Toyota : « Personne ne nous demande de construire des voitures électriques »

Toyota RAV4 EV

La voiture électrique ne fait pas l'unanimité, que ce soit chez les conducteurs ou chez les constructeurs. Si certains se sont lancés à corps perdu dans la conception de véhicules électriques "classiques", d'autres préfèrent miser sur l'hydrogène. Toyota, par exemple, semble avoir aujourd'hui clairement choisi ce camp.

Et c’est plutôt important parce que le constructeur japonais compte parmi l’un des trois plus importants au monde et n’est autre que le leader mondial concernant les hybrides. Fervent partisan des véhicules à hydrogène, Toyota a régulièrement répété que les véhicules à batterie classique n’étaient pas viables sur le marché automobile.

Aujourd’hui, Craig Scott, directeur national des technologies avancées chez Toyota, a fait une déclaration plutôt importante :

« Personne ne vient à notre porte nous demander de construire une nouvelle voiture électrique ».

Pourtant, les propriétaires de Toyota RAV4 EV ou de Toyota Prius Plug-In Hybrid pourraient bien vouloir cela justement. Mais alors, en 1997, le lancement de la première Prius au Japon était-il une réponse à une demande des clients d’un véhicule électrique hybride ? Il semblerait que non, c’était un projet de recherche interne pour réduire drastiquement la consommation de carburant d’un véhicule.

Et aujourd’hui, faut-il y voir un signe que les clients réclament effectivement un véhicule roulant à l’hydrogène ? Est-ce la fin définitive des véhicules électriques classiques chez Toyota ? À suivre !

Tags :Via :VentureBeat
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. En même temps heureusement qu’on est pas tous passés à l’électrique parce que sinon va falloir construire pas mal de centrales nucléaires…

    1. L’état pousse le véhicule électrique uniquement parce que c’est un nouveau secteur qui peut rapporter un peu de fric à court terme. Mais d’un point de vue écolo, c’est à chier.
      Continuer à baser toute l’économie sur la croissance infinie n’a d’infini que la connerie criminelle des économistes et des politiques.

    1. Tiens?…
      Ça fait un bail qu’on ne le voit plus dans le coin lui… Dommage, son Ctrl+C /Ctrl+V me manque un peu.

      Voiture à hydrogène, probablement plus viable et moins con comme projet que l’électrique qu’on recharge 6h tous les 30km, youpi.

  2. les idiot qui on investi dans une voiture électrique se rendrons compte quel erreur ils ont commis dans 5-6 ans quand leurs batteries serons bonne a jeter
    5000 euro de facture :) c’est beau l’ecocologie

    1. Ce coût se prend en compte lors de l’achat. Les voitures électrique ne se vendent pas car elles sont plus chères à l’achat ET à l’usage à cause de la batterie. Il suffirait que l’Électrique soit un peu moins cher à l’usage et cela se vendrai. Evidemment ça reste une idiotie point de vue écologie à moins de revoir la technologie du nucléaire. Les Chinois vont peut-être pouvoir faire de meilleures centrales vu que le reste du monde est trop occupé à vendre des centrales nucléaires préhistoriques pour ne pas trop concurrencer le pétrole, quand même… Les moteurs de voitures ne roulent pas au TNT ou au C4, il serait temps que le nucléaire cesse de tourner aux armes réaffectés.

  3. Il faut surtout y voir le signe que Toyota est complètement largué et qu’ils n’ont pas les compétence pour concevoir une voiture électrique fiable. Contrairement à Tesla.
    Et la question n’est pas de savoir si il y a une demande. Les énergies fossiles doivent cesser, avant qu’il ne soit trop tard. Se balader en t-shirt le 31 octobre à Paris n’est un bon signe du tout. Si le délire ne cesse pas, dans 10 ans cela sera la catastrophe écologique irréversible.

    1. Pour information tesla fabrique des voitures électriques mais il est loin d’en maîtriser la fiabilité. Cette boîte n’a rien conçu ou développé de techniquement révolutionnaire il faut bien le savoir. C’est du pure marketing et ca marche. Depuis quand fabriquer des roadster est considéré comme écologique. Pour la preuve du manque de fiabilité des tesla veuillez regarder l’essai de topgear.

      D’un autre côté Toyota est leader dans les voitures hybrides et dans les nouvelles technologies automobiles en général. De plus le Japon est bien plus en avance dans le domaine et cabne sera pas difficile pour Toyota de récupérer quelques cerveau pour avancer dans l’électrique a base de batteries classiquess polluantes.

      Toyota souhaites se connecter sur les voitures a pile a combustible consommant de l’hydrogène pour ne rejeter que de l’eau. Bas moi je penses que c’est la technologie la mois polluantes actuellement disponible si on fait abstraction de l’origine de l’hydrogène consommé.

  4. Saviez-vous que la voiture ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ? Eh bien, sachez-le !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

  5. 58 réacteurs nucléaires en service en fin de vie en France. Pour maintenir le niveau de production d’électricité, il faudrait en mettre 4 en service par an. Il n’y en a qu’1 en construction depuis 7 ans, et il cumule les retards et les dépassements de budget (dépassements financés par la population, évidemment).
    Même le niveau de production d’électricité actuel est insuffisant, puisqu’on importe déjà de l’électricité en hiver.
    On ne sait pas démanteler les réacteurs existants, et même si on savait on ne pourrait pas, puisqu’on est surendettés et en faillite.
    Pour rappel, un (petit) réacteur = 1000 MWe. Une (grosse) éolienne = 2 MWe (quand il y a du vent). Je vous laisse faire les calculs qui vont bien pour vous rendre compte de l’absurdité de compter sur les énergies renouvelables pour remplacer les réacteurs.
    On va donc avoir prochainement un TRES GROS problème avec l’électricité, et avec l’énergie de façon plus générale.
    Alors arrêtez de rêver benoîtement avec vos véhicules électriques, c’est une idiotie consternante de naïveté, ça ne vaut pas mieux que les véhicules thermiques, bien au contraire.
    Faites vos réserves de bois de chauffage, et apprenez à entretenir un vélo, ça sera autrement plus pertinent.
    Et remerciez-moi de me démener pour vous ouvrir les yeux.

    1. Ok, mon délire du jour est ici … 😉
      Le gros problème du nucléaire, c’est « l’impureté » des composés radioactifs produits. On se retrouve avec de grosses quantités de matière non valorisable (pas assez radioactive) ou de petites quantités impures (et donc pas davantage valorisables, par exemple le MOX en fin de cycle).
      Sans nier tes commentaires bien adaptés à l’état actuel de la technique, on peut réfléchir à des façons de se sortir d’affaire en restant dans le nucléaire, en le « nettoyant ».
      Les recherches en déradioactivation doivent aboutir à autre chose que le simple bombardement : Il faut concevoir un égraineur atomique efficace, capable de trier une tonne de n’importe quoi par jour, de distinguer chaque isotope pour « recombiner » avec d’autres atomes choisis de sorte à aboutir à des composés faciles à stocker et à revaloriser.
      Évidemment que ce ne sera pas facile. L’installation risque d’être massive : faire passer une tonne de matière par le trou d’une serrure dont le diamètre fait un seul atome … le débit dans la serrure risque d’être important … d’autant plus qu’il s’agirait plutôt d’une très longue serrure, confinant, séparant, accélérant, triant les différents composés. Obtenir des atomes individuels est déjà un challenge énorme. Les neutraliser électriquement et ensuite les « trier » n’est pas plus facile. Enfin, la recombination peut presque paraitre plus facile. Il faudra peut-être recourir à des partenaires atomiques provisoires dans certaines filiaires. Dans un premier temps, on peut limiter l’objectif à la mise de coté de seulement certains isotopes.
      C’est une technologie délirante, mais très importante à mettre au point (et à miniaturiser) : elle ne servira pas qu’au but décrit ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité