« La vie privée n’a jamais été un droit absolu »

Vie privée

Les grandes entreprises technologiques américaines sont "dans le déni" concernant la façon dont les groupes terroristes utilisent leurs services. Le nouveau chef de l'agence britannique de renseignements (GCHQ) appel Facebook, Twitter et consorts à être plus coopératifs et a partager les données des utilisateurs. La raison invoquée est encore plus poilante : "La vie privée n'a jamais été un droit absolu".

Si les propos de Robert Hannigan sont à mourir de rire, hélas ledit rire est  particulièrement jaune. Les propos qu’il tient dans le Financial Times sont aussi fascinants qu’alarmistes, un discours parfait pour rendre le public plus paranoïaque qu’il ne l’est déjà et cautionner un peu plus l’espionnage massif orchestré par les autorités.

« Peu importe combien ils les détestent, [Les géants de la high tech] sont devenus des réseaux de choix pour les terroristes et les criminels, qui peuvent les utiliser comme le tout-un-chacun. […] Le défi des gouvernements et leurs agences de renseignements est énorme – et il ne peut être atteint sans une plus grande coopération de la part des entreprises de technologie. […] Les instances gouvernementales ne peuvent pas relever ces défis à telle échelle sans un soutien accru du secteur privé, y compris des plus grandes entreprises. »

Pour amener de l’eau à son moulin, Hannigan souligne que les membres de l’ISIS ont détourné des hashtags populaires – y compris ceux liés à la Coupe du Monde et à l’épidémie d’Ebola – pour promouvoir leur cause et intimider les opposants. Ils utilisent également ces méthodes pour infiltrer les sites de jeux en ligne populaires et ainsi inciter les jeunes internautes à leur offrir leur soutien. Une influence pareille sur une génération connectée et férue de gaming est potentiellement très élevée et évidemment, très délicate à observer.

Nos gouvernements sont loin d’avoir l’intention d’arrêter de sommer les géants de fournir des données, la tendance serait même inverse. Facebook a fait le point sur les demandes d’accès aux données de ses utilisateurs, et elles sont en hausse de 24 % sur les six premiers mois de l’année 2014. La firme a ainsi enregistré près de 35 000 demandes, dont plus de 15 000 proviennent des États-Unis. La France n’est cependant pas en reste, avec 2 249 demandes d’accès à des informations. 22 demandes de blocage de contenu provenaient de France au premier semestre. Notons qu’il s’agit d’une tendance globale, sur le premier semestre 2014, Google estimait que le pourcentage de demandes était supérieur de 15%, quant à Twitter, la hausse a été plus marquée, à hauteur de 46%.

Encore une fois, sous couvert d’une lutte (elle-même justifiée) contre le terrorisme, la confiance que nous plaçons dans ces entreprises est émoussée et notre vie privée, bafouée. Les leaders IT étant dans l’obligation de fournir ces informations, voilà pourquoi il est indispensable que les smartphones utilisent le cryptage. Ceci étant, ces pratiques datent de la nuit des temps, remontez un peu dans votre enfance, quand toute la classe était punie parce que le petit Kevin avait fait des bêtises…

 

Tags :Sources :ft
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je ne comprends pas bien ce raisonnement… Je suis pour le respect absolu de la vie privée mais quand on parle de réseaux sociaux je ne vois pas le rapport. Les réseaux sociaux sont justement fait (à tort ou à raison) pour s’exposer/partager sa vie, ça devient donc public, d’autant plus que tout ce qu’on publie sur Facebook devient la propriété de Facebook. Et pourquoi ça ne choque personne quand cet « espionnage » est fait dans un but comercial?

    1. +1
      C’est assez hypocrite de cliquer OK sur les conditions d’utilisations de Facebook (sans les lire d’ailleurs) et se plaindre ensuite de l’espionnage commercial ou policier de Facebook.

      @Flo: chiffrement pas cryptage

  2. Déclaration universelle des droits de l’homme ».
    Citation : « Article 12 – Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. »
    Voila, voila…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité