Les avantages non physiques du sport !

vélo

L’exercice est bon pour vous ? Plus que vous ne le pensez. Certes, le sport améliore le physique, mais aussi le cerveau, en maximisant la mémoire, la créativité, la bonne humeur et plus encore. Aussi, en plus d’avoir le corps d’un Apollon grec, il y a encore plus de bonnes raisons de ne pas laisser pendre vos fesses.

Évidemment, il y a une corrélation évidente : le corps et l’esprit ne sont pas deux entités distinctes. Après tout, notre cerveau est un organe physique, tout comme les muscles, les poumons et les os qui profitent évidemment d’un exercice régulier. Un nombre croissant d’études fait l’apologie de l’intérêt du sport, car il déclenche une cascade de changements chimiques dans le cerveau.

Améliorez votre mémoire

Nous aimons tous glandouiller et procrastiner dans ce trou situé dans le canapé, occasionné par vos moelleuses fesses. Hélas, la science nous démontre que ce n’est pas la meilleure chose à faire. Une étude de 2007 basée sur 27 cobayes tend à prouver l’intérêt du sport sur la mémoire. Des adultes devaient simplement retenir des mots, mais avant, devaient soit faire un sprint, soit un jogging, soit… rien du tout. Même après 8 mois, les sprinteurs se rappelaient mieux des termes et il s’est avéré qu’ils ont développé une protéine qui stimule le développement de nouveaux neurones et favorise la survie de ceux qui existent déjà.

Globalement, l’exercice physique permet d’améliorer la mémoire en général, pas uniquement les choses que vous apprenez dans la foulée (ha ha) d’un sprint. Chez la souris, les zones de mémorisation sont plus stimulées lorsque les bébêtes s’exercent dans des roues, apparemment, chez l’humain également (nous avons le gadget parfait pour vous entraîner…). De récentes études montrent que chez les femmes (âgées en particulier), la marche rapide régulière peut augmenter la mémoire verbale et spatiale.

Composer avec le stress et l’anxiété

Faire du sport n’est pas toujours facile, nous le concédons. Fatiguant, douloureux, intense… C’est hélas pour ces mêmes raisons que l’exercice est positif pour le cerveau. En réalité, cela entraîne notre ciboulot à lutter face au stress. Que vous piquiez une tête ou que vous présentiez vos travaux devant une assemblée, vous transpirez et vous n’abandonnez pas, de ce fait, les réactions chimiques sont sensiblement similaires. Si le corps et le cerveau sont habitués, ils deviennent plus résistants et reviennent plus facilement à un doux équilibre. Certains arrivent même à mieux gérer des attaques de panique ou crises d’angoisse grâce au sport. Évidemment, cela reste un parfait exutoire après une rude journée de travail.

Les scientifiques ne sont pas encore formels sur le pourquoi du comment, mais ceci serait dû à la présence d’un neurotransmetteur appelé galanine. L’exercice activerait les gênes responsables de la sécrétion de cette substance, qui à son tour, engendre la propagation de noradréline. Cette dernière régule évidemment le stress.

Être de meilleure humeur

Vous êtes pire que Grumpy Cat en ce moment ? Allez courir. Votre cerveau va se mettre à sécréter des endorphines, des neurotransmetteurs qui bloquent la douleur et plus généralement, vous font vous sentir bien. Précisément maintenant, les endorphines appartiennent à une classe de neurotransmetteurs appelés neuropeptides opioïdes, et la ressemblance avec « opiacés » n’est pas une coïncidence.  Les analgésiques (et les drogues illégales) agissent comme cette substance naturelle, en l’imitant. Le coup de pouce émotionnel de l’exercice n’est pas uniquement temporaire, il peut également compenser la dépression. Des études concluent que le sport est efficace plus rapidement que le Zoloft, un antidépresseur bien connu.

Soyez plus créatif

L’apprentissage de mots est plus efficace après l’effort, vous vous souvenez ? Apparemment, il en serait de même pour le processus créatif. Qui plus est, l’augmentation du rythme cardiaque stimule les fonctions cérébrales. Par exemple, des scientifiques ont intimé à des sujets de trouver des fonctionnalités à une simple boîte après avoir regardé la télé ou après avoir fait de la danse ou de l’aérobic… Comme on pouvait s’y attendre, les cobayes ayant des activités physiques ont été nettement plus prolixes.

En résumé, l’exercice vous met dans un état ​​d’excitation (pas seulement sexuel, non), et vous rend plus alerte et actif. Moralité, courrons (jusqu’au canapé) !

 

Tags :Sources :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. j’ai remarqué que les filles à qui je proposais des relations sexuelles m’invitaient à faire du sport. Elles me disaient : « tu peux toujours courir ».
    .
    Je comprends à présent pourquoi : c’était pour améliorer mes performances amoureuses.

  2. « une étude de 2007 basée sur 27 cobayes tend à prouver l’intérêt du sport sur la mémoire. »

    whoua sérieux 27 seulement

    « De récentes études montrent que chez les femmes (âgées en particulier), la marche rapide régulière peut augmenter la mémoire verbale et spatiale. »

    modalités du protocole de l’étude ? non, donc nul et non avenue

    « Les scientifiques ne sont pas encore formels sur le pourquoi du comment »

    donc ils devraient la fermer et ne pas publier tant que rien n’est prouvé.

    « les endorphines appartiennent à une classe de neurotransmetteurs appelés neuropeptides opioïdes, et la ressemblance avec « opiacés » n’est pas une coïncidence. Les analgésiques (et les drogues illégales) agissent comme cette substance naturelle, en l’imitant. »

    c’est effectivement vérifié, et le comportement de nombreux sportifs est similaire à celui des drogués au point même de se blesser par excès, donc autant prendre de la drogue c’est moins hypocrite.

    « Par exemple, des scientifiques ont intimé à des sujets de trouver des fonctionnalités à une simple boîte après avoir regardé la télé ou après avoir fait de la danse ou de l’aérobic…  »

    sauf que les neurologues ont démontrés que la TV avait tendance à zombifier les gens, donc est ce l’activité qui rend créatif ou plutot la TV qui rend vraiment amorphe.

    j’aie déjà la réponse mais bon une étude réalisée sur 12 cobayes a visiblement plus de poids que les milliers (ou millions) de cas de non sportifs particulièrement créatifs.

      1. En fait c’est tout à fait vrai, une étude (confidentielle) aurait prouvé que pour être génial il fallait choper une maladie dégénérative (comme Stephen Hawking) et passer sa vie dans un fauteuil roulant !
        Bien sur cette étude est aussi à prendre avec réserve !
        Choisis ton camp camarade, en forme ou pas mais ton esprit n’en dépend pas ………………(du moins ça n’arrange pas certains addicts de le penser) lol

        1. « pour être génial il fallait choper une maladie dégénérative (comme Stephen Hawking) et passer sa vie dans un fauteuil roulant ! »

          c’est une étude basée sur un échantillon de 1 personne qui le dit, non ?

  3. Moi j’ai plutôt trouvé ces recherches intéressantes, même si toutes les études réalisées sur des échantillons réduits méritent évidemment des précautions… Et le journaliste en parle d’ailleurs au conditionnel!

    Si le fait que le sport détend et rend de meilleure humeur n’est plus vraiment à prouver selon moi, c’est toujours intéressant de voir les autres conséquences positives qu’il peut avoir sur l’esprit, et notamment sur la créativité et la mémoire!
    Finalement, ces résultats ne m’étonnent pas vraiment! Personnellement, j’ai besoin de faire du sport, peu importe lequel tant qu’il me plaît à moi, pour me défouler. Je ressens aussi bien les bienfaits de la natation, de la danse ou encore de la course à pied sur moi. Les semaines où je ne pratique pas de sports je suis généralement moins positive…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité