Freeflow Saltire, le vélo électrique qui n’a pas besoin d’être rechargé !

Freeflow Saltire

Parce qu'il devient extrêmement difficile d'utiliser une voiture dans nos villes toujours plus congestionnées, le vélo s'impose chaque jour un peu plus. Qu'il soit classique ou électrique, il bénéficie de toutes les innovations technologiques. Le vélo Freeflow Saltire est un deux-roues électrique qui n'a même pas besoin d'être rechargé.

On doit cette technologie innovante à Neil MacMartin, un jeune Écossais de 30 ans. L’idée est plutôt simple : le pédalier actionne un alternateur lequel fournit de l’énergie au moteur électrique principal. L’assistance électrique en elle-même est donc plus faible que celle offerte par un VAE classique, mais le Freeflow Saltire n’a pas besoin d’être rechargé et cela pourrait plaire.

Plutôt léger pour un véhicule électrique – 14 kg -, écolo et plutôt design – tous les éléments électriques sont intégrés dans le tube inférieur ou dans le pédalier -, la technologie est brevetée par Freeflow Technologies, la startup de Neil MacMartin, lequel cherche aujourd’hui à lever des fonds sur la plate-forme de financement participatif anglaise Angels Den. Pour l’heure, le projet a déjà été financé à 125% alors qu’il reste encore 15 jours.

La production devrait débuter dans le courant de l’année 2015. Les détails techniques ne sont malheureusement pas connus. À suivre !

Tags :Sources :Campagne Angels DenVia :Technologic Vehicles
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. je comprend pas bien en quoi c’est une innovation?
    finalement s’il n’y a pas d’apport d’énergie par une batterie alors le force nessesaire pour actionner le moteur est identique qu’avec une transmission « normale » .
    voir même pire car il y a plus de perte a transformer de l’énergie mécanique en énergie électrique puis en énergie mécanique .
    si s’était si simple pourquoi es qu’il y aurai une courroie de transmission et pas uniquement une transmission électrique?
    es que l’innovation ne viendrais pas du fait de la gestion/stockage de l’énergie?

    1. L’innovation concerne l’amélioration de la gestion de l’énergie globale fournie par le cycliste :
      effectivement, le système induisant des pertes, le cycliste devra fournir au total plus d’énergie que sans lui. Mais l’effort qu’un cycliste doit fournir n’est pas constante (il est maximum dans les phases d’accélération et en montée, beaucoup plus faible sur le plat à vitesse constante). Le système au final ne fait que stocker une partie de l’énergie fournie par le cycliste lorsque l’effort demandé est faible et la restitue lorsque celui-ci devient important.

      La différence avec un VAE « traditionnel » est que ce dernier embarque une réserve d’énergie utilisée en suite en fonction des besoins de l’utilisateur mais ne redistribue pas l’énergie globale fournie par le cycliste.

      Cordialement.

  2. Je ne comprends pas bien non plus. Le mec a inventé le mouvement perpétuel? Dans ce cas, pourquoi toutes les voitures n’ont pas ça? Recharger une batterie avec une dynamo sur les roues pour après alimenter le moteur?
    Parce qu’au final la perte d’énergie n’en vaut pas le coup. Vous avez jamais remarqué que c’était plus dûr de pédaler lorsque la dynamo touchait la roue? Il faut fournir un effort supplémentaire pour stocker l’énergie excédentaire (qui sera ensuite restituée avec pertes).

    1. Le titre est racoleur et vous induit en erreur :
      en fait de ce que je peux comprendre, c’est que ce système permet de stocker de l’énergie que le cycliste n’utilise pas à un moment où elle est en excès (dans une descente ou sur du plat par exemple) pour pouvoir la restituer lorsque le cycliste va en avoir vraiment besoin (en montée).

      J’imagine qu’il ne vaut mieux pas démarrer le trajet par une bonne côte, ou alors avec une batterie pleine au départ.
      De toutes façons la transformation répétée de l’énergie induit forcément des pertes et au final vous consommerez plus d’énergie que sans le système … sauf qu’avec, vous aurez à la fournir quand ce sera plus facile 😉

  3. Alors je vais peut être dire de la merde car je n’arrive pas à lire la video, mais en cherchant partout sur internet et sur leur site, je ne vois aucun endroit qui précise que la batterie se recharge toute seule… J’ai même trouvé une partie du site qui dit que la recharge sera compatible avec certaines stations de recharge publique
    http://www.saltirebikes.com/local-authorities/
    Quelqu’un a t-il vu la vidéo et peut confirmer s’ils parlent bien d’une recharge en pédalant? Sinon, c’est juste Gizmodo qui reprend mot pour mot des articles qui sont eux mêmes faux

  4. Plus qu’à ajouter une récupération de l’énergie cinétique du freinage et un alternateur dans chaque roue pour les descente et, avec un peu de bol, on produira suffisamment d’énergie pour recharger sa voiture et faire les courses en rentrant du boulot /

  5. un vélo electrique qui n’a pas besoin d’être rechargé !?
    et la marmotte …
    vraiment n’importe quoi …
    Vous lisez ce que vous traduisez ?

  6. J’avais peur de pas avoir bien compris… mais si c’est ce que confirme jd, je trouve ça une fausse bonne idée.
    Un vélo dont le bilan energique est inférieur à un vélo normal…. bientôt on nous dira qu’il faut aller au travail en portant des poids au cheville…. parce que quand on les enlève on a l’impression d’etre tout léger.
    J’adhère pas du tout à l’idée…. je crois plutot au VAE quand les batteries seront devenus plus performante et surtout plus légère… pourquoi pas imaginer dans le cadre des velo qui est creux un espace de stockage non pas pour un comburant solide ou liquide mais du gaz sous pression.. c’est ultra leger… reste à s’assurer que c’est sécurisé comme les vehicules au GPL avec les nouvelles normes de valve suite a l’explosion des premiers modeles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité