Android Lollipop ou comment retomber amoureux de son smartphone !

Android Lollipop

Android 5.0 n'est pas une nouveauté à proprement parler. Effectivement Google l'avait déjà présenté en juin dernier, au cours de la conférence Google I/O. Celui dont on ne connaissait pas encore le nom vient donc de voir le jour : voici le sacro-saint Android Lollipop.

Cela faisait un moment que l’on attendait une MàJ majeure pour Android. Le dernier lifting remontant à l’automne 2011. Lollipop va faire parler d’elle puisqu’il s’agit d’une refonte majeure du système d’exploitation. Les modifications intrinsèques sont donc nombreuses et on dénombre déjà 5000 nouvelles API dédiées aux développeurs.

Un software fluidifié…

Il va de soi qu’il y aura pléthore de changements et nouveautés. Pourtant quelques points clefs se détachent. Premièrement, l’ambition avouée de Google, à savoir l’unification de l’interface quel que soit l’appareil utilisé. Ce n’est pas un luxe entre les smartphones, tablettes et autres appareils connectés. Google englobe ce concept dans ce qu’il appelle « Material Design ». Le géant de Mountain View ajoute de la profondeur et de l’animation à chaque élément de l’interface utilisateur. Chacun va devenir un objet virtuel qui existe dans l’espace 3D. Au lieu d’être plat et numérique, ils auront des comportements, des couches, et réagiront au moindre toucher.

L’interface intègre aussi des retours tactiles riches et animés, pour une expérience tout en douceur et encore plus homogène. Les notifications ont elles aussi été revues : vous avez désormais accès à tout depuis l’écran de verrouillage, ce qui donnera lieu à bien plus d’interaction.

… pour un hardware au summum de la puissance !

Autre point capital, le projet Volta. Il a pour vocation d’optimiser l’autonomie de votre terminal. Il offre de nombreuses statistiques aux développeurs, leur permettant de visualiser précisément ce qui « pompe » de l’énergie et pourquoi, tandis que l’API de planificateur de tâches limitera les applications lorsque la batterie montre des signes de faiblesse. Une fonctionnalité permet ainsi d’étendre l’autonomie de 90 minutes !

Toujours côté performance, un nouveau runtime fait son apparition, ART, qui a été écrit pour supporter l’ARM, le x86 et MIPS et ainsi offrir deux fois plus de performances sans que les développeurs n’aient quoi que ce soit à faire. Qui plus est, il supporte les environnements 32 bits et 64 bits. Traduction ? C’est presque jouissif, votre smartphone sera nettement plus véloce.

Autre pierre angulaire de cette mouture, le chiffrement par défaut des données sur l’appareil ! Ce qui n’est pas un luxe au regard de l’affaire PRISM dévoilé par nul autre qu’Edward Snowden. De quoi donner du grain à moudre à la NSA…

Cette mise à jour majeure équipera les Nexus 6, 9 et Player, ce dernier avec une version modifiée. Suivront les Nexus 4, 5, 7, 10 et les appareils en éditions Google Play. Les autres appareils roulant sous Android en profiterons en fonctions des compatibilité des modèles, des surcouches constructeurs et opérateurs.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « écrit pour supporter l’ARM, le x86 et MIPS et ainsi offrir deux fois plus de performances sans que les développeurs n’aient quoi que ce soit à faire. Qui plus est, il supporte les environnements 32 bits et 64 bits. Traduction ? C’est presque jouissif, votre smartphone sera nettement plus véloce. »

    Et avec ça vous allez voir qu’il va y a voir des smartphone pas si anciens que ça qui vont être dit incompatibles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité