce que vous êtes.

    En ce qui concerne le réseaux à la con que tout le monde fréquente et qui soit-disant n’accepte que votre vrai identité, eh bien laissez-moi rire, j’ai fait le test, vous pouvez mettre ce que vous voulez comme identité, ça marche, normal quand on sait à quel point c’est con.

    Comme dit le dicton : Quant on est au top, il n’y a qu’une seule direction possible….

    1. Réseau à la con? Tu sais, il est utilisé par énormément d’étudiants pour s’échanger des tuyaux, des synthèses, poser leurs questions,…
      Alors évidemment, il y a l’utilisation à la con (prendre ses repas en photo et poster par exemple), mais il ne faut pas se cantonner à ça, Facebook est aussi un très bon outil pour les étudiants

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      1. Argument accepté mais qui sent un peu la justification, il faut admettre que pour ce genre d’échanges entre étudiants il y a des forums, extrêmement sérieux et ciblés, où même des profs y participent.
        Il suffit de chercher un peu au lieu de cautionner un soit-disant réseau qui claque $22 milliards pour acheter une petite application, tout simplement pour garder le contrôle.

        Mais bon, encore une fois : Quand on est au sommet, il n’y qu’une seule direction possible… Ce n’est qu’une question de temps…

        1. L’intérêt est de faire un groupe privé où seuls les étudiants d’une certaine année peuvent être. Pour ce qui est de la participation des profs, oui, on a des forums dédiés, mais c’est plus intéressant de partager des tuyaux quand les profs ne peuvent pas les lire.

          Je ne défends pas Facebook à 100%, y’a plusieurs points qui me gênent, mais ça n’est pas à jeter pour autant

  2. Identités, fausses identités, diplômes, faux diplômes, lieux de naissance, faux lieux de naissance etc.. qu’elle soit réelle ou virtuelle l’informations cohabite toujours avec la désinformation.
    Aux analystes de faire le tri du vrai du faux :)

  3. Mais question bête … pourquoi on se soucie tant des infos qu’on laisseraient sur le web? Moi perso je m’en fiche que google ou facebook savent que mes pâtes préférées sont les coquillettes Panzani, ma date de naissance ou même les études que j’ai faites … Si je ne veux pas les donner je mets n’importe quoi.

    Au contraire, je suis bien content d’avoir google autofill … des pubs (quand j’ai pas adblock) qui sont ciblées (et non pour des couches ou la dernière barbie en promo).

    Et qui plus est, je suis bien content d’avoir accès à gmail, google, gmap et divers outils gratuitement en échanges de ces informations… Sans ces infos, ça serait surement payant.

    Quand quelqu’un vous demande votre date de naissance ou autre pour faire un dossier … c’est complètement inutile pour le dossier mais vous donnez les infos sans vous poser de question non?

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Effectivement ça dépend de la donnée. Mais on aime bien être alarmiste quand on ne défini pas l’aboutissement. On se dit qu’avec date de naissance, goûts, convictions, caractère, etc. les gars vont finir pas nous connaître mieux que nous même. Bref perso je ne sais pas trop quoi en penser, si ce n’est qu’il faut simplement avoir conscience de ce qu’on sème sur le net, et que souvent on en perd la propriété. Là où cette étude est intéressante c’est qu’elle met en avant l’implication des autres sur le contrôle de ses propres données.

    2. Bon ben si ça te gène pas c’est parfait. Demain je passerai poser une webcam dans ta douche, on organise des livestream de douche c’est génial, tu verra.

  4. juste ouvrir 1984. Ça va en étendre beaucoup. Internet est devenu un endroit où on montre son cul. Je me rappelle d’une époque où c’était une fenêtre ouverte sur le monde et pas un point de vue sur mon salon. ‘fin chacun fait ce qu’il veut mais faudra pas dire qu’on ne les avez pas prévenu…

  5. Friendster est un des premiers réseaux sociaux, créé bien avant Facebook. Pas étonnant qu’il contienne des données publiques sur plein de monde. Les règles de protection des données n’étaient pas aussi sévères dans le temps…

  6. Comme il est dit plus haut les réseaux sociaux peuvent servir aux étudiants pour des échanges moi même étant musicien si j’en vie à l’heure d’aujourd’hui c’est grâce à ces réseaux qui mon permis de partager ma musique sans limite il suffit de ne pas partager d’ informations personnelles on ne vous oblige pas à raconter votre vie ou mettre des photos embarrassantes !

    1. Pour les artistes, les réseaux sociaux sont un moyen très facile de promouvoir leurs œuvres (faute de savoir faire un site web ou un blog). Maintenant, c’est une population qui ne représente qu’une infime partie comparée aux centaines de millions d’utilisateurs narcissiques en quête de reconnaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité