Bientôt une pilule de prévention du SIDA ?

Truvada

Pour lutter efficacement contre le SIDA, tous les moyens sont bons, toutes les pistes sont bonnes à étudier. Il y a actuellement un médicament, un antirétroviral, le Truvada, qui fait grandement parler de lui. Le prendre avant et après un rapport potentiellement dangereux réduirait les risques de contamination de 80%. Mais il faut encore que cette pilule bleue obtienne l'aval des autorités compétentes en France.

Avec « plus de 6 000 [nouvelles contaminations] chaque année et le chiffre n’a toujours pas baissé depuis cinq ans », la situation stagne, même si « des progrès considérables ont été réalisés ces dernières années », déclare le Pr Jean-Michel Molina, coordinateur d’une étude de l’Agence nationale de recherche contre le sida (ANRS) baptisée Ipergay. Tous les moyens sont bons pour enrayer le phénomène…

Il y a un médicament dont tout le monde parle et qui a récemment reçu l’autorisation de la FDA aux États-Unis, le Truvada. S’il n’a aucune vocation à remplacer le préservatif, il offre une solution de prévention supplémentaire. C’est exactement ce que prône aujourd’hui l’Organisation Mondiale de la Santé : « considérer la prise des antirétroviraux comme une méthode supplémentaire de prévention face au VIH ».

En France, le Truvada n’est pour l’heure prescrit qu’à des séropositifs ou à des personnes ayant potentiellement été exposées à un risque de contamination, mais une Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU) déposée il y a maintenant un an et demi auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) envisage d’élargir son utilisation. L’ANSM met actuellement en place une équipe d’experts pour étudier le dossier. Patience donc !

Tags :Via :L'Express
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’approche les quarante ans.
    J’aurai vécu toute ma sexualité avec la peur de cette maladie.
    En même temps pour les hommes de ma génération, la capote contre la peur du sida a aussi préservé certains de paternités non désirées.
    Qu’est ce qui est le plus dur a assumer, avoir le sida ou qu’une bonne femme veuille garder l’enfant ?
    Dans les deux cas on est condamné :
    Prendre des pilules matin et soir toute une vie ou assumer financièrement et sentimentalement un enfant tout le reste de sa vie, avec toutes les contraintes des disputes avec la mère biologique, de l’éducation de l’enfant, de la garde alternée, des choix de nounous …

  2. « l’Agence nationale de recherche contre le sida (ANRS) baptisée Ipergay »

    Ipergay ? C’est une blague ? Les mecs sont très forts sur ce coup…

  3. Putin, vous apprenez décidément rien des commentaires.
    A chaque sujet sur le VIH/SIDA, vous continuez à faire la faute.
    Je ne sais même plus si je dois continuer à espérer que des « confrères » apprennent ne serait-ce un iota de ce qu’ils écrivent, ou bien m’évertuer à rabacher sempiternellement les mêmes salades. (Vous remarquerez l’accentuation de la répétition).

    Mais bon, on va le faire car ça coûte rien, et surtout on vit d’espoir et de pommes par jour tient le docteur eloigné.

    LE SIDA EST LE DERNIER STADE DE l’INFECTION AU VIH.
    VIH = VIRUS
    SIDA = STADE DE L’INFECTION CARACTERISE PAR UNE CHARGE VIRALE ELEVEE, ET UNE LYMPHOPENIE T CD4, IRREVERSIBLE.

    Boudidiou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité